MAP COM2019: Focus sur les politiques budgétaires, le commerce intra-africain et le secteur privé à l’ère du numérique MAP L’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacés internes (Vice-secrétaire générale de l’ONU) ANGOP PR considera Cuito Cuanavale património da África Austral APS CONTRE MADAGASCAR, ALIOU CISSÉ PROMET DE METTRE  »LA MEILLEURE ÉQUIPE POSSIBLE » APS LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS) APS MACKY SALL INVITÉ À ŒUVRER POUR  »UNE SOCIÉTÉ SANS ENFANT MENDIANT, NI DÉFICIENTS MENTAUX EN ERRANCE (…) ». MAP Mali: au moins une cinquantaine de civils tués dans l’attaque d’un village peul ACP RDC: Le secrétaire de l’OIF s’entretien avec les femmes entrepreneures ACP La TICAD souligne l’importance des infrastructures de base dans le développement de la RDC ACP RDC: Démarrage des opérations de contrôle de l’application du SMIG dans le secteur du commerce

Parution de « L’Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : entre l’espoir et la réalité », de Hatim Souktani


  19 Septembre      174        Livres (285),

   

Rabat, 19/09/2018 (MAP) – « L’Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : entre l’espoir et la réalité » est l’intitulé du nouvel ouvrage de l’écrivain Hatim Souktani, qui plaide pour une réforme visant une restructuration du Conseil de sécurité des Nations Unies en faveur des pays de l’Afrique.

Rédigé en 172 pages, ce livre offre aux lecteurs une analyse des atouts et des obstacles liés à une représentation proportionnelle et permanente du continent africain au Conseil de sécurité de l’ONU, tout en jetant la lumière sur la position et le poids africain du Maroc.

L’Afrique, à l’instar des nouvelles puissances, aspire à un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, à l’heure où des voix de la communauté internationale se font entendre pour une véritable réforme de ce conseil, écrit l’auteur, qui justifie cette revendication par le grand nombre des pays africains Etats membres de l’ONU.

A travers cet essai, qui se décline en trois parties, l’auteur tente également de mettre en exergue le poids des pays africains, lesquels « constituent une grande puissance économique, démographique et un grand réservoir de troupes militaires ayant pour but la préservation de la sécurité et la paix mondiales », à l’heure où le Conseil de sécurité est « sous l’emprise exclusive des cinq puissances traditionnelles ».

Ainsi, dans la première partie intitulée « Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : ambitions et atouts », l’auteur énumère les différents atouts endogènes et exogènes favorables à l’admission de l’Afrique en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, avec ou sans droit au veto.

L’ouvrage se consacre, toutefois, dans sa deuxième partie « Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : obstacles à l’admission », aux difficultés et obstacles que rencontre l’ambition africaine, notamment ceux liés à l’absence d’unanimité autour des pays éligibles à représenter le continent à cause des différences culturelles, linguistiques, raciales et religieuses.

Concernant la troisième et dernière partie du livre, « les perspectives et alternatives à l’admission permanente de l’Afrique au Conseil de sécurité », M. Souktani pousse la réflexion et propose d’autres alternatives à cette représentation permanente, tout en plaidant en faveur d’une introduction graduelle des pays africains pour l’accession à des sièges permanents au sein de l’organisation onusienne.

« Nous proposons entre autres de prolonger le mandat des sièges non permanents, ou alors proposer l’Union Africaine en tant qu’organisation continentale à représenter l’Afrique avec ou sans droit de veto », suggère-t-il.

Médecin ophtalmologiste, Hatim Souktani est docteur en droit privé et chercheur en sciences politiques et en gouvernance européenne. Il est également écrivain et président de l’Institut méditerranéen des sciences criminelles.

Dans la même catégorie