AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

Présentation du livre « sur la braise »


  9 Septembre      70        Arts & Cultures (2545), Culture (2113), Livres (302),

   

Brazzaville, 09 sept (ACI) – L’écrivain congolais, M. Henri Djombo, a présenté au public, le 8 septembre à Brazzaville, son roman intitulé «Sur la braise», en vue d’une vulgarisation de cette œuvre qui est à sa troisième version.

M. Djombo a fait cette présentation dans le cadre de l’activité culturelle dénommée «Rencontre littéraire», une initiative de l’Institut Français du Congo en faveur de la littérature.

Publié en 1989, réédité en 1990 puis imprimé à nouveau en 2000 dans sa troisième version aux Editions Hémar, «Sur la braise» est un roman de 201 pages, subdivisé en 12 chapitres. Ce roman est une œuvre tout aussi passionnée que passionnante, où la fiction intègre l’expérience profonde de l’auteur.

De l’avis de l’écrivain, le titre est révélateur de l’essence du livre présenté. «être sur la braise» est une expression française qui veut dire «avoir de sérieux problèmes». Ainsi, M. Djombo fait entendre que son roman porte un regard sur les contradictions dans la gestion de la chose publique. Dans un style incisif où se mêlent l’humour et la dérision, il retrace l’itinéraire du personnage principal qu’il a créé.

Joseph Niamo est un jeune cadre formé à l’Institut des sciences économiques de Bocaville, la capitale du Boniko. A ses premiers pas dans l’administration, il est victime du cannibalisme bureaucratique qui ronge son pays. Débarqué de son poste de chef d’entreprise, il s’enfonce dans un univers tissé de passions de toutes sortes, de violence gratuite, mais aussi de plaisirs fous et de joies éphémères.

A propos des motivations qui l’ont amené à écrire ce premier roman, M. Djombo a suivi la voix de sa conscience interpelée au regard de quelques faiblesses observées dans l’art de gérer la cité. «J’ai écrit ce livre pour dénoncer un certain nombre de faiblesses des entreprises du secteur public, des faiblesses qu’il faille corriger pour une compétitivité», a-t-il confié.

Selon lui, l’écrivain joue un rôle important dans le processus de l’édification d’une société. «Ecrire est un exercice qui participe de la bonne gouvernance de la cité. J’écris pour communiquer avec les autres», a-t-il indiqué.

De l’avis du modérateur, en l’occurrence le directeur des Editions Hémar, M. Kadima Nzuji, «Sur la braise» a marqué la naissance de M. Djombo dans la littérature. Parlant de la notoriété de l’auteur, il a édifié le public sur son influence. «Au Congo, il y a au moins dix mémoires qui ont été consacrés sur le roman présenté ce jour. Plusieurs travaux de recherche sont faits sur son œuvre dans le monde, notamment en Afrique et en Europe», a-t-il soutenu.

La bibliographie de M. Djombo est florissante, a-t-on appris. Elle compte à ce jour 6 romans et 11 pièces de théâtre, parmi lesquels «Lumières des temps perdues», «Le mort vivant», «La traversée», «Vous mourrez dans dix jours» et «Le mal de la terre» qui a fait l’objet d’une traduction en espagnol. Certains de ses ouvrages ont des versions en anglais et en chinois.

Président de l’Union Nationale des Ecrivains et Artistes Congolais, M. Djombo est économiste de formation. Il a occupé plusieurs fonctions dans l’administration congolaise. De même, il a embrassé les carrières de chef d’entreprise et d’ambassadeur. Plusieurs fois, il a assumé les responsabilités ministérielles. Aujourd’hui, il est ministre de l’agriculture et de l’élevage. Lors du Festival de Théâtre de Brazzaville (FETHEB) qui s’est déroulé du 17 au 21 août dernier, il a reçu le prix du meilleur auteur, a-t-on appris. (ACI)

Dans la même catégorie