GNA Major Mahama: My brother was not among the alleged ‘killers’-witness GNA Government Committed to Building Educational Infrastructure- MCE GNA IYes Foundation donates to Lil Win’s GMIS ACP Visite de travail à Kinshasa du secrétaire général de FICR ACP Le gouvernement appelé à créer un écosystème entrepreneurial incitatif pour les jeunes entrepreneurs ACP Eugène Diomi Ndongala libéré sous conditions GNA Vodafone Ghana launches 4G to provide faster data services GNA Ghana’s macroeconomic outlook better than five years ago – IMF GNA Environmental disaster crawling into UWR « As you sow, so shall you reap » AIP Salon du livre de Paris 2019 : La Côte d’Ivoire explique l’absence du stand Pavillon des lettres d’Afrique

Norme itie : Les progrès réalisés appellent plus de « responsabilité »


  23 Mai      30        Développement durable (3794),

   

Dakar, 23 mai (APS) – La validation obtenue par le Sénégal dans le cadre de la mise en œuvre de la norme ITIE (Initiative pour la transparence dans les industries extractives) est une invite à plus de « responsabilité » dans la gestion des ressources minières, selon le président du Comité national ITIE.

Le Conseil d’administration international de l’ITIE s’est réjoui le 8 mai « des progrès » accomplis par le Sénégal dans l’utilisation de l’ITIE comme « moteur des réformes publiques, permettant de générer un débat public vivant à propos du secteur extractif naissant ».

Le Conseil d’administration a conclu que le pays a fait des « progrès satisfaisants » dans la mise en œuvre des exigences de l’ITIE, faisant du Sénégal « le premier pays d’Afrique, et le quatrième pays au monde, à obtenir des progrès satisfaisants sur l’ensemble des exigences de l’ITIE ».

« Avec la note globale +progrès satisfaisant+, j’ai un sentiment de satisfaction et de responsabilité pour notre première validation », s’est enthousiasmé Mankeur Ndiaye mercredi lors d’une rencontre d’information avec la presse sur le processus d’évaluation des progrès accomplis en matière de transparence dans les industries extractives.

« Nous sommes le premier pays à obtenir cette note en Afrique et le quatrième dans le monde », a rappelé M. Ndiaye, soulignant qu’au total, il s’agit de 33 points sur lesquels le Sénégal a été noté en matière de transparence dans les industries extractives.

« Sur 24 points on a eu des progrès satisfaisants et sur quatre on a dépassé les exigences », a précisé Mankeur Ndiaye.

Dylan Gerald du Secrétariat international de l’ITIE attribue cette note aux « avancées réalisées » en matière « de divulgation des contrats signés, de débat public sur la question des ressources minières et de contributions volontaires des entreprises ».

« Le Sénégal est un pionnier en matière de mise en œuvre de l’ITIE », a déclaré M. Gerald, ajoutant que d’ici la prochaine évaluation (dans trois ans) le Sénégal doit maintenir le cap.

Il a plaidé pour une « redistribution au niveau local des retombées des ressources minières ».

Le représentant des organisations de la société civile, Abdoul Aziz Diop, a estimé qu’il « faudra consolider les acquis notamment en matière de propriété réelle ».

Le Sénégal s’inscrit dans une dynamique de transparence en faisant en sorte que toutes les entreprises des secteurs extractifs soient déclarées par leur propriété réelle, a assuré, le 3 mai à Dakar, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Ismaïla Madior Fall.

« Notre pays a eu une feuille de route très claire, il s’agit de faire en sorte que toutes les entreprises qui vont intervenir dans les secteurs extractifs soient déclarées par leur propriété réelle et non leur propriété juridique », a-t-il dit.

M. Fall s’exprimait lors d’un atelier national de sensibilisation sur la divulgation de la propriété réelle des entreprises minières, pétrolières et gazières organisé par le Comité national de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives du Sénégal (CN-ITIE).

IN/OID/ASB

Dans la même catégorie