AIP Sortie officielle du mouvement « les jeunes motivés de Zozoribougou » à Korhogo AIP Des OSC du Bounkani renforcent leurs capacités sur le concept et les outils de la redevabilité sociale AIP COVID-19: 16 nouveaux cas et 52 guéris le 22 septembre 2020 AIP La région de la Marahoué, capitale de la Côte d’Ivoire le temps d’une visite d’État APS COVID-19 : LA QUASI-TOTALITÉ DES CHEFS DE MÉNAGES APPLIQUENT AU MOINS UN GESTE BARRIÈRE (ÉTUDE) APS UN PROTOCOLE SANITAIRE ÉLEVÉ SUR LA LIGNE MARITIME ZIGUINCHOR-DAKAR (COMMANDANT) APS CASAMANCE : UN PROJET D’ÉNERGIE SOLAIRE CIBLE 21.000 FEMMES RURALES (PROMOTEURS) APS RÉMUNÉRATION SUR COPIE PRIVÉE : LA COMMISSION REMET SA DÉCISION À LA TUTELLE APS PLAIDOYER POUR ’’UN RÔLE ACTIF’’ DES FILLES ET DES FEMMES DANS LA GESTION DES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES APS PERTES D’EMPLOIS, DIMINUTION DE REVENUS : LA MAJORITÉ DES MÉNAGES IMPACTÉE PAR LA CRISE SANITAIRE (ANSD)

NOUVEAU DIRECTEUR AFRIQUE AU QUAI D’ORSAY, BIGOT S’ATTEND À UNE MISSION « DIFFICILE ET COMPLIQUÉE’’


  30 Juillet      7        Diplomatie (761),

   

Dakar, 30 jul (APS) – L’ancien ambassadeur de France à Dakar, Christophe Bigot, nommé au poste de directeur Afrique et Océan Indien au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, dit s’attendre à une mission « difficile et compliquée » à son nouveau poste.

Ce sera une mission « difficile et compliquée », parce que la relation entre la France et l’Afrique demeure « très étroite », avec beaucoup de sujets à traiter, a justifié le diplomate.

Il a notamment évoqué, parmi ces sujets, la promotion des campus universitaires et la nécessité de veiller à la réponse à la pandémie du coronavirus pour « être à la hauteur des besoins économiques et sanitaires’’.

Selon lui, il faut aussi être en mesure de répondre aux situations de crise en apportant un soutien et suivre les processus électoraux pour promouvoir les idéaux démocratiques, et tous les chantiers définis par le président Emmanuel Macron.

« Vous avez suivi le discours de Ouagadougou avec toutes les décisions prises, notamment le passeport talent, la promotion des échanges avec la diaspora, les entreprises africaines, etc. », a-t-il dit.

Ce discours avait été prononcé par le président français le 28 novembre 2017, dans la capitale burkinabè devant 800 étudiants. Il avait alors annoncé les axes de la relation qu’il veut fonder entre la France et le continent africain sous son magistère.

M. Bigot, qui a confirmé sa nomination annoncée en conseil des ministres le 22 juillet dernier, s’est dit « très heureux’’ de la confiance placée en sa personne, évoquant « une mission passionnante et difficile’’.

Selon lui, elle va lui « permettre d’être au cœur de la mise en œuvre de la politique africaine du président de la République » française.

Christophe Bigot souligne qu’avec cette nomination, « c’est une belle marque de confiance et un beau défi ». « C’est l’occasion aussi d’être en contact, comme je l’ai fait beaucoup pendant les quelques mois où je me suis occupé de la coalition pour le Sahel’’, a-t-il ajouté.

Il espère aussi pouvoir être en contact avec des amis sénégalais.

« C’est une relation étroite et qui a des volets politiques bien sûr, mais aussi de développement avec l’Agence française de développement (AFD) et aussi militaire, tout ce qui est coopération, sécurité en Afrique et dans d’autres domaines variés, à savoir, l’éducation, la culture, la santé », indique-t-il.

Christophe Bigot est désormais chargé avec son équipe de mettre en œuvre la politique française décidée par le président Emmanuel Macron et son ministre des Affaires étrangères, dans le cadre de la relation entre la France et l’Afrique.

M. Bigot était depuis septembre 2019 Envoyé spécial de la France pour le Sahel et aussi le secrétaire général pour la Coalition pour le Sahel.

« J’ai eu à mettre en œuvre cette coalition, à créer des partenariats, à recruter des effectifs, à lancer cette idée. Sous l’autorité du ministre des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian, nous avons pu donner un sens à cette coalition », a-t-il souligné.

Il a déclaré que « les choses ont avancé » lors du Sommet du G5 Sahel à Nouakchott, en Mauritanie, auquel plusieurs pays africains avaient été associés, sous l’égide du président français Emmanuel Macron.

« C’est un signe aussi que la mobilisation à la fois de l’Union européenne et en dehors progresse pour donner plus de solidarité avec le Sahel, une région avec des défis et des besoins en termes de développement, de sécurité, de gouvernance », a-t-il dit. Il relève que les choses ont beaucoup progressé en termes de mobilisation internationale et européenne.

Polytechnicien, Christophe Bigot, ancien ambassadeur de la France en Israël puis au Sénégal, est un ancien de la Direction générale de la sécurité extérieure.

Dans la même catégorie