NAN Minimum wage: Nigerians react to disparity between federal, state workers NAN 29 governorship candidates sign peace accord in Kano AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019

Présence des femmes intellectuelles dans tous les domaines de la société congolaise


  21 Avril      43        LeaderShip Feminin (365), Société (46306),

   

Kinshasa, 21 avril 2016 (ACP) – Des femmes intellectuelles sont aujourd’hui présentes dans tous les domaines de la société congolaise autrefois réputés masculins, a indiqué l’administrateur du budget de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Christine Basosila, dans une adresse faite récemment au personnel féminin de cette institution, rapporte un document reçu jeudi à l’ACP.

Mme Basosila a cité entre autres des femmes chercheurs, ingénieurs, médecins, juristes, informaticiennes, économistes, entrepreneurs, journalistes, hauts fonctionnaires dans la police, l’armée et même dans les services de sécurité, des syndicalistes, des maçons, des chauffeurs et une femme pilote.

Malgré de grandes avancées enregistrées dans la formation des femmes à divers niveaux, Mme Basosila a noté que des pesanteurs sur les plans sociologique et juridique continuent à bloquer l’émergence des femmes. Selon elle, « ces pesanteurs sont notamment des violences faites à la femme par l’homme, celles faites à la femme par la femme et celles faites par la femme elle-même ».

Il y a également certaines clauses discriminatoires qualifiées « d’iniques » qui infériorisent la femme congolaise comme certaines dispositions du Code de la famille en ses articles 448et 352 évoquant l’exigence de l’autorisation maritale et l’âge de mariage( 18 ans pour le garçon et 15ans pour la fille), de la législation commerciale et du droit coutumier.

Mme Basosila a estimé que pour parvenir à la parité, le concours de deux sexes dans la condition de l’égalité de chance à la gestion de la chose publique en vue d’un développement durable s’impose pour un rapprochement à l’idéal de la démocratie et d’un Etat de droit.

Kayu/Ndom

Dans la même catégorie