AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019 AGP MEF : le gouvernement guinéen et le groupe de la Banque mondiale signent un accord de financement de projet de mobilité et de connectivité rurale AGP Le Président Alpha Condé lance le numéro d’immatriculation de la direction nationale des Impôts AIP Côte d’Ivoire/ Les chefs traditionnels s’inquiètent des problèmes de cohabitation entre les communautés à Agboville AIP Côte d’Ivoire/ Une grève des enseignants paralyse l’école à Agboville AIP Côte d’Ivoire/ Un opérateur économique offre des bureaux à l’IEP Bouaflé Centre AIP Côte d’Ivoire/ La grève des établissements secondaires publics effective à Man ACP Appel à un renouveau citoyen et à la participation à la reconstruction du Congo ACP Le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo appelé à traduire en actes les attentes de la jeunesse congolaise

Pleins feux sur la littérature d’expressions africaines au salon SEALLA de Bamako


  23 Janvier      26        Arts & Cultures (2293), Livres (272),

   

Rabat, 23 jan. 2016 (MAP)- La première édition du « Salon de l’écrit et du livre en langues africaines » (SAELLA) se tient depuis mercredi dans la capitale malienne, Bamako, avec la participation des spécialistes et des hommes de culture de différents pays africains.

Ce salon, initié par AFRILIVRES, une association qui regroupe 34 maisons d’édition de 13 pays francophones d’Afrique sub-saharienne, a pour objectifs « de dresser un état des lieux de la conception, de la publication, et de la diffusion des productions littéraires de langues africaines, ainsi que d’accroître leur visibilité », selon les organisateurs.
Il s’agit également de discuter de la problématique des langues africaines et des nouvelles technologies.
Pour la ministre malienne de la culture, de l’artisanat et de tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ce salon « participe à une meilleure prise en compte de nos langues nationales dans la production littéraire et éducative ».
« Certes, les systèmes éducatifs de nombre de pays ont fait des efforts en institutionnalisant l’usage des langues nationales comme langues d’apprentissage à la base, mais beaucoup reste encore à faire dans la détermination d’une politique éditorialiste qui fait une place de choix aux langues nationales », a souligné Mme Ramatoulaye Diallo, cité par le journal +Les Echos+.
« Les langues africaines doivent occuper toute leurs places à l’école et dans les sociétés. Elles sont les meilleures vecteurs de nos cultures », a soutenu, pour sa part, le président de l’organisation malienne des éditeurs du Livre, Hamidou Konaté.
Avec deux mille langues, l’Afrique offre une variété linguistique impressionnante. Les spécialistes admettent néanmoins cinq grandes familles, en l’occurrence les langues afro-asiatiques, les langues nilo-sahariennes, les langues nigéro-congolaises, les langues khoïsan et les langues austronésiennes.
Cependant, le nombre des livres écrits en langues africaines reste particulièrement faible, selon les spécialistes.

TB—BI.
HA.

Dans la même catégorie