ACP La RDC à la conférence de l’organisation mondiale de l’économie verte au Caire ACP Arrivée à Kinshasa du Sous-secrétaire d’Etat adjoint des USA au Droits de l’homme ACP Un programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités en RDC GNA JobHouse Recruitment Agency celebrates three years partnership with Uber Ghana GNA Do not pride yourselves in the overall WASSCE passes GNA AOMC assures consumers of quality service delivery AIP Côte d’Ivoire/ Secteur des mines : Bientôt la création de cinq nouveaux chantiers écoles à l’intérieur du pays (Ministre) AIP Côte d’Ivoire/ Le centre céramique de Katiola sensibilise sur les opportunités d’emplois pour la jeunesse AIP Côte d’Ivoire/ Le COSIM change de dénomination APS CAN 2019 : « LES ATTAQUANTS SERONT LES MEILLEURS ALLIÉS DES GARDIENS DE BUT » (CHEIKH SECK)

POUR LA PROMOTION DE LA QUALITÉ DANS LES INVESTISSEMENTS AGRICOLES


  25 Mars      39        Economie (23924),

   

Dakar, 25 mars (APS) – Ibrahima Hathie, directeur de recherche à l’Initiative, prospective agricole et rurale (IPAR) a souligné lundi à Dakar l’importance de la promotion de la qualité dans les investissements liés au secteur agricole.

« La qualité de l’investissement dans le secteur agricole est fondamentale. Il faut que ces investissements respectent les normes. Le plus important dans ces investissements, c’est la qualité », a-t-il indiqué au lancement d’un programme de formation consacré à la création d’un environnement favorable aux investissements responsables dans les secteurs agricole et alimentaire.

Une trentaine d’experts en provenance de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal participent à cette rencontre de cinq jours organisée dans la capitale sénégalaise par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’IPAR.

Le programme vise notamment à renforcer les capacités des responsables politiques pour favoriser une augmentation des investissements agricoles en termes de quantité et de meilleure qualité, a-t-on appris lors de ladite cérémonie de lancement.

Le représentant la FAO lors de cette rencontre, Ndiobo Diène, a pour sa part jugé faible la part de l’agriculture dans les investissements directs étrangers et les crédits.

« Nous savons qu’investir dans l’agriculture et le développement est essentiel pour l’éradication de la pauvreté et de la faim. Cependant, la part de l’agriculture dans les investissements directs étrangers et les crédits a été en-dessous de 5 % les trois dernières décennies », a-t-il souligné.
Il y a donc selon lui lieu de « s’assurer que ces investissements sur l’agriculture aient des impacts véritablement positifs, générant des emplois autonomisant les jeunes, les femmes et les populations vulnérables et contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Selon M. Diène, des efforts ont déjà entrepris dans plusieurs pays pour promouvoir et faciliter les investissements agricoles.

Dans la même catégorie