AIP Hommage au président Ouattara, en mars à Abengourou AIP PMU: La 103e édition du Grand prix d’Amerique célébrée à Port-Bouët AIP Un marathon pour consolider la cohésion sociale à Tanda MAP Angola : Les exportations de diamants génèrent près de 2 milliards dollars en 2022 (ministère) APS Omar Dramé, nouveau Secrétaire général du Sytrapas ANG Cooperação/Rússia manifesta disponibilidade para perdoar dívida da Guiné-Bissau AIP Une bibliothèque du Rotary club Abidjan-Biétry à l’école NDA de Grand-Bassam AIP Le mandat 2023 de la JCI de Séguéla placé sous le sceau de la croissance et de la formation AIP Sept nouveaux cas de Covid-19 AIP REVUE DE PRESSE : « Week-end politique très animé »

Plaidoyer pour la création d’un fonds en faveur des victimes des conflits armés en RDC


  29 Novembre      12        Société (40956),

   

Kinshasa 29 nov.2022 (ACP).- La RDC a proposé la création d’un fonds pour la réparation des victimes des conflits armés,  lors de la clôture mardi de la Conférence sur la prévention des violences sexuelles dans les zones des conflits, tenue à Londres en Angleterre, a appris l’ACP le même jour, du cabinet de la ministre du Genre.

A cette occasion, la ministre du Genre, Gisèle Ndaya a plaidé pour la mise en place d’un fonds pour la réparation des victimes des VBG liés aux conflits armés, l’institutionnalisation des centres intégrés des services multisectoriels (CISM), l’implication personnelle du Président de la République en tant que champion de la masculinité positive à la lutte contre les VBG en période des conflits ainsi que les actions de sensibilisation de la campagne Tolérance zéro immédiate.

«  Je profite de l’occasion pour passer en revue l’expérience de la RDC en rapport avec la stratégie de communication basée sur une sensibilisation pérenne dans la communauté visant le changement de comportement. Je sollicite également un accompagnement conséquent de mon ministère », a souligné la ministre du Genre.

S’agissant de la lutte contre les violences sexuelles, « plusieurs défis doivent être relevés pour une meilleure mise en œuvre de ce combat’ », a-t-elle reconnu, tout en étant consciente de l’énormité de la tache.

«  Le travail à faire est immense et nécessite l’implication des acteurs engagés dans la recherche de la paix et dans la lutte contre les violences sexuelles « , a fait savoir Mme Ndaya.

Par ailleurs, la RDC a été représentée par une forte délégation composée de la première Dame, Denise Nyakeru Tshisekedi, de la ministre de la Justice et Garde des Sceaux et des activistes des droits des femmes venues des provinces agressées par la rébellion du M23.

Ouverte lundi dernier, ces assises ont connu la participation des groupes internationaux, des communautés religieuses et des survivantes des violences sexuelles.

Dans la même catégorie