APS COMMERCIALISATION DE L’ARACHIDE : 250 POINTS DE COLLECTE RÉPARTIS DANS LA RÉGION DE KAFFRINE MAP Le « polisario » a subi le coup de grâce à El guergarat (chercheur rwandais) MAP Guerguarat : Le Burkina réitère son soutien à l’intégrité territoriale du Maroc MAP Les autorités sud-africaines lancent une initiative pour faire face à la criminalité MAP Présidence de la CAF : l’intérim du Congolais Constant Omari prolongé ATOP ARCEP/ CONCOURS DE CREATION DE LOGO : AMELA KOMLAN A REMPORTE LE PREMIER PRIX ATOP LE LIONS CLUB LOME COLOMBE OFFRE DU MATERIEL A L’EPP CEBEVITO ET A L’EPC NYEKONAKPOE AIP Un atelier sur l’état des lieux de la paix et de la justice en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le Parlement des enfants reconnaissant au gouvernement pour ses actions en leur faveur AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La FIF rend hommage à Sidi Diallo, jeudi

Présidentielle 2020 : 184 discours de haine enregistrés par les observateurs d’INDIGO-CI


  2 Novembre      12        Politique (12975),

   

Abidjan, 02 nov 2020 (AIP)- Les observateurs déployés par l’Initiative de dialogue et recherche action pour la paix en Côte d’Ivoire (INDIGO-CI) ont enregistré lors du scrutin de la présidentielle du 31 octobre 2020, quelque 184 discours de haine sur les réseaux sociaux.

Lors d’une conférence de presse, dimanche 1er novembre, à Abidjan, le coordonnateur des programmes et porte-parole d’INDIGO-CI, Konan Arsène, a précisé que ces discours ont été collectés à l’issue du monitoring sur 14 groupes, pages et profils, dont 57% proviennent des groupes et 32% des pages individuelles sur les réseaux sociaux.

« Les injures et les diffamations trônent toujours dans l’univers des discours de haine. Toutefois, les menaces, ouvertes ou voilées, associées aux incitations aux meurtres et à la révolte révèlent que les protagonistes ont franchi une nouvelle étape dans le passage à l’acte », déplore INDIDO-CI qui relève que « deux discours de haine sur 10 ont soit été une menace ou une incitation au meurtre ».

Ces discours concernent des menaces de mort, des injures, des diffamations, l’incitation aux meurtres et à la révolte entre les protagonistes.

Les observateurs ont relevé de la désinformation et la manipulation en ligne sur les réseaux sociaux, visant à attiser la violence au sein des populations. « Une autre tendance observée a consisté à attribuer certains propos mensongers et sans sources à certaines personnalités politiques (…) après la fermeture des bureaux de vote. Il y a eu aussi des supports visuels manipulés, entre autres », a rapporté le porte-parole Konan Arsène.

INDIGO-CI a noté que 23 % des bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national sont restés fermés et que 15% ont fermés bien avant l’heure impartie tandis que 391 incidents ont été enregistrés et vérifiés le jour du scrutin.

Ces observations ne remettent pas en cause la régularité et le bon déroulement du vote dont la Commission électorale indépendante a débuté, dimanche 1er novembre, la proclamation des résultats provisoires. Mais INDIGO-CI recommande la proclamation des résultats dans la transparence et un cadre de dialogue politique et les militants à la retenue, au respect de la vie humaine, des biens publics et privés.

(AIP)

Dans la même catégorie