APS L’OIM LÈVE UN COIN DU VOILE SUR LE NIVEAU D’ENDETTEMENT DES MIGRANTS APS TOUBA : SERIGNE MBAYE THIAM PROMET UNE AUGMENTATION DE LA PRODUCTION D’EAU AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les journalistes invités à promouvoir le développement durable AIP Côte d’Ivoire-AIP/Un fournisseur de gaz primé pour la bonne sécurisation de ses bouteilles AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Des leaders communautaires de Bouaké sensibilisés sur la rage AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Sos des opérateurs économiques impactés par les affrontements communautaires à Bonoua AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La SICOGI promet la livraison de logements sociaux tous les mois à partir de décembre AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le 7ème congrès du SYNAPPCI à partir du 8 octobre AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Covid-19 : un téléthon bientôt organisé pour prévenir un éventuel rebondissement des cas de contamination GNA Sefwi-Debeiso Chief commends MONDELEX International Cocoa Life for factory

Présidence du Conseil de Sécurité des Nations Unies : Le Niger entend marquer son mois


  17 Septembre      5        Securité (1617),

   

Niamey, 17 Sept (ANP) – Le Niger entend marquer sa présidence du Conseil de Sécurité des Nations Unies pendant le mois de septembre, à travers notamment des actions multiples et de grande envergure, a annoncé son Chef de la diplomatie ce mercredi 16 septembre à Niamey à l’occasion de la conférence diplomatique qu’il a présidée.

Cette rencontre avec les membres du corps diplomatique accrédités au Niger, axée autour du thème « Le Niger au Conseil de Sécurité de l’ONU », inaugure les différentes activités programmées durant cette présidence du Niger du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Elle a pour objectif de partager avec eux  le travail que mène le Niger au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies et aussi sur les activités au sein de cet important organe.

Celles-ci couvrent aussi bien les aspects organisationnels que les questions de fond, avec notamment les dispositifs qui ont été mis place à Niamey et à New York.

Selon le Ministre Kalla Ankourao, cette présidence du Conseil de Sécurité du mois de septembre est une occasion idéale pour évoquer certaines de ces initiatives qui se déroulent tant à New York qu’à Niamey et qui sont concentrées autour de la  lutte contre le terrorisme et les organisations criminelles, l’insécurité au Sahel et dans le Bassin du Lac Tchad.

Le Niger entend également contribuer à faire avancer, au Conseil de Sécurité, les questions liées aux changements climatiques et à la réforme au sein du système des Nations Unies visant à améliorer la gouvernance mondiale.

A cela s’ajoute le nouveau contexte de la Covid-19 dont le monde n’a pas encore fini de prendre la mesure.

Face aux diplomates présents au Niger, le Ministre en charge des Affaires Etrangères s’est d’abord réjoui que quarante (40) ans après son premier passage au Conseil de Sécurité, le Niger accède de nouveau à  la qualité de membre de cette auguste Institution depuis le 1er janvier 2020 en qualité de membre non-permanent pour la période 2020-2021.

A cet égard, M. Kalla Ankourao  a voulu  une fois de plus remercier tous les pays qui ont contribué, par leur soutien et leur vote, à cette élection consacrée par 191 pays sur 193. Pour lui, « ce résultat est le produit de l’action menée au plus haut niveau de l’Etat par le Président de la République, S.E.M. Issoufou Mahamadou qui a fait de notre diplomatie un axe majeur de sa politique en déployant des efforts soutenus tout au long de ses deux mandats ».

« Ce mois de Septembre 2020, au cours duquel nous assurons la présidence du Conseil de Sécurité, m’offre l’opportunité de revenir sur les préoccupations majeures de notre pays et sur les diverses initiatives que nous entendons mener », a ensuite annoncé aux diplomates le Ministre Kalla Ankourao, avant de révéler que ces préoccupations et les initiatives qui en découlent pourraient se décliner autour de quatre (04) axes majeurs qui sont, entre autres, le terrorisme et l’insécurité dans la région Sahélo-saharienne et la région du Lac Tchad, la crise humanitaire, les crises africaines et le recours privilégié aux mécanismes de règlement des différends prévus par l’Union Africaine et enfin l’impact des changements climatiques, les défis migratoires et la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive et de petit calibre.

Afin d’obtenir des résultats tangibles, le Ministre Kalla Ankouaro a révélé deux (02) principaux moyens à savoir la concertation sur les principales questions africaines y compris les préoccupations sous régionales comme celles émanant de la CEDEAO et du G5 Sahel, qui sont des organisations essentielles dans l’approfondissement de l’intégration sous régionale, la stabilité et le développement de l’Afrique ; puis la préservation de la gouvernance multilatérale à laquelle le Niger, membre de plusieurs organisations internationales est fortement attaché comme outil essentiel dans la résolution des conflits et les crises dans le monde.

« La participation du Niger aux activités du Conseil lui confère donc des responsabilités mondiales de premier plan, qu’il exerce, au nom de l’ensemble du continent africain pour cette année 2020, avec la Tunisie et l’Afrique du Sud », a-t-il indiqué, précisant que « c’est pour mener à bien cette lourde mission que nous avons créé, ici au Niger, une Cellule Centrale d’Appui à la Mission Permanente du Niger auprès des Nations Unies, tout en renforçant, de façon substantielle, les effectifs de notre Représentation Permanente à New-York ».

