ABP Plus d’un million de francs CFA offerts pour la réalisation d’un ouvrage de franchissement dans la ville de Djougou ABP Le Mouvement « le Réveil » réitère son soutien au PAG de Patrice Talon ABP Les enfants de zéro à quatorze ans du Couffo bientôt vaccinés contre la rougeole et la rubéole MAP Le Groupe BMCE Bank Of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS AGP Gabon: L’US approuve la reconduction de Moukagni Iwangou au gouvernement AIP Côte d’Ivoire / Des ouvrages scolaires offerts au collège moderne de Dembasso AIP Côte d’Ivoire/ Les résultats du championnat national de volleyball AIP Côte d’Ivoire/ Des paysans veulent réduire les feux de brousse à Oumé ATOP LA JEUNE CHAMBRE INTERNATIONALE /SECTION TOGO A EFFECTUE SA RENTREE SOLENNELLE ATOP APPUI AUX FEMMES ENTREPRENEURES AFRICAINES : LE PROJET « PLATEFORME 50 MILLIONS DE FEMMES AFRICAINES ONT LA PAROLE » LANCE

Près de 12.0000 étudiants bénéficiaires d’une bourse ou une aide en 2018 (Ministre)


  27 Novembre      14        Science (527), Société (46271),

   

Dakar, 26 nov (APS) – Au total 119.477 étudiants ont bénéficié d’une bourse universitaire ou d’une aide en 2018, a assuré, lundi, à Dakar, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mary Teuw Niane.

Au plan national, « 94 061 étudiants ont bénéficié de la bourse dans le public, 4160 dans le privé et 27 749 ont reçu des aides », a-t-il dit lors de l’examen du budget de son ministère pour l’exercice 2019, .

Selon Mary Teuw Niane, les étudiants en situation de handicap obtiennent une bourse « dès qu’ils en font la demande ».

S’y ajoute qu’une « bourse spéciale » est octroyée à tous les étudiants non-voyants ayant obtenu une prescription étrangère, sous réserve d’introduire la demande dans les délais requis, a indiqué M. Niane.

A en croire le ministre de l’Enseignement supérieur, il y a aussi que la question du logement occupe « une place privilégiée » dans la politique sociale de son département.

Aussi a-t-il affirmé que la capacité d’accueil de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) a été doublée. « De 2012 à 2018, 5800 lits ont été mis à la disposition à l’Université », a précisé Mary Teuw Niane.

Il a de même rappelé la réhabilitation de certains amphithéâtres et bâtiments, ainsi que « la revalorisation de la pension de retraite des enseignants du supérieur », au nombre des actions de son département.

« Désormais, un professeur d’université à la retraite reçoit 70% de son dernier salaire n

 

et », a-t-il indiqué, signalant la création du Fonds de solidarité de l’Enseignement supérieur pour améliorer la situation des enseignants à la retraite.

Concernant l’insertion des diplômés, Mary Teuw Niane a fait savoir qu’entre 2013 et 2018, 265 nouvelles filières professionnelles avaient été créées.

Outre la création d’un incubateur dans chaque université, le ministère de l’Enseignement supérieur a mis en place le Programme d’entreprenariat des jeunes (PSEJ) dédié aux titulaires d’un diplôme « Bac +2 ou plus ».

Au sujet de la dette dues aux établissements supérieurs privés, il assure que sur les 16 milliards que l’État devait à ces structures, « 3 milliards ont été versés. 3 autres seront décaissés dans les prochains jours pour la ramener à 10 milliards » de francs CFA.

Il a par ailleurs fait état d’un « dialogue franc » qui est en train d’être mené avec les responsables de ces établissements privés, d’autant que selon lui toutes les deux parties trouvent leur compte dans le partenariat les liant.

A cet égard, il a indiqué que depuis 2014, l’État avait versé « plus de 31 milliards » de francs CFA aux universités privées. Il s’est d’ailleurs engagé à mettre à la disposition des parlementaires le détail de ces paiements.

Le ministre a ainsi appelé les responsables des établissements supérieurs privés à faire preuve de compréhension, en revenant sur la mesure consistant à renvoyer les étudiants dont l’Etat prend en charge les frais de scolarité.

Il a révélé que 47.427 nouveaux bacheliers ont été orientés dans les établissements privés d’enseignement supérieur de 2013 à 2018.

L’État paie « pour tous les étudiants de premier cycle, la somme de 400 000 francs CFA par an », a-t-il souligné, ajoutant que seuls 10% de ces étudiants titulaires d’une licence sont sélectionnés pour le master, stade auquel chaque étudiant est pris en charge à hauteur de 600 000 francs CFA par an et par étudiant.

Dans la même catégorie