AIP L’OCI et le complexe mondial Roi Salmane lancent le forum pour la célébration de la langue arabe à Djeddah Noix de cajou : L’Indénié-djuablin et le Gontougo ont réalisé une production annuelle de 68 697 tonnes en 2022 MAP Un média nigérian met en avant la source de l’influence croissante du football au Maroc AIP Les producteurs de noix de cajou sensibilisés à l’amélioration de la qualité de leurs produits ANP Diffa : Les opérateurs économiques de la région, obligés de faire leurs transactions en CFA pour éviter l’éventualité de la Naira AIP Le Conseil café-cacao envisage faire la promotion de la production locale du chocolat MAP Côte d’Ivoire: Une centrale photovoltaïque pour alimenter environ 30.000 foyers en électricité bientôt mise en service MAP Mondial des clubs champions de la Fifa : « une cérémonie d’ouverture grandiose » (Journal sénégalais) AIP Le Conseil café-cacao invite les producteurs réticents à se faire recenser AIP La fin des travaux du parc des expositions d’Abidjan annoncée pour fin mai 2023

Numérique : des projets de recherche bancables recommandés aux étudiants congolais


  25 Novembre      10        Technologie (778),

   

Kinshasa 25 nov. 2022(ACP)- La réalisation des projets de recherche bancables en matière du Numérique a été recommandée aux étudiants congolais lors de l’intervention du ministre en charge des Postes, Télécommunications, Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC), Augustin Kibassa,  à la clôture des travaux du colloque  organisé jeudi   à l’Université protestante au Congo (UPC) , sur le thème :   « La digitalisation et développement de la RDC : défis et perspectives ».

« Les étudiants qui sont surtout en informatique, qui sont des grands programmateurs, des génies créateurs se questionnent sur l’avenir du numérique, je vous encourage à aller plus loin dans les projets numériques, la République est entrain de prendre ses responsabilités pour investir énormément dans ce secteur », a déclaré le ministre des PT-NTIC.

Dans sa conférence inaugurale, intitulée « Les conditions préalables à la diffusion du numérique », la ministre a souligné que le gouvernement congolais dans la vision du Chef de l’Etat sur le numérique s’attèle à protéger le cyber – espace dans cette transversale dans laquelle plusieurs ministères du secteur de sécurité sont impliqués.

Il a rappelé la vision du gouvernement en cette matière qui, a souligné le ministre, s’emploie notamment à la qualité des infrastructures du numérique, la croissance économique et  l’ouverture au monde.

Deux autres conférences portant respectivement  « La contribution du numérique au développement de la RDC, vision et politique gouvernementales en la matière » et « Le numérique et le développement économique », ont été animées respectivement par le professeur Dédé Aliango, directeur de cabinet du ministre en charge du numérique et le professeur  Muayila de l’UPC.

Le secrétaire général académique de l’UPC, le Pr Mampunza représentant du recteur, a salué l’organisation de ces assises de deux jours au sein de leur  université dont la pertinence du  sujet sur la digitalisation n’est pas à démontrer dans le développement d’un pays, a-t-il souligné.

Selon lui, c’est une façon   pour l’UPC,  de contribuer au développement et au renforcement de son expérience de l’enseignement à distance.

Pour des démarches de nature à consolider le  programme de digitalisation

En outre, la directrice du Centre de recherche interdisciplinaire en déplacement , économie, santé et société (CRIDESS)  de l’UPC et organisatrice principale de ce colloque, le Pr. Dédé Aliango a laissé entendre que ces assises visent notamment à proposer des démarches susceptibles de consolider le  programme de digitalisation et développement.

« Ce colloque placé sous le thème: « la digitalisation et développement de la RDC : défis et perspectives » , vise également à faire dialoguer des scientifiques et des politiques  autour de la question de la digitalisation pour faire des propositions susceptibles de contribuer au développement du pays et de la science », a-t-elle déclaré.

« Le niveau d’adhésion au concept de la santé électronique de la population kinoise en RDC », « comment les nouvelles technologies peuvent-elles aider les médecines à mieux faire leur travail, sauver des vies », « l’expérience de la télémédecine appliquée en dermato pédiatrie en une zone rurale congolaise », « la société de la surinformation et l’infobésité : l’étude de l’infodémie sur la vaccination de Covid-19 en RDC » , « la digitalisation et d’éveil », « la digitalisation et inclusion financière » et « la diffusion du numérique en RDC » ainsi que «  la digitalisation et inclusion financière », font aussi partie des exposés programmés à cette occasion.

Ces thématiques vont permettre aux participants  de formuler des recommandations susceptibles d’aider l’État congolais à relever les défis du numérique dans les domaines de l’entrepreneuriat des jeunes, de  l’environnement ou de promotion de la monnaie électronique et autres services financiers.

Rôle du CRIDESS

Dans son mot de présentation du colloque, la directrice de CRIDESS, le Pr Dédé Aliango a dit que le CRIDESS a été créé pour redynamiser la recherche comme moteur de développement.

La mission de ce Centre, a-t-elle dit, est de favoriser la production scientifique de ses membres en assurant la coordination des recherches et la diffusion. Ce Centre de recherche crée depuis 20 ans réunit des chercheurs évoluant dans diverses disciplines organisées à l’UPC.

Les activités de recherche y ont été relancées depuis 2019 pour les adapter aux standards internationaux.

Dans la même catégorie