AGP Gabon/Journée nationale du Drapeau : les enfants de ‘’SOS Mwana » honorés par le ministère de la Justice ANP Elaboration du plan national de mise en œuvre des recommandations issues de l’EPU APS L’ARDN et son président honorés par l’association des journalistes noirs-américains AIP An 62: Un opérateur économique soulage des malades à Issia AIP Le tournoi Dominique Ouattara marqué par le “fair-play” à Touba AIP Le député-maire exhorte les jeunes d’Oumé à l’entrepreneuriat pour leur insertion socio-professionnelle AIP Des populations décrient la pollution de leur cadre de vie par les eaux usées d’une huilerie à Korhogo Inforpress Xadrez: Célia Rodriguez é candidata a Mestre Feminina da FIDE Inforpress PR pede “inquérito rigoroso” sobre as circunstâncias da morte do adolescente da Brava Inforpress Portugal: Associação dos Amigos de Santa Cruz aposta em acções sociais e trabalho com jovens – presidente

OUVERTURE À DAKAR DE LA 1ERE ÉDITION DU FORUM YOUTHCONNEKT SAHEL 2021


  1 Décembre      29        Société (39335),

   

Dakar, 30 nov (APS) – Dakar a abrité mardi, la 1ere édition du forum YouthConnekt des jeunes du Sahel, en présence de la ministre sénégalaise de la Jeunesse, Néné Fatoumata Tall, a constaté l’APS.

Le coordonnateur régional du Hub sous-régional du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Afrique de l’ouest et du centre, plusieurs centaines de jeunes entrepreneurs du secteur privé, de la société civile et des partenaires, etc., ont pris part à cette rencontre de trois jours.

Cet événement placé sous le thème : « Connecter les jeunes du Sahel pour la paix et la prospérité », réunit dix pays du Sahel que sont le Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Gambie, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, et le Sénégal.

« Je souhaite que ce forum de Dakar soit un jalon important dans la dynamique qu’offre les jeunes du Sahel pour un vivre ensemble dans la paix, la concorde, la solidarité et la sécurité dans tout l’espace régional commun’’, a dit la ministre de la Jeunesse du Sénégal.

Néné Fatoumata Tall a invité les gouvernements des dix pays membres du Sahel, la société civile, les partenaires et tous les jeunes à veiller inlassablement en assumant au quotidien la vitalité du Sahel qui transcende nos frontières géographiques.

Elle s’est dit rassurée qu’au regard du sens de la responsabilité que ces jeunes vont prendre en compte les enjeux environnementaux, culturels et sociaux qui interpellent également les adultes vivant dans le Sahel.

« J’ai une forte conviction que le Sahel se fera par sa jeunesse « , a déclaré pour sa part, le sous-secrétaire général/ coordonnateur spécial pour le développement au Sahel, Abdoulaye Mar Dièye.

Selon M .Dieye, l’heure est maintenant venue de se mettre derrière les jeunes en arrêtant de les prendre comme des bénéficiaires mais plutôt comme des « acteurs », en lançant un appel à fédérer leurs énergies afin de les aider à retrouver la transformation du Sahel.

Le coordonnateur résidant des Nations Unies au Sénégal, Siaka Coulibaly, a appelé les gouvernements du Sahel à investir dans la jeunesse qui est le vecteur du changement de demain, pour une relance socio-économique durable.

Selon lui, « ce n’est qu’en garantissant les opportunités que nous pourrons constituer un avenir meilleur pour les jeunes dans l’espace du Sahel qui a un véritable potentiel qui ne reste qu’à être exploité ».

« Nous savons compter sur vous et nous comptons sur vous », a-t-il conclu devant ces centaines de jeunes venus des dix pays membres du YouthConnekt du Sahel.

Ce Forum de trois jours vise à positionner les jeunes sahéliens en tant que leaders dans le récit de développement de la région (Sahel) en promouvant l’innovation la participation et l’engagement des jeunes issus des dix pays membres de l’organisation.

La rencontre est organisée par le YouthConnekt Africa Hub, en partenariat avec génération Unlimited initiative in the Sahel (GenUsahel), le Sénégal, la stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (UNIS) et le PNUD.

Le forum va créer une plateforme permettant aux jeunes sahéliens d’exprimer leurs problèmes, de promouvoir des solutions locales, de renommer la région et de façonner l’avenir qu’ils souhaitent, indiquent les organisateurs dans un document parcouru par l’APS.

Dans la même catégorie