NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Prélude à une table-ronde sur les enjeux économiques du manioc en République Centrafricaine


Bangui,  13 juin 2017 – (ACAP) – Le Coordonnateur du Réseau des Journalistes du Développement Rural (RJDR), Sylvestre Krock, a annoncé la tenue prochaine d’une table-ronde sur les enjeux économiques du manioc en République Centrafricaine, lors d’une table ronde organisée par le réseau, en partenariat avec la Concertation Nationale des Organisations Paysannes de Centrafrique (CNOPCAC), sur financement d’INTERNEWS, en présence de la Directrice de la Sécurité alimentaire et de la Nutrition au Ministère du Développement rural, Martine Fatimé, samedi 10 juin 2017 à Bangui.

L’objectif de cette table ronde, dont le thème central est : ‘les enjeux économiques du manioc et les perspectives de la deuxième édition du forum sur le manioc à Bangui en décembre 2018’ est de sensibiliser l’opinion sur l’importance de l’évènement afin de mieux le préparer.

Sylvestre Krock a rappelé que depuis le forum de Yaoundé, au Cameroun en 2016, forum au cours duquel la République Centrafricaine était pourtant représentée et que le manioc n’avait pas été présenté seulement comme un aliment mais une source économique, à ce jour, plus personne n’a soulevé la question.

Les personnalités qu’il a interpellées sont : les autorités nationales, les ONG impliquées et les partenaires tels que l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Dans ses propos, le Coordonnateur Sylvestre Krock a même fait remarquer qu’au forum de Yaoundé sur le manioc, le stand de la République Centrafricaine, pourtant pays producteur et grand consommateur de manioc, était presque dépourvu. Il n’y avait, selon lui, que la gari, le bâton de manioc ou ‘mangbélé’ dans la langue nationale, l’alcool de traite fabriqué à base du manioc, etc.

A l’inverse de ce qui est apparaissait dans le stand de la République Centrafricaine, il a signalé que les dérivés du manioc sont désormais très sollicités dans la production de l’amidon, pour la fabrication des vêtements, le lait, le cube magie, et pourquoi pas le carburant et bien d’autres produits manufacturés.

Sylvestre Krock dit craindre le peut d’intérêt des acteurs, producteurs, consommateurs, commerçants, chercheurs, etc. pour cet évènement, alors que, d’après lui, il peut se développer autour du manioc plusieurs valeurs, même celles de la cohésion sociale, de la réconciliation et de la relance économique.

Dans la même catégorie