ACP L’épidémie de virus Ebola déclarée à moindre risque de propagation au niveau international ACP Concertation à Matadi sur l’impact du barrage hydroélectrique d’Inga AIB Contexte d’insécurité au Burkina: les professionnels des médias invités à privilégier l’intérêt de la nation AIB Un gendarme et un assaillant tués dans l’attaque du poste de la gendarmerie de Barani AIB Assemblée générale des Etablissements publics de l’Etat: Quatre-vingt-deux institutions présentent leur rapport de gestion AIB SIAO 2018: Au moins 250 acheteurs et visiteurs professionnels attendus à Ouagadougou (officiel) ACP Près de 288 structures enregistrées par PAO au cours des journées portes ouvertes ACP Les adolescents ont besoin d’un encadrement dans la durée pour devenir responsables, affirme Mme Mokili ACP RDC: Hommage du vice-gouverneur du Sud-Kivu  à la journaliste Solange Lusiku ACP RDC: Sensibilisation à Mbakana des hommes et des femmes sur le processus électoral

Pékin  »endette très facilement » ses partenaires, Taïpei mise sur les ressources humaines (diplomate taïwanais)


  16 Mai      29        Economie (20568),

   

Ouagadougou, 16 mai 2018 (AIB)-Contrairement à Pékin qui  »endette très facilement » ses partenaires, Taïpei travaille au renforcement des ressources humaines de ses alliés, estime l’ambassadeur de la Chine-Taïwan au Burkina Faso Shen Cheng-Hong.
 »Nous ne sommes pas comme certains pays qui peuvent construire des routes et des chemins de fer en deux ou trois ans, mais nous travaillons à établir la capacitation des ressources humaines ; ce qu’on ne peut pas faire en un ou deux ans », a affirmé Shen Cheng-Hong.
L’ambassadeur de la République de Chine-Taïwan au Burkina Faso qui s’exprime dans une interview publiée mercredi par le quotidien public Sidwaya, s’est également prononcé sur la politique de la Chine populaire en Afrique.
 »A ma connaissance, la façon dont Pékin travaille, va facilement endetter les pays bénéficiaires, parce qu’il fait des grands travaux et les pays bénéficiaires n’ayant pas d’argent, la Chine (populaire) leur donne de l’argent soit par ligne de crédit, soit elle va demander par exemple, l’exploitation d’une mine d’or, de fer… pour (se) rembourser », a ajouté Cheng-Hong.
Le diplomate a pris le contre-exemple de la Sri Lanka où selon lui, Pékin a demandé le droit d’exploiter gratuitement pendant 99 ans, un port maritime que le pays n’arrivait plus à rembourser les coûts.
 »Contrairement à la Chine Pékin, nous, nous analysons les besoins des pays (amis) et nous apportons notre expertise sans demander presque rien », foi de l’ambassadeur.
Depuis le rétablissement des liens diplomatiques entre le Burkina Faso et la Chine-Taïwan, le premier bénéficie d’appuis au niveau de l’agriculture, de la santé, de l’énergie solaire et de la formation professionnelle.
 »Ce qu’on demande en retour, c’est que sur la scène internationale et dans certaines organisations (comme l’OMS), le Burkina Faso soutient Taïwan parce que nous voulons participer comme pays observateur, mais il y a toujours le blocage de certains pays », a souhaité Shen Cheng-Hong.
En rappel, la Chine est divisée depuis 1949 en Chine populaire et Chine-Taïwan. Chaque entité revendique l’intégralité du territoire et déconseille ses alliés de nouer des relations diplomatiques avec l’autre camp.
Après le désistement de la République Dominicaine le 1ermai 2018, la République de Chine-Taïwan n’a plus que 19 alliés dans le monde dont le Burkina Faso et le Royaume du Swaziland en Afrique, note-t-on également.

Dans la même catégorie