NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Mise en oeuvre PSE: Le DG de l’ITA pour que la recherche soit davantage prise en compte


  3 Juin      23        Développement durable (3777),

   

Dakar, 2 juin (APS) – Le directeur général de l’Institut de technologie alimentaire (ITA), Mamadou Amadou Seck, plaide pour une plus grande implication de la recherche dans le processus de mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE).

« Nous nous attendons à ce que l’ITA soit impliqué en amont dans la conception et la mise en œuvre des projets portés par le BOS (Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent) de manière générale' », a-t-il dit vendredi, à Dakar, en marge d’une réunion de partage avec le directeur général du DG du BOS/PSE, Ibrahima Wade.

« Il y a un potentiel extraordinaire que possède notre institut pour donner un coefficient majeur au PSE », a ajouté M. Seck au cours de cette rencontre visant à examiner les capacités et les opportunités qu’offrent l’ITA dans la mise en œuvre de ce nouveau référentiel de la politique économique et sociale du Sénégal à moyen et long terme.

Il y a cependant que « les résultats de recherche ne sont pas bien connus et même s’ils le sont, leur mise en œuvre reste à être effective. C’est le secteur privé qui doit s’impliquer » davantage dans cette problématique, a indiqué le DG de l’ITA.

« Il faut qu’il s’y retrouve. Il y a tout un ensemble de démarches à faire » pour cela, a poursuivi Mamadou Amadou Seck, se disant optimiste quant à la possibilité de « mettre un certain nombre de résultats (de recherche de l’ITA) en cohérence avec un souci de développement ».

SBS/BK

Dans la même catégorie