ACP L’épidémie de virus Ebola déclarée à moindre risque de propagation au niveau international ACP Concertation à Matadi sur l’impact du barrage hydroélectrique d’Inga AIB Contexte d’insécurité au Burkina: les professionnels des médias invités à privilégier l’intérêt de la nation AIB Un gendarme et un assaillant tués dans l’attaque du poste de la gendarmerie de Barani AIB Assemblée générale des Etablissements publics de l’Etat: Quatre-vingt-deux institutions présentent leur rapport de gestion AIB SIAO 2018: Au moins 250 acheteurs et visiteurs professionnels attendus à Ouagadougou (officiel) ACP Près de 288 structures enregistrées par PAO au cours des journées portes ouvertes ACP Les adolescents ont besoin d’un encadrement dans la durée pour devenir responsables, affirme Mme Mokili ACP RDC: Hommage du vice-gouverneur du Sud-Kivu  à la journaliste Solange Lusiku ACP RDC: Sensibilisation à Mbakana des hommes et des femmes sur le processus électoral

Plan de relance économique : l’accent mis sur la communication pour mieux vulgariser les effets induits


  26 Avril      23        Société (43655),

   

Libreville, 26 avril (AGP) – Le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet a promis de mettre un accent sur la communication pour mieux vulgariser les effets induits, au cours d’un entretien qu’il a eu, ce jeudi à Libreville, avec la presse nationale et internationale sur la restitution à mi-parcours du Plan de Relance de l’économique  gabonaise, a constaté l’AGP.

Après la restitution du plan de Relance de l’Économie (PRE), à mi-parcours, le Chef du gouvernement gabonais s’est prêté aux questions des journalistes,  portant sur un certain nombre de sujets actuels. Notamment le volet appropriation  de l’administration du Plan de relance de l’économie, l’article 8 de la Constitution qui octroie l’exclusivité du pouvoir au président de  la République, la réduction de la masse salariale,  l’amélioration du climat des affaires, les reformes de la Fonction Publique, ainsi que  l’efficacité et  la pertinence des centres de formation.

Abordant le volet appropriation  du Plan de Relance de l’Économie par l’administration, Premier ministre a insisté sur la nécessité pour celle-ci d’exécuter les mesures dictées par le Gouvernement. Selon lui,  »il devrait y  avoir une réelle symbiose entre l’administration et le gouvernement ».  Au niveau du gouvernement, a-t-il précisé,  »un travail est fait par trimestre  dans ce sens auprès du président de la République. Nous avons le devoir de rendre compte une fois par trimestre au Chef de l’État, en conseil des ministres, le travail qui est fait en matière du Plan de Relance de l’Économie », a-t-il dit.

Sur ce point, il a expliqué qu’il y a un réel problème de perception sur les actions menées par l’État, citant en exemple les dépenses effectuées à ce titre sur le domaine des services sociaux, notamment les soins publics. Emmanuel Issoze Ngondet a, par ailleurs, expliqué que  » les résultats  sont effarants en terme  de volume contrairement à l’impact que les gabonais ont des effets  induits. L’État a déployé des enveloppes importantes pour garantir la qualité des produits, on a comme l’impression  que l’État ne fait pas grand-chose  en terme de soins publics  », a-t-il renchéri. Pour y parvenir, il a suggéré   de revoir  la politique de l’État en y mettant l’accent sur la communication, la révision des commandes publiques ».

S’agissant du volet de la réduction de la masse salariale, le Premier ministre a expliqué   »qu’en 2014, la masse salariale de la Fonction Publique était de 400 à 430 milliards de francs par an et en 2017, elle  est montée  à 747 milliards de F CFA. Aujourd’hui, la question est de savoir si les recettes engrangées permettent de répondre à cette masse salariale. Pour cela, il y a tout une panoplie de programmes à mettre en place  parmi  lesquelles la restructuration de l’outil de l’Office gabonais des recettes ».

Sur la question de  l’article 8  de la Constitution qui octroie l’exclusivité du pouvoir au président de la République,  le Premier ministre a expliqué  »que celui-ci n’amenuise pas les fonctions de Premier ministre. Il est étroitement mis sur la politique du président de la République. Pour le Premier ministre, il ne s’accommode pas des fonctions qui lui sont attribuées  d’afficher les désaccords avec son Chef suprême ».

De l’amélioration du climat des affaires au Gabon, M. Issoze Ngondet a précisé  » que le gouvernement veille sur la mise en place des mécanismes qui aident  à la création d’emplois. Sur ce volet,  14 reformes ont été mises en place par le ministre de la Promotion et de l’Investissement, de sorte  que toutes les exigences de l’amélioration des affaires soient attractives, à l’exemple de Kigali (au Rwanda) où la création des entreprises se fait en une journée ».

S’agissant  des reformes de la Fonction Publique, notamment la question du paiement au 30ème, le patron de l’administration a précisé,  qu’il y a plusieurs avantages sur ce point,  singulièrement le paiement en fonction du  travail effectué, s’investir  dans  son activité,  toute chose qui amènera l’État  à réaliser des économies. Abordant le cas des départs en retraite, il a suggéré qu’il faut concilier les capacités de l’État au volume de départ en retraite.

Quant à l’efficacité et  la pertinence  des centres de formation, il a annoncé la création d’un nouveau centre d’emplois. Il s’agit là, a-t-il conclu, d’adopter ces formations à l’emploi.

CSM/CEM/SM/FSS

Dans la même catégorie