MAP COM2019: Focus sur les politiques budgétaires, le commerce intra-africain et le secteur privé à l’ère du numérique MAP L’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacés internes (Vice-secrétaire générale de l’ONU) ANGOP PR considera Cuito Cuanavale património da África Austral APS CONTRE MADAGASCAR, ALIOU CISSÉ PROMET DE METTRE  »LA MEILLEURE ÉQUIPE POSSIBLE » APS LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS) APS MACKY SALL INVITÉ À ŒUVRER POUR  »UNE SOCIÉTÉ SANS ENFANT MENDIANT, NI DÉFICIENTS MENTAUX EN ERRANCE (…) ». MAP Mali: au moins une cinquantaine de civils tués dans l’attaque d’un village peul ACP RDC: Le secrétaire de l’OIF s’entretien avec les femmes entrepreneures ACP La TICAD souligne l’importance des infrastructures de base dans le développement de la RDC ACP RDC: Démarrage des opérations de contrôle de l’application du SMIG dans le secteur du commerce

Présentation du livre « Démocratie à l’africaine » de Michel Innocent Peya


  22 Octobre      26        Culture (2055), Livres (285),

   

Brazzaville, 22 Oct. 2015 (ACI) – M. Mukala Kadima-Nzuji a procédé, le 19 octobre dernier à Brazzaville, à la présentation du nouveau livre « Démocratie à l’africaine ossambe ou Kinzonzi » de Michel Innocent Peya.

Michel Innocent Peya a proposé à l’Afrique et au monde les principes de la « démocratie à l’africaine », en 390 pages et 8chapitres de longueur variable, il énonce et discute ces principes.

M.Kadima-Nzuji, qualifiant le titre « Démocratie à l’africaine » de problématique a relevé et exposé les grandes questions que ce livre pose et procédé également à la présentation de l’auteur Michel Innocent Peya, qui est docteur en science de gestion avec option management financier en filière de gestion des ressources humaines. Sa thèse de doctorat a porté sur l’efficacité de l’unité de commandement dans les organisations modernes, civiles et militaires au Congo Brazzaville. Il a également publié La théorie de l’unité de sens et il est à sa 4ème publication.

Le présentateur de ce nouveau livre de Michel Innocent Peya a résumé les grandes questions que l’auteur se pose en quatre points essentiels, à savoir, la pétition d’une démocratie à l’africaine, le mythe de la termitière et son application dans la vie des Nations, les conditions de possibilité, en Afrique, d’agents économico-politiques intelligents et le dialogue comme condition d’ouverture à l’autre, partant, comme facteur d’union et de solidarité entre les peuples.

Relevant les points saillants du nouveau livre de Michel Innocent Peya, M.Kadima-Nzuji a, à cet effet, signifié que le titre à lui seul résume parfaitement la thèse de Démocratie à l’africaine car, pour lui il ne manquera pas de susciter le débat sur l’essence de la démocratie.

Il a levé l’équipe à propos du titre de l’ouvrage, signifiant que l’auteur ne parle guère de la « Démocratie africaine », mais plutôt de la « démocratie à l’africaine », expliquant que dans la première formulation, l’épithète « africaine » qualifie le mot « démocratie » et indique non seulement son origine mais aussi son essence. Dans la seconde formulation « démocratie à l’africaine », qui est celle de Michel Innocent Peya, dénote une modalité. « Qu’est ce à dire sinon que l’auteur reconnaît implicitement que la démocratie est une donnée universelle mais que la manière de la vivre et de la pratiquer peut différer d’un peuple à un autre », a relevé M. Kadima-Nzuji.

