MAP COM2019: Focus sur les politiques budgétaires, le commerce intra-africain et le secteur privé à l’ère du numérique MAP L’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacés internes (Vice-secrétaire générale de l’ONU) ANGOP PR considera Cuito Cuanavale património da África Austral APS CONTRE MADAGASCAR, ALIOU CISSÉ PROMET DE METTRE  »LA MEILLEURE ÉQUIPE POSSIBLE » APS LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS) APS MACKY SALL INVITÉ À ŒUVRER POUR  »UNE SOCIÉTÉ SANS ENFANT MENDIANT, NI DÉFICIENTS MENTAUX EN ERRANCE (…) ». MAP Mali: au moins une cinquantaine de civils tués dans l’attaque d’un village peul ACP RDC: Le secrétaire de l’OIF s’entretien avec les femmes entrepreneures ACP La TICAD souligne l’importance des infrastructures de base dans le développement de la RDC ACP RDC: Démarrage des opérations de contrôle de l’application du SMIG dans le secteur du commerce

Pleins feux sur la littérature d’expressions africaines au salon SEALLA de Bamako


  23 Janvier      30        Arts & Cultures (2419), Livres (285),

   

Rabat, 23 jan. 2016 (MAP)- La première édition du « Salon de l’écrit et du livre en langues africaines » (SAELLA) se tient depuis mercredi dans la capitale malienne, Bamako, avec la participation des spécialistes et des hommes de culture de différents pays africains.

Ce salon, initié par AFRILIVRES, une association qui regroupe 34 maisons d’édition de 13 pays francophones d’Afrique sub-saharienne, a pour objectifs « de dresser un état des lieux de la conception, de la publication, et de la diffusion des productions littéraires de langues africaines, ainsi que d’accroître leur visibilité », selon les organisateurs.
Il s’agit également de discuter de la problématique des langues africaines et des nouvelles technologies.
Pour la ministre malienne de la culture, de l’artisanat et de tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ce salon « participe à une meilleure prise en compte de nos langues nationales dans la production littéraire et éducative ».
« Certes, les systèmes éducatifs de nombre de pays ont fait des efforts en institutionnalisant l’usage des langues nationales comme langues d’apprentissage à la base, mais beaucoup reste encore à faire dans la détermination d’une politique éditorialiste qui fait une place de choix aux langues nationales », a souligné Mme Ramatoulaye Diallo, cité par le journal +Les Echos+.
« Les langues africaines doivent occuper toute leurs places à l’école et dans les sociétés. Elles sont les meilleures vecteurs de nos cultures », a soutenu, pour sa part, le président de l’organisation malienne des éditeurs du Livre, Hamidou Konaté.
Avec deux mille langues, l’Afrique offre une variété linguistique impressionnante. Les spécialistes admettent néanmoins cinq grandes familles, en l’occurrence les langues afro-asiatiques, les langues nilo-sahariennes, les langues nigéro-congolaises, les langues khoïsan et les langues austronésiennes.
Cependant, le nombre des livres écrits en langues africaines reste particulièrement faible, selon les spécialistes.

TB—BI.
HA.

Dans la même catégorie