APS MOUSSA NDIAYE, GRANDE RÉVÉLATION DE LA COUPE DU MONDE U20 (FRANCE FOOTBALL) APS AMINATA DIOP SALL OFFERTE EN MODÈLE DE RÉUSSITE DANS LES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES APS LA SÉCURITÉ SANITAIRE AU MENU D’UNE SESSION DE FORMATION ATOP SOTOUBOUA : LA POPULATION SENSIBILISEE SUR L’ALBINISME MAP Programme « Afrique créative »: Appel à candidatures ouvert jusqu’au 15 août prochain (AFD) ATOP SENSIBILISATION SUR L’USAGE INAPPROPRIE DES ANTIBIOTIQUES A LA FACULTE DES SCIENCES DE SANTE DE L’UK ATOP LA CECAP DRESSE UN BILAN POSITIF DE SES ACTIVITES DE 2018 ATOP JOURNEE MONDIALE DU DON DE SANG 2019 : LE CNTS APPELLE LA POPULATION A DONNER DU SANG POUR SAUVER DES VIES MAP Le Comité des Représentants permanents de l’UA tient à Addis-Abeba sa 38 session ordinaire avec la participation du Maroc AGP COPA America : la Colombie surprend l’Argentine de Messi (2-0)

Parution de « L’Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : entre l’espoir et la réalité », de Hatim Souktani


  19 Septembre      191        Livres (302),

   

Rabat, 19/09/2018 (MAP) – « L’Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : entre l’espoir et la réalité » est l’intitulé du nouvel ouvrage de l’écrivain Hatim Souktani, qui plaide pour une réforme visant une restructuration du Conseil de sécurité des Nations Unies en faveur des pays de l’Afrique.

Rédigé en 172 pages, ce livre offre aux lecteurs une analyse des atouts et des obstacles liés à une représentation proportionnelle et permanente du continent africain au Conseil de sécurité de l’ONU, tout en jetant la lumière sur la position et le poids africain du Maroc.

L’Afrique, à l’instar des nouvelles puissances, aspire à un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, à l’heure où des voix de la communauté internationale se font entendre pour une véritable réforme de ce conseil, écrit l’auteur, qui justifie cette revendication par le grand nombre des pays africains Etats membres de l’ONU.

A travers cet essai, qui se décline en trois parties, l’auteur tente également de mettre en exergue le poids des pays africains, lesquels « constituent une grande puissance économique, démographique et un grand réservoir de troupes militaires ayant pour but la préservation de la sécurité et la paix mondiales », à l’heure où le Conseil de sécurité est « sous l’emprise exclusive des cinq puissances traditionnelles ».

Ainsi, dans la première partie intitulée « Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : ambitions et atouts », l’auteur énumère les différents atouts endogènes et exogènes favorables à l’admission de l’Afrique en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, avec ou sans droit au veto.

L’ouvrage se consacre, toutefois, dans sa deuxième partie « Afrique membre permanent du Conseil de Sécurité : obstacles à l’admission », aux difficultés et obstacles que rencontre l’ambition africaine, notamment ceux liés à l’absence d’unanimité autour des pays éligibles à représenter le continent à cause des différences culturelles, linguistiques, raciales et religieuses.

Concernant la troisième et dernière partie du livre, « les perspectives et alternatives à l’admission permanente de l’Afrique au Conseil de sécurité », M. Souktani pousse la réflexion et propose d’autres alternatives à cette représentation permanente, tout en plaidant en faveur d’une introduction graduelle des pays africains pour l’accession à des sièges permanents au sein de l’organisation onusienne.

« Nous proposons entre autres de prolonger le mandat des sièges non permanents, ou alors proposer l’Union Africaine en tant qu’organisation continentale à représenter l’Afrique avec ou sans droit de veto », suggère-t-il.

Médecin ophtalmologiste, Hatim Souktani est docteur en droit privé et chercheur en sciences politiques et en gouvernance européenne. Il est également écrivain et président de l’Institut méditerranéen des sciences criminelles.

Dans la même catégorie