AIP Baromètre des CEOs africains 2020 : La Côte d’Ivoire, pays le plus attractif pour les investisseurs (Etude) AIP Inter/ Alassane Ouattara appelle à une riposte collective contre la COVID-19 AIP Visite d’État: Des cadres de Manfla mobilisent les populations pour le meeting à Zuénoula AIP Visite d’Etat: 1.200 habitants du quartier Proniani de Sinfra connectés au réseau électrique AIP Visite d’État: CI-Energies soutient le secteur éducatif de Sinfra AIP Visite d’Etat: Ouattara va procéder à la mise sous tension électrique de trois villages de Zuénoula AIP Visite d’Etat: les villages de Baazra I, Baazra II et Klazra reconnaissants au chef de l’Etat AIP Visite d’Etat: Les travaux de bitumage de l’axe routier Sinfra-Bouaflé lancés AIP Inter/ Ouattara exprime sa gratitude aux partenaires internationaux engagés pour la réussite de l’élection présidentielle AIP Visite d’Etat : Plaidoyer pour l’électrification de la maternité de Baazra

Plus de 1000 plaintes déjà enregistrées par le CNDH depuis janvier


  30 Juillet      17        Environnement/Eaux/Forêts (2094), Photos (4185),

   

Abidjan, 30 juil 2020 (AIP)- Au total, 1027 plaintes ont été portées au Conseil national des droits de l’homme (CNDH) du début de l’année au 29 juillet 2020, a relevé, le jeudi 30 juillet 2020, à son siège à Abidjan, sa présidente Namizata Sangaré, lors de sa 4ème session du mécanisme conjoint avec les points focaux « Droits de l’Homme » des partis et groupements politiques.

« Ces dossiers, nous les traitons au maximum quand nous sommes saisis, pour aider les plaignants à voir leurs droits restaurés », a indiqué Mme Sangaré. Elle a assuré que sa structure, chaque jour, œuvre en toute impartialité, pour que la Côte d’Ivoire demeure toujours un état de droit.

La présidente du CNDH a décrié les propos haineux observés dans les médias, au détriment de la cohésion sociale et de la paix. « Notre pays n’a pas besoin de cela. Il nous faut éviter tout ce qui peut nous tirer vers le bas », a-t-elle déclaré.

En tant que représentant de son parti à cette session, Me Suy Bi s’est félicité du suivi fait par le CNDH quant à l’accès des partis politiques aux médias publics. Toutefois, il a estimé que l’écart du temps d’antenne entre l’opposition et la coalition au pouvoir est disproportionné. « Les partis politiques sont pratiquement absents des médias et cette question doit être réglée », a-t-il indiqué.

Mme Sangaré a expliqué que son conseil est saisi de l’évolution des activités et travail à la décrispation. « S’il n’y a pas de stabilité politique, il ne peut pas avoir de stabilité sociale (…), tout ce que nous faisons participe à la décrispation », a-t-elle déclaré, estimant que les partis politiques doivent davantage être mis à contribution pour renforcer le respect des droits de l’Homme, la stabilité et la paix en Côte d’Ivoire.

Dans la même catégorie