AIP CAN 2019/ Côte d’Ivoire domine le Rwanda (3-0) lors du dernier match des éliminatoires AIP Côte d’Ivoire/Le Président Ouattara prend part à la célébration des 80 ans de l’EMPT AIP Côte d’Ivoire: Un contingent de 650 soldats ivoiriens bientôt déployé au Mali pour une mission de paix MAP Mali: Plus de 130 civils tués dans l’attaque d’un village peul du centre du pays (nouveau bilan) MAP Africa CEO forum 2019: des projets de plus d’un milliard de dollars à financer AIP Côte d’Ivoire: Les responsables d’entreprises informés sur le plan de financement des PME AIP Le député de Ouragahio affirme que les coups d’Etat sont dépassés en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire: Un Comité d’experts réfléchit sur le programme du MASA 2020 APS PACASEN : UN ÉLU DEMANDE QUE LES FONDS SOIENT DISPONIBLES À TEMPS APS LOUGA : 98% DES HABITANTS ONT ACCÈS À L’EAU POTABLE (DIRECTEUR SDE)

« Mes personnages sont des femmes rondes, grandes.. », dixit Ballo Mamadou


  17 Octobre      24        Arts & Cultures (2421), Arts plastiques (73),

   

Porto-Novo, 17 Oct.2018  (ABP) – D’origine Ivoirienne, M. Ballo Mamadou est l’un des sculpteurs majeurs qui participe activement aux travaux de la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), dont la spécificité se focalise généralement sur le corps, la beauté et le geste de la femme héroïque.
« Couramment, mes personnages sont des femmes rondes et grandes. La femme pour moi, c’est la terre. Si on prend soin de la terre comme sa femme, il n’y aura pas beaucoup de problèmes dans le monde. Mère, sœur, épouse, la femme est mobilisatrice par rapport à l’homme. Parce qu’elle prend les décisions quand il le faut », a expliqué M. Ballo Mamadou, en vue de défendre ses créations artistiques.
S’inspirant de plusieurs femmes emblématiques ayant marqué l’histoire africaine, notamment, la reine Pokou, elle donne priorité aux parties intimistes du corps de la femme. Il s’agit concrètement, pour cet accro du modelage, de faire ressortir dans son travail, la beauté, le geste, les grosses fesses et les seins de la gente féminine.
Pour la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), ce sculpteur s’active à matérialiser une géante femme avec les mêmes caractéristiques qu’on lui connait à partir de matériaux tels que : Bouteilles en plastique, cartons, fil à coudre et une armature montée avec des barres de fer.
« C’est important de participer au Fara. Parce qu’on apprend beaucoup des autres. Le travail des autres peut parfois vous influencer dans vos créations », a-t-il précisé, avant de conclure que ceci est aussi en fait une sorte de transmission.
ABP/RAD/TIE

Dans la même catégorie