AGP Gabon/Conseil municipal extraordinaire de Libreville: Le projet de budget 2020 rehaussé de plus d’1milliards FCFA AGP Gabon/ Session criminelle pour mineur: 36 mois de prison ferme pour un jeune braqueur AGP Gabon/Koulamoutou: Les établissements privés et confessionnels réclament les kits sanitaires ANP Tahoua : 132 meilleures élèves filles de la région reçoivent officiellement des prix d’excellence ANP Niger : Les Comités de Gestion des Etablissements Scolaires (COGES), sont très importants dans la gestion des écoles AIP Institutions politiques rassurantes et stabilité, une forte attente des populations d’Abengourou AIP Les enseignants du lycée des Jeunes filles de Séguéla instruits sur les droits des enfants AIP Des enseignants recommandent une sensibilisation sur les droits et devoirs des enfants AIP 30 nouveaux cas de Covid-19 et neuf guéris AIP Le nouveau quinquennat du président Ouattara devrait être consacré au renforcement des actions en faveur des femmes et des jeunes, estime-t-on à Odienné

Meurtre de deux experts de l’ONU : la Cour militaire va statuer à Kananga sur les cheveux retrouvés sur un prévenu


  23 Octobre      11        Justice (933),

   

de Kananga, 23 octobre 2020 (ACP).- La Cour militaire de l’ex Kasaï Occidental qui a repris, mardi, à Kananga, l’instruction sur le meurtre de deux experts de l’ONU, Zaïda Cathalane et Mïchael Sharp et leurs accompagnateurs congolais, va statuer à sa prochaine audience sur les cheveux blancs retrouvés dans les effets du prévenu Manga Vincent lors de son arrestation en mai 2018 dans la localité de Ngombe, a indiqué, le général de brigade magistrat militaire, Ntshaïkolo Esosa Masele Jean Paulin, président du siège.

En attendant, le prévenu Manga a cité, à cette occasion, le renseignant Trésor Mputu comme ayant été en quête des cheveux d’un blanc ou d’un albinos pour se livrer aux pratiques fétichistes pour la protection des miliciens.

Cette juridiction militaire examinera aussi l’implication, de loin ou de près de toute autorité publique ou politique, quel que soit son rang, suivant les charges infractionnelles retenues contre elle.
Pour sa part, le prévenu Muela Mulumba a confirmé devant les juges les rôles prépondérants du prévenu Jean Bosco Mukanda Mbuyi a Ngandu à l’époque des faits à la tête de la milice active à la localité de Moyo Musuile grâce au concours de son adjoint, Tshikela Veva.

Ce procès a repris au lendemain de la levée de suspension de six mois en raison des mesures préventives décidés contre le nouveau coronavirus.

Dans la même catégorie