Dans cet ouvrage, Michel InnoncantPeya indique que le premier principe de la démocratie c’est le retour au mode de gestion propre à l’Afrique, fondé sur le dialogue ou la concertation et le second principe c’est l’initiation au pouvoir. Car, explique-t-il, l’initiation permet à l’homme d’acquérir la sagesse des grandeurs et de l’intelligence du cœur. Elle lui apprend à s’éloigner du mal. Partant de l’idée que ne peut exercer le pouvoir que celui qui y est initié. Michel Innocent Peya privilégie ce qu’il nomme « l’art de la conciliation », ou le « bon sens » en vigueur dans les sociétés africaines traditionnelles plutôt que « l’alternance absolue » propre à la démocratie à l’alternance à l’occidentale. Et cet art de la conciliation dont Michel Innocent Peya fait l’un des principes moteurs de la démocratie à l’africaine ne peut s’accomplir que s’il s’adosse rigoureusement et vigoureusement aux remparts de l’initiation.

A l’occasion de la présentation de cet ouvrage, Michel Innocent Peya a dit que c’est dans la dynamique de l’écriture, tels que l’ont imprimé les professeurs Joseph Kizebo et Check Antadiop que se situe son projet d’écriture, « celui de donner au monde ce que j’ai reçu du monde, de restituer au monde le produit de mes recherches sur les valeurs africaines longtemps foulées aux pieds », poursuivant qu’il se reconnais dans la pensée de Sony LabouTansi. « je me reconnais dans cette pensée de mon ainé parce que comme lui j’écris et j’écris aussi pour appeler le monde africain à recourir aux valeurs ancestrales africaines car il y a leur décollage à la fois culturelles et mentale ».

« La démocratie à l’africaine Ossambe ou Kinzonzi que j’appelle de mes vœux se situe justement dans cette dynamique. C’est un retour aux sources, une sorte de cahier de retour aux différentes modes de gestions de nos royaumes et chefferies », a-t-il martelé.

« Cette démocratie aussi vieille que l’humanité on le nomme Ossambe ou Kinzonzi, elle se défini comme un consensus, une concertation permettant le règlement et la gestion des conflits et crises d’ordre sociétale, environnementale, économique et socio-politique car avant l’arrivée du colon l’écrivain pensait, agissait et réfléchissait, or il s’avère que la colonisation a tout emporté a tout dissipé, comme de la paille qui dissipe le vent », a-t-il expliqué.

Dans l’ouvrage que je vous propose de découvrir aujourd’hui, le problème qui est posé est celui de la santé des Etats, économique, socio-politique et environnementale.

Ma philosophie a pour point d’ancrage le concept Ossambé ou Kinzonzi comme mode de gestion et de développement de l’Afrique, car il s’agit-là d’une démocratie apaisée liée aux valeurs africaines et adapté aux réalités locales.

Une fois bien renationalisé et adapté par tous les Etats africains comme mode de gestion collectif, la démocratie à l’Africaine permettra la bonne gouvernance des Etats. Les vents de réclamation des libertés et des droits de l’homme trouveront satisfaction durable car ne nous y trompons pas, il n’y a pas que les hommes qui tombent malades et qui meurent, les voitures qui tombent en pannes mais aussi les cultures, les civilisations et les Etats. L’exemple d’une voiture qui tombe en panne est une réalité connu du commun de mortel, elle a besoin d’une expertise, celle d’un technicien qualifié qui pose le bon diagnostic. Les Etats comme les Nations connaissent et vivent eux aussi des situations d’une extrême gravité telles les guerres, les violences, les crises, etc.

A travers cet ouvrage je mets à la disposition du monde intellectuel et à la prospérité ma richesse pour la résolution des conflits qui ne cesse de déchirer notre beau et charmant continent africain.

Je tiens à vous dire qu’au cours de mes travaux de recherche, je suis parvenu à la conclusion selon laquelle l’Afrique n’est pas seulement le berceau de l’humanité mais aussi le berceau de la démocratie. Cependant je n’ai nullement la prétention d’avoir épuisé un sujet aussi vaste et complexe que la démocratie à l’Africaine, c’est pourquoi je reste ouvert aux critiques et suggestions constructives pour les progrès de la pensée et de la chose.

Dans la même catégorie