MAP Un capitaine rebelle du polisario se présente à la Ligne de défense avec l’intention déclarée de rallier la mère-patrie (source militaire) APS RENCONTRE SUR LES PERSPECTIVES DE COOPÉRATION AUTOUR DE LA GESTION DU FLEUVE SÉNÉGAL APS LE STADE LAT-DIOR PRIS D’ASSAUT PAR DES SUPPORTERS POUR LA PREMIÈRE SÉANCE D’ENTRAÎNEMENT DES LIONS APS INCENDIE À PETERSEN : LES COMMERÇANTS DÉTERMINÉS À REPRENDRE LEURS ACTIVITÉS ACP Un  concours d’éloquence des étudiants pour la promotion de la culture de la paix. ACP Remise des brevets aux 320 sourds muets à la formation sur les droits de l’homme ACP Plaidoyer pour la promotion des personnes vivant avec handicap au sein des institutions nationales AGP Discours de la ministre de l’Action Sociale à l’occasion des travaux de la 63ème session de la commission de l’ONU sur la condition de la femme AGP TRAVAUX PUBLICS : plus de deux milliards de dollars US investis par la 3ème République dans la réalisation des routes NAN GenCos release 3,982 MW of electricity to national grid

Présence des femmes intellectuelles dans tous les domaines de la société congolaise


  21 Avril      49        LeaderShip Feminin (410), Société (47597),

   

Kinshasa, 21 avril 2016 (ACP) – Des femmes intellectuelles sont aujourd’hui présentes dans tous les domaines de la société congolaise autrefois réputés masculins, a indiqué l’administrateur du budget de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Christine Basosila, dans une adresse faite récemment au personnel féminin de cette institution, rapporte un document reçu jeudi à l’ACP.

Mme Basosila a cité entre autres des femmes chercheurs, ingénieurs, médecins, juristes, informaticiennes, économistes, entrepreneurs, journalistes, hauts fonctionnaires dans la police, l’armée et même dans les services de sécurité, des syndicalistes, des maçons, des chauffeurs et une femme pilote.

Malgré de grandes avancées enregistrées dans la formation des femmes à divers niveaux, Mme Basosila a noté que des pesanteurs sur les plans sociologique et juridique continuent à bloquer l’émergence des femmes. Selon elle, « ces pesanteurs sont notamment des violences faites à la femme par l’homme, celles faites à la femme par la femme et celles faites par la femme elle-même ».

Il y a également certaines clauses discriminatoires qualifiées « d’iniques » qui infériorisent la femme congolaise comme certaines dispositions du Code de la famille en ses articles 448et 352 évoquant l’exigence de l’autorisation maritale et l’âge de mariage( 18 ans pour le garçon et 15ans pour la fille), de la législation commerciale et du droit coutumier.

Mme Basosila a estimé que pour parvenir à la parité, le concours de deux sexes dans la condition de l’égalité de chance à la gestion de la chose publique en vue d’un développement durable s’impose pour un rapprochement à l’idéal de la démocratie et d’un Etat de droit.

Kayu/Ndom

Dans la même catégorie