Togo : L’AFD offre 6,5 milliards FCFA au Togo pour la phase II Togo : Le conseil des droits de l’Homme salue les efforts « significatifs » du Togo Togo : La distribution d’allocations de bourse d’étude aux orphelins de l’ONG AOIB lancée a Lome Togo : Le médiateur de la République déclare ses biens et avoirs devant la cour constitutionnelle ANP Le président Bazoum Mohamed reçoit le bureau du CESOC ANP Niamey : Saisie de 1,433kg de métamphétamine d’une valeur de plus de 96 millions de francs CFA à l’aéroport international Diori Hamani ACAP Le Président de la République reçoit la lettre de créance du nouvel ambassadeur du Rwanda AIP Des femmes leaders exhortées au changement de mentalité pour le développement de San Pedro AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le commissaire du gouvernement de l’OIA-riz présente ses recettes pour une autosuffisance en riz AIP Une centaine de tables-bancs offerts au lycée moderne de Tengrela

Plus de 200.000 orphelins du Sida attendent d’être pris en charge en Côte d’Ivoire


  27 Novembre      21        Santé (12447),

   

Yamoussoukro , 27 nov 2021 (AIP) – Un peu plus de 200.000 orphelins et enfants vulnérables attendent d’être pris en compte dans la stratégie nationale de prise en charge au moment où plusieurs partenaires au développement ont cessé leurs appuis financiers au programme national de prise en charge des orphelins et autres enfants rendus vulnérables du fait du Vih/Sida (PEN-OEV).

«Il faut tenir compte de nos réalités et changer de stratégie. Nous pouvons nous appuyer par exemple sur les collectivités locales, sur les régions, les mairies, sur les personnes ou les entreprises », suggère la directrice du programme, Dr Solange Améthier qui lève ainsi un coin de voile sur les recommandations de l’atelier bilan qui s’est achevé jeudi 25 novembre 2021 à Yamoussoukro.

Il y a quelques années l’on estimait le nombre des OEV à plus de 479.000 et «aujourd’hui nous avons pu prendre en charge environ 197.000», soutient-elle.

Selon elle, pour véritablement éradiquer cette maladie il faut prendre en compte en plus des adultes et des enfants, les adolescents.

A ceux-là notamment il faut savoir annoncer leur statut et les convaincre de prendre les ARV (antirétroviraux) car « si nous ne faisons rien pour les adolescents le VIH ne pourra pas finir ».

L’atelier bilan du PN-OEV a réuni les autorités au niveau central du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, du ministère de l’Emploi et de la protection sociale et toutes autres parties prenantes clés dans le domaine.

Au nom de l’ensemble des partenaires, le représentant du Pepfar , Trika Joseph s’est réjoui de l’organisation de la rencontre avec le seul financement de la partie ivoirienne car la pérennisation a toujours été le souhait de son organisation.

«Nous sommes toujours aux côtés du gouvernement de Côte d’Ivoire pour apporter l’appui qui peut être technique et nous pensons que cet appui technique est important», a assuré M.Trika.

Dans la même catégorie