AGP Guinée-Covid-19 : L’Etat d’urgence sanitaire reconduit pour 30 jours AGP N’Nzérékoré-Insécurité : Le Guérisseur Mamoudou Keita retrouvé mort 20 jours après sa disparition AGP Guinée/Culture : Dédicace du livre « L’émergence économique en deux notions » AGP Mamou-Société : Les vœux de nouvel an des enseignants au Préfet Mory Diallo AGP Gabon/Climat et développement durable: AYCH lance un appel à candidatures pour les start-up AGP Gabon/Environnement: Le projet «Energie solaire pour les maternités de brousse en Afrique» présenté à Liliane Massala AGP Gabon/Moanda: Faute de la rupture du papier, l’établissement de la CNI suspendu AGP Gabon/Justice: Le procès Maganga Moussavou-Stive Makanga reporté au 21 janvier prochain AGP Gabon/Makokou: Le directeur régional adjoint de la CNSS échange avec les employeurs de l’Ogooué-Ivindo LINA LIPA Boss Urges Participatory Engagement To Accelerate Development

PALUDISME : THIÈS FAIT PARTIE DES ZONES DE PRÉ-ÉLIMINATION, AVEC MOINS DE 5 CAS POUR 1.000 HABITANTS (PNLP)


  22 Décembre      14        Santé (8572),

   

Thiès, 22 déc (APS) – La région de Thiès est au stade de la pré-élimination du paludisme, avec une prévalence de moins de 5 cas pour mille habitants, a indiqué mardi le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), le docteur Doudou Sène.

« La région de Thiès fait partie des zones de pré-élimination, parce que l’évaluation dernière que nous avons faite montre que dans l’ensemble des districts sanitaires de Thiès, nous avons une prévalence qui est inférieure à cinq pour mille », a indiqué le docteur Sène.

Il répondait à la question de savoir pourquoi Thiès n’était pas concernée par la campagne d’aspersion intra-domiciliaire (AID).

Le coordonnateur du PNLP s’adressait à des journalistes, en marge d’une rencontre d’évaluation de la campagne d’AID déroulée de juillet à septembre dans la zone nord du Sénégal, correspondant aux districts des régions de Matam et Louga.

Le coordonnateur du PNLP a relevé qu’il reste dans la région de Thiès, des zones dénommées « hot spots » (points chauds), notamment dans le district de Mbour, du côté de Kirène, et dans la zone de Sindia.

Selon lui, la persistance d’une prévalence assez élevée dans ces endroits « peut s’expliquer par une forte concentration de la population humaine, avec les échanges qu’il y a avec les camionneurs qui séjournent dans la zone ».

« Dans la commune de Thiès, par contre, nous avons moins de 5 cas pour mille habitants », a insisté le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme.

Dans la même catégorie