Inforpress Primeira-dama defende revitalização de todo o negócio à volta do pano de terra ANP Assemblée nationale : Une délégation du groupe d’Amitié parlementaire Türkiye- Niger reçue par le 1er vice-président de l’institution ANP Niger : Ouverture à Niamey d’un Forum National sur l’organisation du Hadjj et de la Oumra APS Le Collectif des associations islamiques appelle à ‘’l’esprit de dépassement ‘’ MAP Kenya: l’expérience marocaine dans la lutte contre le crime organisé mise en avant devant l’Association des procureurs africains AIP Les jeunes du Hambol magnifient Alassane Ouattara AIP Le Vice-président Tiémoko Meyliet inaugure la nouvelle agence COOPEC de Tafiré AIP Des élèves et leurs enseignants célébrés au Collège Diéty Félix de Danané Inforpress Portugal: IPB comemora 40 anos com atribuição de Medalha de Mérito Internacional aos municípios de Cabo Verde AIP Le maire de Bangolo appelle à l’union des cadres RHDP du Guémon autour des idéaux du président Ouattara

Présentation du rapport de l’étude des perceptions des populations sur les services de police


  29 Novembre      22        sécurité (260),

   

Kinshasa, 29 nov. 2022 (ACP).- Le rapport de l’étude des perceptions des populations des villes de Kinshasa, Goma et Bukavu sur les services de la police nationale congolaise (PNC), a été présenté mardi à Kinshasa au cours d’un atelier organisé par le Réseau pour la réforme du secteur de sécurité et de justice (RRSSJ).

« Ce rapport réalisé entre les mois de mai et début juin de l’année en cours, expose les perceptions qu’ont les populations de trois villes ciblées sur la PNC. Il démontre que les populations ont globalement une image négative sur la PNC et lui reprochent son inertie, son inefficacité et surtout des abus qui en font de moins en moins un vrai service de l’ordre à l’écoute des citoyens, et de plus en plus une institution qui contribue malheureusement à l’insécurité », a indiqué M. Balingene Kahombo, professeur à l’Université officielle de Bukavu et auteur de l’étude.

« De l’avis de ces populations et d’après la revue de la littérature sur la PNC, les facteurs qui expliquent l’inefficacité de cette dernière sont multiples notamment le problème d’hommes réfracteurs au changement, l’instrumentalisation politique, la militarisation persistance et le défaut de volonté politique en vue de la mise en œuvre des réformes retenues », a-t-il renchéri.

Par ailleurs, ce rapport formule plusieurs recommandations prioritaires adressées au gouvernement, parlement, comité de suivi de la réforme de la police, aux partenaires extérieurs et à la société civile, en vue d’une amélioration de la situation.

Il s’agit d’abord de faire un état des lieux du processus de réforme de la PNC, ensuite, de recycler les éléments actuels de cette institution pour dégager ceux qui ne méritent pas et procéder aux nouveaux recrutements des policiers et en enfin, d’améliorer leurs conditions socioprofessionnelles, notamment dans la rémunération, la dotation en équipements et logistiques adéquats ainsi que la construction des infrastructures de travail.

Le RRSSJ pour la promotion du dialogue entre police et population

Dans le souci de contribuer à l’amélioration de la sécurité humaine, le coordonnateur du RRSSJ, Emmanuel Kabengele Kalonji, a par ailleurs, proposé la promotion du dialogue entre la police et la population afin de déconstruire les préjuger des uns sur les autres et construire un socle commun des bonnes œuvres.

« Nous allons faire dans un premier temps, un état des lieux des résultats phares de l’étude et les publier en deux pages sous le format de note politique publique afin de le proposer aux décideurs pour en trouver des solutions idoines », a-t-il dit, avant de saluer des progrès enregistrés par la police entre autres, l’existence d’une vision claire de réforme traduite à travers le plan d’action quinquennal pour sa réforme, la mise en place des structures de commandement et d’audit interne, même si leur opérationnalisation reste insuffisante et inachevée dans les trois villes cibles.

Dans la même catégorie