MAP Accident d’autocar dans le nord du Ghana: Au moins 60 morts INFORPRESS Corredor “Praia-Dakar-Abijan” é um dos maiores projectos de infra-estruturação da CEDEAO – Governo INFORPRESS Santo Antão: Olavo Correia no Porto Novo para inaugurações e lançamento do programa de estágios profissionais INFORPRESS São Vicente: Vale a pena lembrar a história da hidrobase de Calheta – Reitor da Uni-Piaget ANP Journée mondiale de l’eau : Rendre cette ressource accessible à tous d’ici 2030 AIP La ville de Casablanca est un hub de la Smart City en Afrique (Dg Casa Events) AIP Une convention signée pour l’achat de 200.000 t de noix de cajou origine Côte d’Ivoire AIP Un groupe vietnamien veut implanter une usine de transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire: Félix Anoblé exhorte les acteurs des PME à plus de professionnalisme MAP Le Maroc, l’OCDE et le Conseil mondial de l’eau s’associent en faveur de la sécurité de l’eau en Afrique

Mise en oeuvre PSE: Le DG de l’ITA pour que la recherche soit davantage prise en compte


  3 Juin      25        Développement durable (3795),

   

Dakar, 2 juin (APS) – Le directeur général de l’Institut de technologie alimentaire (ITA), Mamadou Amadou Seck, plaide pour une plus grande implication de la recherche dans le processus de mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE).

« Nous nous attendons à ce que l’ITA soit impliqué en amont dans la conception et la mise en œuvre des projets portés par le BOS (Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent) de manière générale' », a-t-il dit vendredi, à Dakar, en marge d’une réunion de partage avec le directeur général du DG du BOS/PSE, Ibrahima Wade.

« Il y a un potentiel extraordinaire que possède notre institut pour donner un coefficient majeur au PSE », a ajouté M. Seck au cours de cette rencontre visant à examiner les capacités et les opportunités qu’offrent l’ITA dans la mise en œuvre de ce nouveau référentiel de la politique économique et sociale du Sénégal à moyen et long terme.

Il y a cependant que « les résultats de recherche ne sont pas bien connus et même s’ils le sont, leur mise en œuvre reste à être effective. C’est le secteur privé qui doit s’impliquer » davantage dans cette problématique, a indiqué le DG de l’ITA.

« Il faut qu’il s’y retrouve. Il y a tout un ensemble de démarches à faire » pour cela, a poursuivi Mamadou Amadou Seck, se disant optimiste quant à la possibilité de « mettre un certain nombre de résultats (de recherche de l’ITA) en cohérence avec un souci de développement ».

SBS/BK

Dans la même catégorie