AIP Des Ivoiriens de la diaspora s’activent pour la relance économique post – COVID-19 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ JIF 2021: Pr Ly Ramata Bakayoko annonce des innovations et invite les femmes à se l’approprier AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Le nouveau député de Zuénoula commune salue l’esprit d’apaisement du scrutin Inforpress PERFIL: “Sou agricultora e feliz mesmo que tiver apenas arroz para cozinhar” – Lúcia Monteiro Inforpress São Vicente: “É evidente que a desigualdade social está a aumentar em Cabo Verde” – líder do PAICV Inforpress Manifestações sindicais exigindo o cumprimento das promessas feitas pelo Governo são “partidárias” – MpD GNA Village Savings and Loans scheme empowering rural women in Adansi north GNA Koforidua GPRTU intensifies road safety campaign GNA Ultra-Modern Plaza being built for Essikado APS LE PRÉSIDENT DU NIGER, MAHAMADOU ISSOUFOU, LAURÉAT DU PRIX IBRAHIM 2020

Ouverture de la première session ordinaire du Conseil Economique et Social de l’année 2021


  7 Février      16        Politique (15754),

   

Bangui,4 fév. (ACAP)– Le Président du Conseil Economique et Social (C E S) Alfred Taïnga Poloko a ouvert jeudi 4 février 2021 à Bangui, les travaux de la première session ordinaire de l’année de ladite institution sous le thème, « la contribution à la consolidation de la paix, de la démocratie et de la relance économique de la République Centrafricaine ».

Ouverture de la première session ordinaire du Conseil Economique et Social de l’année 2021

Le but de la première session de l’année consiste à une participation aux initiatives globales de pacification, de stabilisation et de reconstruction de la République Centrafricaine.

Le Président du C E S a annoncé que la session se penchera aussi sur l’examen des demandes d’avis introduits par le gouvernement notamment le projet de loi portant la création de l’Agence Centrafricaine de Normalisation et également au renouvellement partiel du bureau.

Alfred Taïnga Poloko a noté que la présente session est affectée par deux grandes crises notamment la COVID-19 et la crise militaro-politique auxquelles le pays demeure confronté.

« Pour la première fois, notre session ordinaire de l’année s’ouvre le 04 du mois du février et lieu du 1er février de l’année comme prévoit la loi », a constaté le Président.

Le Conseiller Poloko a expliqué que ces perturbations d’agenda sont la cause la chute drastique des ressources financières de l’Etat consécutives à la fermeture du corridor d’approvisionnement de la Centrafrique par les groupes armés membres de la coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Notons que la session ordinaire du CES a une durée normale de 45 jours selon la loi, mais pour cette année exceptionnelle, elle est ramenée à 20 jours à cause des contextes contraignants dans le pays.

Dans la même catégorie