AIP Six morts dans un éboulement sur un site d’orpaillage près de Loho à Niakara AIP Psgouv 2020: plus de 200 pompes à motricité humaine réparées ou remplacées dans le N’zi AIP Le maire de Samatiguila reconnaissant à sa population pour la victoire de Ouattara MAP Nigeria : Au moins 110 civils tués dans une attaque terroriste MAP Football : Décès de l’ancien international sénégalais Bouba Diop à l’âge de 42 ans APS FOOTBALL : LA GAMBIE REMPORTE LE TOURNOI DE LA ZONE OUEST A DE L’UFOA APS DES ÉLÈVES DE SAINT-LOUIS SENSIBILISÉS SUR LES VIOLENCES BASÉES SUR LE GENRE ANP Maradi : le Chef de l’Etat lance les travaux d’aménagement et de bitumage de la route Mayahi-Tessaoua-frontière du Nigéria GNA NCCE urges political activists to eschew violence ahead of elections GNA CSOs urged to build stronger partnership to champion agro-ecology

PLUS DE 555 MILLIONS DE FCFA MOBILISÉS POUR LA RÉPONSE AUX INONDATIONS DANS LA LIKOUALA


  10 Novembre      16        Economie (10392),

   

Brazzaville, 10 Novembre (ACI) – Le Programme alimentaire mondiale (Pam) va apporter une aide financière de 1 million de $US soit 555 millions de Fcfa, en vue d’assister la population de la Likouala affectée par les inondations et de démarrer les premières distributions d’urgence, a annoncé, le 9 novembre à Brazzaville, le représentant de cette institution onusienne, M. Jean-Martin Bauer.

Ce financement, issu de fonds propres du Pam, permettra d’organiser une première assistance auprès de 35.000 personnes affectées par ces inondations, à la fois en vivres et en transferts monétaires via le système du Pam appelé ‘’Scope’’.

Aussi, ce système s’inscrit dans une problématique plus large de la gestion des risques sur une échelle pluriannuelle sur la question du renforcement de la résilience des ménages.

«Dans les endroits où les transferts ne sont pas possibles, le Pam va utiliser la production maximale du Congo tel que la farine de manioc, le haricot de la Bouenza », a dit M. Bauer au cours d’un déjeuner de presse.

«Je suis très touché quand j’entends que les gens sont sur les arbres, qu’ils ont perdu leurs champs et doivent déterrer le manioc avant la date prévue. A cela s’ajoute une alimentation de mauvaise qualité», a-t-il expliqué.

A cette occasion, il a invité les partenaires à prendre conscience de l’appel du gouvernement et de se joindre au Pam pour analyser, évaluer cette situation prioritaire, afin d’apporter une réponse aux besoins d’alimentation, santé, eau et abri.

Au cours de cette réunion, M. Bauer a suggéré aux partenaires et au gouvernement d’apporter une réflexion approfondie pour bien comprendre les moyens d’existence et les phénomènes climatiques.

«Cette deuxième année consécutive d’inondations appelle à renforcer les capacités de résilience des populations au niveau local afin de les accompagner pour anticiper et s’adapter à ce type d’évènements climatiques», a notifié M. Bauer.

Les priorités du PAM en République du Congo pour la période 2019-2023 sont la réponse aux situations d’urgence, l’alimentation scolaire, le soutien aux petits exploitants et le renforcement des capacités, a-t-on noté.

Selon l’assistant du programme Pam, M. Josias Gautier Massamouna, à ce jour, il y a 44 villages totalement inondés et 77 partiellement inondés. La Likouala est actuellement le département le plus inondé avec 244 ha de terres cultivées inondées.

Près de 83.000 personnes déjà affectées par ces inondations dans les six districts de la Likouala ont déjà un impact important sur la sécurité alimentaire et la nutrition des populations dans les zones touchées.

Les districts de Mossaka, Makotipoko, Bouaniela seront certainement affectés dans les jours à venir si la situation ne change pas, a-t-il prévenu. «Nous parlons potentiellement de 100.000 personnes qui seront affectées dans les jours qui viennent», a-t-il poursuivi.

En 2019, suite aux inondations dans le nord et le centre du pays, les agences du système des Nations unies, dont le Pam, ont mis leurs capacités d’intervention au service du gouvernement pour assister 130.000 personnes affectées par les inondations. Celles-ci, les plus graves depuis 1960, avaient déjà détruit maisons, biens et champs soit 70% des récoltes perdues, selon les services techniques locaux, a-t-on rappelé.

Dans la même catégorie