ANG as da junta militar esmagam manifestações provocando mortes em várias cidades ANG Um ano de exercício presidencial/ PR promete desenclavamento da Guiné-Bissau ANG OMC/Nigeriana Ngozi Okonjo-iweala assume hoje liderança da organização ANG Infraestrutura rodoviária/ Presidente da Republica instrui ministro das Obras Públicas a concluir reabilitação da Rua Boé ANG Covid-19/Alto Comissariado beneficia de nove ambulâncias para transportes de doentes da pandemia AIB Promotion immobilière, réconciliation et  insécurité  en couverture des quotidiens burkinabè AIB Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont un ferme AIB Fasofoot : Salitas FC conserve sa place de leader AIB Football : Le Sénégal sollicite le soutien du Burkina pour la présidence de la CAF ACP Kasaï central : remise de palmarès des réussites des résultats de l’Examen d’Etat 2019-2020 à l’UNIKAM

PLUS DE 300 MORTS DENOMBRES SUR LES ROUTES SELON LE MINISTRE DE LA SECURITE


  22 Janvier      13        Société (29308),

   

Lomé, 22 jan. (ATOP) – Le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Gal Yark Damehame a dressé le bilan de la situation sécuritaire du 2è semestre 2020 lors d’une conférence de presse tenue le jeudi 21 janvier à Lomé. Plusieurs points ont été abordés dont la situation sur la sécurité routière. Le ministre avait, à ses côtés, son collègue en charge des Transports routiers, Affoh Atcha-Dédji.

En tout 335 morts et 5780 blessés, c’est le triste bilan d’un total de 4503 accidents survenus au 2è semestre, a révélé le ministre Yark. Il a précisé que les moyennes mensuelles sont de 751 accidents, 56 morts et 963 blessés. Le patron de la sécurité a chiffré le taux de mortalité routière durant la période à 4,50%. A l’en croire, 7976 engins ont été impliqués dans ces accidents et 70,15 % des victimes sont des motocyclistes.

D’après le ministre, cette situation sécuritaire est plus dramatique que celle du 1er semestre 2020 qui avait connu 2627 accidents ayant occasionné 241 morts et 3734 blessés. « La différence entre les deux situations montre qu’il y a eu au 2è semestre +1876 accidents ; +94 morts et +2046 blessés », a précisé Gal Yark. Pour lui, le constat est pratiquement le même en comparant les chiffres du 2è semestre 2020 à ceux du 2è semestre 2019 où il avait été enregistré 263 décès et 3667 blessés provoqués par 2664 accidents. « Nous constatons qu’il y a eu, au 2è semestre 2020, +1839 accidents ; +72 morts et +2113 blessés », a-t-il dit.

Pour le premier responsable de la sécurité « ce bilan n’est pas du tout bon ». Il pointe du doigt la responsabilité des usagers de la route qui adoptent des comportements à risque.
Parmi ces comportements, il a cité l’excès de vitesse, la conduite en état d’ébriété ou sous l’influence de substances psychotropes, le non-respect ou l’absence de dispositions de sécurité (casques, ceintures de sécurité, siège-auto pour enfants…). La distraction au volant en raison de l’usage du téléphone portable et le non-respect du code de la route ont été également relevés.
Le ministre a, pour finir, affirmé que ces accidents peuvent être évités si les usagers prennent conscience de la situation en évitant les comportements à risque susmentionnés sur les routes. Pour lui, « un mort en plus sur nos routes est un mort de trop et même des marchandises perdues constituent des pertes pour le propriétaire ». Il a annoncé un renforcement des contrôles routiers et des sanctions aux contrevenants au code de la route. Gal Yark a parlé également de la reprise prochaine du projet gouvernemental visant la détention par tous les motocyclistes d’un permis de conduire. Ce projet, selon lui, a été contrecarré par la pandémie de coronavirus (COVID-19). Le ministre a alors appelé tous les motocyclistes à se faire former dès à présent dans les structures agréées afin d’obtenir leur permis de conduire pour éviter des sanctions.

Dans la même catégorie