AIP Pierre Laporte et Babacar Cissé font leurs adieux à la Côte d’Ivoire AIP Can 2019 : La Côte d’Ivoire bat l’Afrique du sud (1-0) AIP Le volume des interventions de la BM en Côte d’Ivoire est passé de 600 millions US à plus de deux milliards US en 2019 (Premier ministre) AIP Côte d’Ivoire/ Un protocole d’accord portant sur la construction de 3000 logements sociaux signé à Marrakech ABP L’Ong Direct Aids donne de l’eau potable aux populations de Boukoumbé ABP Le maire Eric Pontikamou offre à sa population tous les matchs de la CAN sur écran géant ATOP L’ONG AIMES-AFRIQUE PRESENTE LE BILAN DE SA CAMPAGNE DANS LES CINQ REGIONS AUX DIPLOMATES ET MEDIAS A ANEHO ATOP PROMOTION DE LA JEUNE FILLE : PLAN INTERNATIONAL TOGO A LANCE SA CAMPAGNE « AUX FILLES, l’EGALITE » A TRAVERS UNE CARAVANE ATOP CULTURE/CINEMA : SORTIE DE L’AVANT-PREMIERE DE LA SERIE TELEVISEE « CERCLE D’ESPOIR » ATOP FIN DES TRAVAUX DE LA REUNION DES PAYS MEMBRES DE L’AGPAOC 

POUR AIDER LE TOGO A MIEUX SAISIR LES OPPORTUNITES DES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES : LE BRAO-OIF FORME DES ACTEURS DU NUMERIQUE SUR LES TECHNOLOGIES EMERGENTES


  21 Mai      15        Téchnologie (948),

   

Lomé, 21 mai (ATOP) – Le Bureau régional pour l’Afrique de l’ouest de l’organisation internationale de la francophonie (BRAO-OIF) organise, du 20 au 23 mai au Woelab Prime (Lomé), une formation sur les technologies émergentes à l’intention des professionnels du numérique notamment les porteurs de projets et entrepreneurs.

Pourquoi une formation des acteurs sur les technologies émergentes ?
L’importance des technologies émergentes pour le développement des pays en développement et émergents est aujourd’hui une évidence. Les potentialités de ces technologies telles que le Big Data, l’internet, des objets connectés, l’intelligence artificielle, la chaîne de bloc sont autant d’éléments qui emmènent à considérer le numérique comme principal levier de développement. Mais pour être bénéfiques, les opportunités que présentent les innovations technologiques doivent être saisies par ces Etats afin de construire des solutions à même de contribuer durablement à l’amélioration des conditions de vie de leurs populations et à la croissance économique de leurs territoires. C’est dans cette perspective et pour permettre aux acteurs du numérique de se saisir davantage des technologies émergentes, notamment les données massives et l’intelligence artificielle que l’OIF a initié ce programme de formation en partenariat avec l’Organisation francophone des entreprises innovantes (OFEI), Guty et le Woelab. Cette formation s’inscrit dans le cadre du programme de sensibilisation des acteurs du numérique de six pays francophones (Togo, Sénégal, Gabon, Madagascar, Roumanie et Egypte) sur les technologies émergentes. Elle est axée sur l’appropriation des opportunités liées au développement du marché des données numériques massives. La formation a pour objectif de permettre aux acteurs du numérique des pays en développement et émergentes ciblés de projeter à travers des ateliers pratiques et des partages d’expériences leur avenir professionnel dans le nouveau cadre mondial induit par la transformation numérique.

Les modules au programme de la formation
Selon le formateur, président de Guty, Bastien Ingweiller la trentaine de participants qui ont été sélectionnés suite à un appel à candidature de l’OIF seront instruits à travers cinq ateliers. Le premier permettra d’outiller ces porteurs de projets et entrepreneurs sur les tendances technologiques émergentes, d’évaluer leurs modèles d’affaires, de relever les avancées de leurs projets, les problèmes rencontrés et les solutions. Le deuxième atelier est axé sur la découverte des méthodologies des startups et entreprises innovantes, le commerce numérique et l’accès aux marchés des technologies émergentes. Le troisième formera les participants sur les données massives/Big Data et intelligence artificielle ainsi que sur la mise en application des modèles d’affaires basées sur l’IA et le Big Data. Le quatrièmfe atelier sera consacré au partage d’expériences, surtout d’un entrepreneur local. Le cinquième portera sur l’écosystème/financement local par un entrepreneur innovant local.
La cérémonie d’ouverture
Le secrétaire général du ministère des Postes, de l’Economie Numérique et des Innovations Technologiques, TidjaniKassime ouvrant cette session, a exprimé sa gratitude à l’OIF et ses partenaires pour ce programme qui s’inscrit dans le Plan national de développement (PND) 2018-2022 lancé par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Ce plan, a-t-il précisé, se donne pour objectif de faire du Togo, un hub logistique et technologique d’excellence et un centre d’affaire de premier ordre dans la sous-région. Pour lui, l’on ne peut prétendre concrétiser cette ambition sans disposer de compétences digitales et sans une politique audacieuse de promotion de la recherche, de l’innovation et de l’entrepreneuriat numérique. Il s’est dit persuadé au regard des thématiques retenues et de la qualité des intervenants que cette formation permettra à terme au pays de faire une avancée notable sur ce vaste chantier que sont les technologies émergentes.
Selon le directeur du BRAO-OIF, Eric Adja l’idée de cette formation repose sur la nécessité d’adosser le développement social et la transformation structurelle de l’économie des pays en développement et à revenu intermédiaire aux technologies émergentes et à l’innovation. Pour lui, ces deux facteurs sont en capacités de permettre à ces pays d’effectuer un saut qualitatif malgré les marges de progrès à réaliser en matière d’infrastructures et de réglementation. Il a souhaité que cette formation débouche sur « la construction d’initiatives réussies en matière de développement d’innovation technologique pour le développement ».
D’après la responsable de programme numérique à l’OIF, Mme ArameDiaw le programme de sensibilisation des acteurs du numérique a pour objectif de proposer aux professionnels du numérique des six pays précités de commencer par le Togo les informations nécessaires à leur inscription dans la transformation numérique et plus précisément sur le marché des données massives. Elle a souligné que ces données massives encore appelées Big Data en anglais constituent un fort potentiel de professionnalisation et surtout de force aux jeunes professionnels du numérique africains dans la mesure où ces Data sont un marché fort pour le monde entier. A l’en croire, les données massives sont « les données que nous produisons tous sur la planète entière. Ce sont des données qui sont considérées maintenant comme une manne économique importante. Elles sont utilisées par de grandes firmes du numérique pour construire après des solutions qui nous concerne à nouveau ».
Le Fondateur de Woelab, AgbodjinouSèname a remercié l’OIF d’avoir associé son centre d’innovation technologique et social existant depuis sept ans à cette formation qui permettra aux jeunes de renforcer leurs capacités pour être à la hauteur des enjeux dans le domaine du numérique. Pour lui, les technologies émergentes se résument en cette capacité qu’on les technologies de l’information à faire émerger à chaque fois un aspect différent.

Dans la même catégorie