AIP Côte d’Ivoire/JIF 2019 dans le Bounkani: D’importants dons offerts aux groupements féminins AIP Un nouveau bureau MCC chargé de l’égalité entre les genres ouvert en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ Deux monuments en construction pour embellir Touba AGP Le Maroc sollicité pour la mise en place d’un Institut supérieur de formation agricole au Gabon AIP Côte d’Ivoire/ Un atelier sur le droit communautaire UEMOA à Abidjan AIP Côte d’Ivoire/ Des séances de dépistage du cancer du col de l’utérus à Yamoussoukro Inforpress Moradores de Cidadela vão pedir na justiça suspensão das actividades do posto de combustível da Enacol Inforpress Bolsa de Acesso à Cultura vai financiar mais 70 escolas e associações a nível nacional Inforpress Porto Novo: Rede de água contempla centena de famílias em Lombo Figueira, Ribeirão Fundo e Água das Caldeiras AIP La Première dame de Côte d’Ivoire appelle à l’accélération des réformes pour le développement du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat féminin

POUR LA PROMOTION DE LA QUALITÉ DANS LES INVESTISSEMENTS AGRICOLES


  25 Mars      33        Economie (23313),

   

Dakar, 25 mars (APS) – Ibrahima Hathie, directeur de recherche à l’Initiative, prospective agricole et rurale (IPAR) a souligné lundi à Dakar l’importance de la promotion de la qualité dans les investissements liés au secteur agricole.

« La qualité de l’investissement dans le secteur agricole est fondamentale. Il faut que ces investissements respectent les normes. Le plus important dans ces investissements, c’est la qualité », a-t-il indiqué au lancement d’un programme de formation consacré à la création d’un environnement favorable aux investissements responsables dans les secteurs agricole et alimentaire.

Une trentaine d’experts en provenance de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal participent à cette rencontre de cinq jours organisée dans la capitale sénégalaise par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’IPAR.

Le programme vise notamment à renforcer les capacités des responsables politiques pour favoriser une augmentation des investissements agricoles en termes de quantité et de meilleure qualité, a-t-on appris lors de ladite cérémonie de lancement.

Le représentant la FAO lors de cette rencontre, Ndiobo Diène, a pour sa part jugé faible la part de l’agriculture dans les investissements directs étrangers et les crédits.

« Nous savons qu’investir dans l’agriculture et le développement est essentiel pour l’éradication de la pauvreté et de la faim. Cependant, la part de l’agriculture dans les investissements directs étrangers et les crédits a été en-dessous de 5 % les trois dernières décennies », a-t-il souligné.
Il y a donc selon lui lieu de « s’assurer que ces investissements sur l’agriculture aient des impacts véritablement positifs, générant des emplois autonomisant les jeunes, les femmes et les populations vulnérables et contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Selon M. Diène, des efforts ont déjà entrepris dans plusieurs pays pour promouvoir et faciliter les investissements agricoles.

Dans la même catégorie