ACP La Norvège promet son appui au processus électoral en RDC ACP EPST : élaboration prochaine d’une « Feuille de route bilatérale Education » à Kinshasa ACP Tenue d’un séminaire à Bruxelles sur le processus électoral en RDC ACP SADC/RDC : les agresseurs appelés à cesser tout soutien aux groupes armés ACP RDC- Norvège : 23 millions de couronnes norvégiennes destinés aux jeunes congolais APS La manœuvre nationale « FERLO 2022 » a pris fin à Dodji APS Vers la construction à Bango d’un Centre de formation aux métiers du pétrole à vocation sous régionale (ministre) APS Le Sénégal et le Maroc, seules équipes africaines en huitièmes de finale APS Le Sénégal dispose de 910 milliards de m3 de réserves de gaz (ministre) MAP Onze blessés dans l’attaque d’une mosquée dans le sud du Nigeria

Nouakchott: Tenue de la 1ère session de la commission mixte maroco-mauritanienne dans le domaine de la pêche maritime et de l’aquaculture


  1 Octobre      6        COOpération (422), pêche (107),

   

Nouakchott, 30/09/2022 (MAP) – La première session de la Commission mixte maroco-mauritanienne dans le domaine de la pêche maritime et de l’aquaculture s’est tenue, vendredi à Nouakchott, sous la présidence du ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki et du ministre mauritanien des Pêches et de l’Economie Maritime, Mohamed Abidine Mayif.

La tenue de cette session de la commission mixte sectorielle entre les deux pays, à laquelle ont pris part plusieurs responsables marocains et mauritaniens dont l’ambassadeur du Maroc en Mauritanie, Hamid Chabar, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre effective des dispositions de l’accord de coopération dans le domaine de la pêche maritime et de l’aquaculture, signé à Rabat le 11 mars 2022 et ayant abrogé et remplacé l’accord de 2000.

Au cours de cette session, les deux parties ont salué la qualité des relations de coopération bilatérale entre le Maroc et la Mauritanie sous la conduite éclairée des dirigeants des deux pays, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, et la place importante et historique qu’occupe le secteur de la pêche maritime dans ces relations.

S’exprimant à cette occasion, M. Sadiki a souligné que la tenue de cette session traduit les liens historiques d’amitié et de fraternité entre les peuples marocain et mauritanien ainsi que la volonté de SM le Roi et le Président mauritanien de mettre à profit ces bonnes relations fraternelles pour construire une coopération fructueuse dans les domaines économique et social au profit de l’intérêt des deux pays et peuples frères.

Ainsi, cette session se veut une occasion privilégiée pour approfondir le dialogue constructif et promouvoir l’échange d’expériences, a affirmé le ministre, notant qu’il s’agit d’un nouveau jalon en matière de consolidation de la coopération et du partenariat au profit des deux peuples.

M. Sadiki a émis l’espoir que cette session puisse impulser un nouvel élan à la coopération maroco-mauritanienne dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture, en ouvrant une nouvelle porte pour des relations économiques distinguées entre les deux pays, en érigeant ledit secteur en modèle en termes de renforcement de la coopération bilatérale, dans la perspective de couvrir l’ensemble des domaines économiques.

Et d’ajouter que le Maroc et la Mauritanie sont pleinement conscients de l’importance de la pêche maritime et l’aquaculture dans le développement économique et social, notant que ces secteurs sont appelés plus que jamais à contribuer à asseoir la sécurité alimentaire, créer des emplois , soutenir les exportations et apporter des devises, d’une manière à stimuler l’économie et atténuer les effets néfastes de la crise économique mondiale.

Pour y parvenir, le ministre a appelé à tout mettre en œuvre pour préserver les ressources halieutiques et optimiser leur exploitation pour le bien des générations présentes et futures, à travers une gestion rationnelle et durable de ces ressources halieutiques, en parallèle avec la mise en œuvre des mesures concrètes de sauvegarde contre tous les facteurs d’exploitation anarchiques et de destruction.

Et de mettre en avant le rôle que l’aquaculture peut remplir pour garantir la sécurité alimentaire face au déficit des ressources halieutiques, faisant état d’un intérêt particulier accordé à ce secteur au niveau de la convention de partenariat scellée entre le Maroc et la Mauritanie.

La prochaine étape implique une mise en valeur de l’aquaculture, en améliorant la productivité et en encourageant l’investissement dans le secteur, sans ignorer les effets néfastes qui peuvent résulter de l’intensification des activités de l’aquaculture.

Rappelant les partenariats scellés entre les deux pays dans le domaine de la pêche maritime, le ministre a appelé à encourager les opérateurs du secteur à saisir les opportunités d’investissement dans le secteur et à les appuyer sur le plan légal et administratif pour surmonter toutes les entraves à l’investissement.

De son côté, M. Abidine Maayif a indiqué que les potentialités halieutiques du pays incitent les autorités mauritaniennes concernées à mieux en tirer profit à travers la mise en place d’une stratégie d’exploitation judicieuse des ressources permettant de contribuer au développement du pays et à créer des opportunités d’emploi.

Le ministre a également souligné que les pouvoirs publics accordent un intérêt particulier au secteur de la pêche, intérêt qui se traduit par l’adoption en juillet 2022 d’une déclaration de politique et la planification d’une stratégie de pêche et d’économie maritime pour la période 2022-2024.

Les axes de cette stratégie portent, notamment, sur la promotion de la contribution du secteur dans le développement du pays, le renforcement des capacités de production en matière de pêche maritime et d’aquaculture, la contribution à la sécurité alimentaire et l’amélioration de la gouvernance dans le secteur, a-t-il rappelé.

En prélude à cette session, la commission technique mixte au niveau des experts s’est réunie, jeudi, pour passer en revue les moyens de coopération dans les domaines de la pêche maritime, de l’aquaculture, de la recherche scientifique, du contrôle sanitaire des produits de la pêche, de la formation, de la transformation, la valorisation et la commercialisation des produits de la pêche.

Les discussions ont porté également sur le renforcement de la coopération dans le domaine de la construction navale et l’échange des savoir-faire en matière d’aménagement et de gestion des villages de pêche et de points de décharge équipés.

A cette occasion, les experts ont appelé les opérateurs économiques des deux pays à renforcer leur relation et leur partenariat dans le domaine de transformation, de valorisation et de commercialisation des produits de la pêche et de l’aquaculture.

Dans la même catégorie