Cette cellule, note-t-on, comprend douze (12) experts pluridisciplinaires de très Haut niveau dont le rôle, complémentaire, est, entre autres, d’élaborer une feuille de route pour un mandat réussi, de veiller à sa mise en œuvre, de mener des réflexions sur tout sujet de préoccupation internationale en vue de renforcer les capacités d’initiative des autorités compétentes. Quatorze (14) autres experts ont été mis à la disposition de la Mission Permanente du Niger à New-York pour renforcer le personnel diplomatique.

A Niamey et tout en tenant compte des préoccupations actuelles du monde, la présidence nigérienne du Conseil de Sécurité organisera un débat présidentiel le 24 Septembre 2020, dont le thème est « La Gouvernance Mondiale Post-COVID-19 dans le maintien de la paix et de la sécurité internationale ».

Cette rencontre sera l’occasion pour les leaders du monde entier de questionner le système actuel de gouvernance mondiale et d’approfondir les réflexions sur les questions de paix et de sécurité mondiale qui sont confrontées aux épreuves imposées par la COVID-19.

« Ce qui était vu à juste titre comme un danger planétaire pourrait être une occasion à saisir par la communauté internationale pour engager de profondes réflexions orientées vers l’avènement d’un ordre économique mondial plus démocratique, plus juste et plus stable. La COVID-19, dans l’entendement du Niger, pourrait constituer le déclic qui permettra de saisir en profondeur les forces et les faiblesses de notre monde  pour le rendre plus résilient aux chocs qui le menacent », a souligné le Ministre Kalla Ankourao.

« Plus que jamais, la pandémie nous aura montré que la communauté internationale a besoin de plus de solidarité économique, d’équité et de responsabilité, de coopération régionale accrue et de réformes de la gouvernance mondiale qui favorisent la participation égalitaire des nations et qui protègent les plus vulnérables de nos communautés », a-t-il ajouté, tout en notant que cette réunion du Conseil de Sécurité sera présidée par le Président Issoufou Mahamadou.

Une autre activité à relever au titre de la présidence du Niger, c’est le débat ouvert du Conseil de Sécurité sur la « Coopération entre les Nations Unies et les organisations régionales et sous-régionales : Rôle de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ». Ce premier débat ouvert du Conseil de sécurité s’est tenu le  8 septembre 2020 et vise, entre autres, à faire un état des lieux de la coopération entre les Nations Unies et l’Organisation internationale de la francophonie, afin de renforcer la coopération entre les deux institutions dans les domaines de la prévention des conflits, du maintien de la paix, et de la consolidation  de la paix et de la sécurité internationales.

En outre, le 10 septembre passé, le Niger a présidé un autre débat du Conseil de Sécurité sur les enfants et les conflits armés avec pour thème « Enfants et conflits armés : les attaques contre les écoles comme violations graves des droits de l’enfant ». Ce troisième débat a permis de réfléchir sur l’épineuse question des attaques contre les écoles, qui sont perçues comme des violations graves des droits de l’enfant. Il a ainsi constitué une occasion de faire l’état de la mise en œuvre de la résolution 1998 (2011), en prévision de la commémoration du 10ème anniversaire de ladite résolution et en marge de la première Journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques. Au cours de ce débat, les discussions ont porté notamment sur les attaques contre les écoles dans la région du Sahel Central où les groupes terroristes et les groupes armés non-étatiques s’attaquent de plus en plus aux écoles, selon le dernier rapport annuel du Secrétaire Général de l’ONU sur les enfants et les conflits armés,a  t-il révélé .

S’agissant toujours des activités programmées, le Ministre nigérien des Affaires étrangères a aussi annoncé que, pour tenir compte de la situation générale d’insécurité dans notre sous-région, la présidence du Niger organisera le 17 septembre 2020 à Niamey, un débat du Conseil de Sécurité sur le thème du « Maintien de la paix et de la sécurité internationales : effets humanitaires de la dégradation de l’environnement, paix et sécurité ».

Ce quatrième débat du Conseil de Sécurité va donner l’occasion aux membres du Conseil de sécurité d’aborder les liens entre les effets humanitaires de la dégradation de l’environnement, y compris la désertification et l’érosion des sols, les conflits armés et leur règlement. Les discussions porteront sur les conséquences de la destruction de l’environnement naturel dans les conflits armés et les mesures à prendre par les Nations Unies et les États membres pour lutter contre ces effets.

Il y aura, en outre, dans le hall du Palais des Congrès de Niamey, une Exposition sur l’action des Nations Unies en matière de paix et de sécurité internationale et le rôle du Niger dans les opérations de maintien de paix. Les visiteurs auront « à apprécier les 60 ans d’engagement du Niger avec les Nations Unies ».

En plus de cette conférence diplomatique, une conférence à l’attention du grand public sera organisée le 19 septembre 2020 sur les 3 piliers des Nations Unies, à savoir le maintien de la paix, le développement et les droits humains. Cette conférence sera animée par les membres de la Cellule Centrale avec la participation de plusieurs experts des Nations Unies, des diplomates et des spécialistes. A cela s’ajouteront des interviews et conférences de presse des plus hautes autorités nigériennes avec les médias nationaux et internationaux.

En plus de ces différentes actions, le Niger continuera de partager l’information sur ses activités au Conseil chaque fois que de besoin avec les représentants des pays amis et de manière générale avec ses partenaires extérieurs, a enfin assuré le Chef de la diplomatie nigérienne.

Peu après, certains diplomates ont pris la parole pour féliciter le Niger pour le succès diplomatique et réitérer leur disponibilité à l’accompagner pour accomplir à bien cette mission.

Dans la même catégorie