APS L’Etat et le groupe de la BAD signent deux accords de financement ANP Le Ministre du pétrole sur le chantier du pipeline Niger-Bénin dont 70% des travaux sont réalisés ANP Réunion du comité de Pilotage du suivi de la mise en œuvre de la stratégie Nationale de lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées au Niger APS Coupe du monde des clubs: Al-Hilal en finale APS Le DG de la SN-APS participe par visioconférence à un festival documentaire chinois APS La SONACOS va dégager  »10 à 13 milliards de FCFA » pour la prochaine campagne de commercialisation (DG) APS Pape Mamadou Sy rêve de signer un contrat professionnel avec un grand club MAP RDC: trois manifestants tués lors de l’attaque d’un convoi de l’ONU (MONUSCO) MAP RCA: Plus de 400 millions de dollars nécessaires pour répondre aux besoins humanitaires en 2023 (ONU) MAP Institut Mohammed VI pour la formation des Imams, Morchidines et Morchidates : 2.798 bénéficiaires issus de pays africains (ministre)

Mise en place de la section nationale de l’Organisation pour les femmes et la science pour le monde en développement


  14 Avril      65        Science (487),

   

Brazzaville, 14 Avril (ACI) – Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique a mis en place, le 13 avril à Brazzaville, la section nationale de l’Organisation pour les femmes et la science pour le monde en développement (Owsd), afin de créer des dynamiques, des synergies et un réseau des femmes scientifiques congolaises.

Au cours d’une réunion tenue en présence des ministres de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, de l’Economie forestière ainsi que de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, respectivement Mmes Delphine Edith Emmanuel, Rosalie Matondo et Inès Néfert Ingani, les femmes scientifiques ont présenté leurs doléances à ces personnalités et leur ont fait part des problèmes auxquels elles sont confrontées.

Tenue sous le slogan ‘’La science est féminine’’, cette rencontre a regroupé une trentaine de femmes des différents domaines de la science. Elle a eu pour but d’intégrer la dynamique internationale qui est l’Owsd et de permettre à ces scientifiques de contribuer utilement au développement de la science dans le pays.

Pour Mme Emmanuel, ce plaidoyer permet d’identifier les femmes de science au Congo et de soutenir leurs laboratoires. Aussi, elle a émis le vœu de voir les femmes de science apporter leur contribution au développement du Congo.

«Chères femmes de la République du Congo, vous devez sortir de l’ombre pour aller dans la lumière. Vous devez non seulement connaître les femmes scientifiques de notre pays, mais aussi vous devez être au contact des femmes de science de par le monde», a-t-elle exhorté.

La ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Mme Ingani, quant à elle, a appelé les femmes de science à plus d’engagement dans leur travail. En outre, elle a souligné que c’est à travers ce genre de plateforme de la crème intellectuelle que les débuts de solutions peuvent être trouvés.

Elle a fait savoir qu’elle compte soutenir cette plateforme, dans le cadre de la solidarité gouvernementale, pour la mise en place d’un fonds d’appui à la recherche scientifique.

De son côté, la ministre de l’Economie forestière, Mme Matondo, a invité les femmes de science à travailler en synergie. Selon elle, la science est féminine lorsque la façon de travailler est révolutionnée en créant des groupements de recherche par domaine et donnant l’opportunité aux femmes de science d’être ensemble pour présenter des projets en équipe.

Créée en 1987, l’Owsd est une unité de programme de l’Unesco qui donne des opportunités de formation à la recherche, de développement de carrière et de réseautage aux femmes scientifiques. Après le Cameroun, le Congo est le deuxième pays en Afrique centrale, à disposer d’une section nationale de cette organisation.

Dans la même catégorie