AIP Un sous-préfet ivoirien échappe à un lynchage AIP Les partisans de Laurent Gbagbo jubilent à Bonoua AIP Les enseignants de Los Angeles en grève GNA First Lady to host Merck African Asian Luminary Conference in October GNA Professor Atsu Ayee calls for reconstructing the Ghanaian society GNA NDC postpones flagbearer election APS POUR UN ALLÈGEMENT FISCAL FAVORISANT UN RETOUR RAPIDE SUR INVESTISSEMENT APS THIÈS : PARENTERUS, UNE USINE DE ’’SOLUTÉS STÉRILES’’ INAUGURÉE À BAYAKH 15 janvier 2019 à 21h15min 0 0% Tags: APS SODAGRI TABLE SUR UNE PRODUCTION DE 270 000 TONNES DE RIZ À KOLDA APS LES MONITEURS DES DAARAS MODERNES CHOISIS PARMI LE PERSONNEL DE L’EDUCATION NATIONALE (MINISTRE)

Placebo à Mawazine, la preuve que le rock a encore de beaux jours devant lui


Par Amal TAZI

Rabat, 03 juin 2015 (MAP) – Les nostalgiques de la musique rock, nombreux à envahir mardi soir l’espace OLM Suissi à Rabat, scène internationale du Festival Mawazine-Rythmes du monde (29 mai-6 juin), étaient bien comblés de se voir transportés par le tempo énergique du groupe britannique Placebo, emblématique de la scène rock mondiale.

A la veille du concert, le leader du groupe, le chanteur et guitariste Brian Molko misait déjà sur « la symbiose et l’euphorie collective », alors qu’il ne connaissait pas encore le public marocain en dehors des échos positifs entendus sur la réactivité et l’énergie dont ce beau public est capable de générer.

Il s’en est bien servi et du coup les conditions qu’il espérait pour garantir un bon spectacle étaient là.

« C’est la première fois que nous nous produisons au Maroc. Nous vivons une expérience fantastique. Merci beaucoup pour cette chaleur et cette générosité », a-t-il lancé devant une foule enflammée, un public plutôt adulte, plus familier au style rock qui a connu ses moments de gloire dans les années 1980.

On est loin du concert de la veille avec le DJ suédois Avicii dont les rythmes modernes et rapides attirent plus les jeunes et les adolescents.

C’est donc avec bonheur que les mélomanes du rock ont pu revivre l’ambiance électrique d’antan et vibrer aux rythmes de la musique de Placebo qui continue de charmer avec ses guitares assourdissantes et virtuoses, suivant l’extraordinaire amplitude vocale de Brian Molko.

Fidèle à son look habituel avec sa tenue noire et ses lunettes de soleil, Molko, également auteur-compositeur du groupe, a fait voyager le public à travers son univers musical, avec une sélection de ses anciens et nouveaux tubes à succès.

Il a chanté « Passion flower », « Loud like love », « Who what it’s worth », « Black eyed », « Too many friends », « Remember me », « One of a kind », « Song to say goodbye », autant de chansons qui se distinguent par la force de leurs textes poétiques. Il y aborde les thématiques de l’amour, de l’amitié, de la séparation et de la nostalgie.

Le leader de Placebo avait souligné, lors d’une conférence de presse avant le concert, qu’il ne choisissait pas les sujets, les paroles apparaissant spontanément lors du processus d’écriture, d’où la tendance du groupe à commencer d’abord par composer la musique.

« C’est une façon de découvrir soi, une sorte de réflexion sur le subconscient », selon le musicien qui y voit aussi « une démarche thérapeutique, une catharsis ».

S’agissant de ses projets à venir, le groupe, actuellement en tournée avec son dernier opus « Loud like love » veut se donner le temps pour avoir le recul nécessaire avant d’enregistrer un nouvel album.

« Nous avons souvent une réaction allergique après le dernier album et pour intéresser, il faut sans cesse se renouveler », soutient Molko qui se dit optimiste pour l’avenir de la musique rock qui a certes perdu du terrain, durant les dernières années, sous l’influence de la musique pop et électro, mais devrait revenir en force.

Créé en 1996 à Londres sous l’impulsion de Brian Molko et du bassiste Stefan Olsdal, Placebo a conquis des centaines de millions de fans grâce à sa musique énergique, son style incisif et une esthétique romantico-punk unique sur la scène musicale.

Depuis 1996 et la sortie de son premier single, Come Home, le groupe enchaîne les succès et les concerts à guichets fermés à travers la planète. Without You I’m Nothing, Black Market Music, Sleeping With Ghosts, Meds, Battle For The Sun, Loud Like Love : tous les albums de Placebo sont la preuve que le rock a encore de beaux jours devant lui.

Neuf jours durant, le festival Mawazine-Rythmes du monde, rendez-vous annuel artistique attendu par des millions de mélomanes, toutes générations confondues, accueille pas moins de 1.000 artistes, parmi lesquels de grandes figures de la chanson marocaine et arabe, des stars internationales, ainsi que des ambassadeurs des traditions mondiales des différentes contrées du monde.

TI—COUV.
IT.

Dans la même catégorie