AIP Côte d’Ivoire/JIF 2019 dans le Bounkani: D’importants dons offerts aux groupements féminins AIP Un nouveau bureau MCC chargé de l’égalité entre les genres ouvert en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ Deux monuments en construction pour embellir Touba AGP Le Maroc sollicité pour la mise en place d’un Institut supérieur de formation agricole au Gabon AIP Côte d’Ivoire/ Un atelier sur le droit communautaire UEMOA à Abidjan AIP Côte d’Ivoire/ Des séances de dépistage du cancer du col de l’utérus à Yamoussoukro Inforpress Moradores de Cidadela vão pedir na justiça suspensão das actividades do posto de combustível da Enacol Inforpress Bolsa de Acesso à Cultura vai financiar mais 70 escolas e associações a nível nacional Inforpress Porto Novo: Rede de água contempla centena de famílias em Lombo Figueira, Ribeirão Fundo e Água das Caldeiras AIP La Première dame de Côte d’Ivoire appelle à l’accélération des réformes pour le développement du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat féminin

PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE


  21 Mars      18        Société (48381),

   

Dakar, 21 mars (APS) – Le directeur de l’Office national de
l’assainissement du Sénégal (ONAS), Lansana Gagny Sakho, a plaidé
jeudi pour une réforme du secteur de l’hydraulique au Sénégal.

« L’assainissement a un coût, aujourd’hui, l’ONAS a moins de 15% de la
redevance sur le prix de l’eau. Je pense qu’il faut rééquilibrer les
choses à travers la réforme de l’hydraulique », a-t-il déclaré

Lansana Gagny Sakho s’exprimait lors de la cérémonie de présentation
du Programme national de développement durable de l’assainissement
autonome (PNDDAA).

Ce nouveau programme se veut un outil stratégique visant à coordonner
les approches et les méthodologies dans le sous-secteur de
l’assainissement autonome (AA) en milieu urbain au Sénégal, dans le
but d’atteindre le volet assainissement des Objectifs de développement
durable (ODD) en 2030.

Selon le directeur général de l’ONAS, « il urge aujourd’hui de
rééquilibrer les choses et de revoir la part de la SONES », à l’image
de ce qui se fait en Tunisie, via « un partage équitable » de la
redevance allouée à ce secteur.

L’ONAS a été lancé en 1996 « avec zéro investissement, nous sommes en
2019 avec des investissements qui ont été multipliés par vingt. Donc
il y a un travail de fond à faire pour revoir la part de l’ONAS avec
la nouvelle réforme de l’hydraulique qui est actuellement en cours »,
a-t-il argumenté.

A en croire Lansana Gagny Sakho, une telle évolution devrait permettre
à l’ONAS de « continuer à maintenir ses ouvrages et à assurer leur
pérennité ».

Dans la même catégorie