AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

Présence des femmes intellectuelles dans tous les domaines de la société congolaise


  21 Avril      61        LeaderShip Feminin (448), Société (50181),

   

Kinshasa, 21 avril 2016 (ACP) – Des femmes intellectuelles sont aujourd’hui présentes dans tous les domaines de la société congolaise autrefois réputés masculins, a indiqué l’administrateur du budget de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Christine Basosila, dans une adresse faite récemment au personnel féminin de cette institution, rapporte un document reçu jeudi à l’ACP.

Mme Basosila a cité entre autres des femmes chercheurs, ingénieurs, médecins, juristes, informaticiennes, économistes, entrepreneurs, journalistes, hauts fonctionnaires dans la police, l’armée et même dans les services de sécurité, des syndicalistes, des maçons, des chauffeurs et une femme pilote.

Malgré de grandes avancées enregistrées dans la formation des femmes à divers niveaux, Mme Basosila a noté que des pesanteurs sur les plans sociologique et juridique continuent à bloquer l’émergence des femmes. Selon elle, « ces pesanteurs sont notamment des violences faites à la femme par l’homme, celles faites à la femme par la femme et celles faites par la femme elle-même ».

Il y a également certaines clauses discriminatoires qualifiées « d’iniques » qui infériorisent la femme congolaise comme certaines dispositions du Code de la famille en ses articles 448et 352 évoquant l’exigence de l’autorisation maritale et l’âge de mariage( 18 ans pour le garçon et 15ans pour la fille), de la législation commerciale et du droit coutumier.

Mme Basosila a estimé que pour parvenir à la parité, le concours de deux sexes dans la condition de l’égalité de chance à la gestion de la chose publique en vue d’un développement durable s’impose pour un rapprochement à l’idéal de la démocratie et d’un Etat de droit.

Kayu/Ndom

Dans la même catégorie