APS CONTRE MADAGASCAR, ALIOU CISSÉ PROMET DE METTRE  »LA MEILLEURE ÉQUIPE POSSIBLE » APS LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS) APS MACKY SALL INVITÉ À ŒUVRER POUR  »UNE SOCIÉTÉ SANS ENFANT MENDIANT, NI DÉFICIENTS MENTAUX EN ERRANCE (…) ». MAP Mali: au moins une cinquantaine de civils tués dans l’attaque d’un village peul ACP RDC: Le secrétaire de l’OIF s’entretien avec les femmes entrepreneures ACP La TICAD souligne l’importance des infrastructures de base dans le développement de la RDC ACP RDC: Démarrage des opérations de contrôle de l’application du SMIG dans le secteur du commerce MAP Eliminatoires CAN-2019 (Gr.B/6è et dernière journée): Le Cameroun bat les Comores (3-0) et accompagne le Maroc à la phase finale AGP Clôture de la Semaine Africaine du Climat : les décideurs africains mettent en lumière les opportunités des plans nationaux AGP Bénin/Dixinn: démarrage effectif du dépôt des dossiers de candidature pour le recrutement au sein de l’armée

Omar Péne: « enfant, j’étais la mascotte de la bibliothèque de l’UCAD »


   

Dakar, 4 juin (APS) – Omar Pène, le nouvel ambassadeur de bonne volonté auprès de la communauté estudiantine, a expliqué que ses bons rapports avec les étudiants datent de l’époque où il était comme la  »mascotte » de la bibliothèque centrale de l’Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar, où il était souvent aux côtés de son père qui y travaillait. ‘

‘Quand j’étais jeune, je fréquentais la bibliothèque de l’Université de Dakar. Mon père y travaillait (…) », a-t-il rappelé dans une interview publiée lundi par le quotidien Le Soleil, précisant qu’il y restait  »toute la journée » avec son père, après l’y avoir rejoint à la fin de ses cours à l’école primaire de Fann Hock, un quartier dakarois.

 »Je voyais les étudiants venir à la salle d’études de la bibliothèque où il y avait une seule lampe et des livres. Ce qui m’avait frappé à l’époque, c’est le silence qu’il y avait. Vous pouviez entendre les mouches voler », a dit Omar Pène, auteur de nombreux tubes dédiés aux étudiants, lesquels ont contribué à sa notoriété auprès de cette catégorie de la population.

Il a dit qu’il était  »frappé par le sérieux » et la concentration dont faisaient preuve les étudiants.  »J’en étais vraiment fan et me disait que ce n’était pas facile d’être étudiant. »

 »Comme je fréquentais la bibliothèque, les employés qui étaient à la banque du livre me donnaient des fiches pour que j’aille chercher des livres dans les raisons (…). On m’appelait là-bas +Petit Pène+ et j’étais, en quelque sorte, une mascotte de la bibliothèque », a rappelé l’artiste musicien.

Il a ajouté :  »C’est cela qui m’habitait très sincèrement. Quand je suis devenu chanteur, je me suis rappelé ces moments-là, en me disant que ce n’est pas facile d’être étudiant, que ces gens-là éprouvaient d’énormes difficultés pour réussir ».

 »Par la suite, j’ai eu des amis étudiants avec qui je discutais beaucoup autour du thé. Nous passions toute une nuit à discuter. Comme j’étais un chanteur engagé, avec des thèmes révolutionnaires dans mes chansons comme +Mandela+, et que les étudiants à l’époque, jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs, étaient versés dans ce créneau-là, dans les campus, le courant est donc vite passé », a expliqué le lead-vocal du Super Diamono.

Omar Pène a rappelé avoir composé par la suite la chanson  »Etudiant ».  »C’est comme cela que s’est tissée une certaine relation d’amitié et d’estime entre Omar Pène et les étudiants », a-t-il fait observer.

Avant même d’enregistrer la chanson  »Etudiant » dans les années 1980-1990, il dit avoir commencé de la chanter dans les espaces universitaires, ajoutant qu’elle avait  »été très bien accueillie par les étudiants ».

Au tournage du clip de la chanson dans l’enceinte de l’université,  »il y avait presque tous les étudiants qui venaient danser et nous avions fait la fête. Compte tenu du fait que j’avais un fan-club au sein de l’UCAD, qui fait partie de l’Amicale des fan-clubs du Super Diamono (AFSUD), ils venaient assister à mes spectacles et nous discutions beaucoup », a conclu l’artiste.

BK/ESF

Dans la même catégorie