ANP L’ambassadeur du Nigéria reçu par le Chef d’État du Niger ANP Maradi: Lancement d’une campagne sur de la planification familiale APS Cité du savoir de Diamniadio, un futur  »écosystème » pour la création d’entreprises et de start-up (Responsable) APS L’État invité à anticiper les pertes d’emplois liés au numérique APS Saint-Louis: Inhumation des quatre pêcheurs retrouvés morts au Cap-Vert APS Médias: Macky Sall plaide pour un message positif sur l’Afrique NAN Nigerian Army destroys bandits’ camp in Zamfara, Northwest Nigeria NAN Abuja chamber calls for strengthening of Nigeria-India economic ties MAP Rwanda : 14 mineurs tués dans l’éboulement d’une mine dans l’est du pays ATOP UNE JOURNEE PORTE OUVERTE SUR LA GEOGRAPHIE A L’UNIVERSITE DE KARA

Pertes de récoltes : l’ISRA mise sur l’information climatique


Dakar, 4 déc (APS) – L’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), à travers la mise en place des villages climato-intelligents, cherche à amener les producteurs à utiliser les informations climatiques afin d’éviter des pertes de récolte dues aux changements climatiques, a précisé dimanche la directrice du Centre national de recherches forestières (CNRF) de l’ISRA, Djamilatou Sanogo.

Elle s’exprimait lors d’une conférence de presse au Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), en marge de la 25ème édition de la Foire international de Dakar (FIDAK). La rencontre avec la presse s’est tenue au stand de l’ISRA, sis au pavillon Brun.

Mme Sanogou soutient que l’ISRA, en collaboration avec l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) et le Centre international pour la recherche en agroforesterie (ICRAF), a développé le modèle de village climato-intelligent à Kaffrine, afin de trouver des solutions intelligentes à ces changement climatiques.

Ce modèle, explique-t-elle, est un village à travers lequel « on développe des techniques climato-intelligentes pour accroître la production, améliorer la résilience et éviter la sécrétion de carbone », a-t-elle expliqué.

Pour mettre en place ces techniques, un diagnostic a été fait afin de connaître les ressources dont disposent les populations, les types d’aléas climatiques et la vulnérabilité des populations face à ces aléas pour définir les stratégies à développer afin de les atténuer.

 »Nous avons procédé par quatre étapes avec l’utilisation de l’information climatique, le développement des pratiques climato-intelligentes […] », a-t-elle indiqué.

 »Il y a trois types de variabilité, ce qui fait que les populations ne se retrouvaient pas, et il fallait les amener à travailler avec les informations climatiques. Pour cela, nous avons installé un groupe constitué par le gouvernement, l’administration, les collectivités locales et les producteurs », a-t-elle dit.

Après avoir été recueillies grâce à l’ANACIM, les informations climatiques sont mises à la disposition du groupe pour le choix des variétés qui s’adaptent à chaque situation.  »L’information est diffusée à travers la radio communautaire pour tout le village qui va se préparer à l’hivernage », ajoute-elle.

Des pratiques climato-intelligentes seront également développées afin d’amener les populations à garder les souches d’arbres, pour l’amélioration des conditions environnementales, et à choisir les bonnes variétés.

 »Une plateforme d’innovation et de prise de décisions sera aussi mise en place et elle impliquera toutes les parties prenantes du développement local », a indiqué la directrice de CNRF.

SK/ASG

Dans la même catégorie