AIP Hommage au président Ouattara, en mars à Abengourou AIP PMU: La 103e édition du Grand prix d’Amerique célébrée à Port-Bouët AIP Un marathon pour consolider la cohésion sociale à Tanda MAP Angola : Les exportations de diamants génèrent près de 2 milliards dollars en 2022 (ministère) APS Omar Dramé, nouveau Secrétaire général du Sytrapas ANG Cooperação/Rússia manifesta disponibilidade para perdoar dívida da Guiné-Bissau AIP Une bibliothèque du Rotary club Abidjan-Biétry à l’école NDA de Grand-Bassam AIP Le mandat 2023 de la JCI de Séguéla placé sous le sceau de la croissance et de la formation AIP Sept nouveaux cas de Covid-19 AIP REVUE DE PRESSE : « Week-end politique très animé »

Prof Adama Diawara appelle les chercheurs à trouver des réponses concrètes aux problèmes des Ivoiriens


  5 Décembre      18        Education (6572),

   

Yamoussoukro, 4 déc 2022 (AIP) – Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Prof Adama Diawara, a appelé vendredi 2 décembre 2022 à Yamoussoukro les chercheurs ivoiriens à apporter des réponses concrètes aux problèmes qui se posent aux populations ivoiriennes.

« Le président de la République demande aux chercheurs d’apporter des réponses concrètes aux problèmes de développement qui se posent à la nation », a affirmé le ministre Diawara qui s’exprimait à la clôture de la semaine de la recherche et de l’innovation de l’institut national polytechnique Houphouët-Boigny (INP-HB).

Le premier responsable du département de la recherche a cité l’exemple de la maladie du Swollen shoot qui détruit une grande partie de la production nationale de cacao.

Dans la région du Moronou notamment ce sont environ 40% de la production de cette spéculation qui disparaît du fait de cette maladie.

« Si les chercheurs ivoiriens ne font rien ce sera bientôt la catastrophe pour notre PIB parce qu’on connait la part de la production du cacao dans notre PIB », a soutenu M.Diawara.

L’Etat pour sa part continuera de soutenir la recherche qui ne peut se mener qu’avec un financement minimal.

Depuis 2011 environ 400 enseignants chercheurs sont recrutés chaque année par l’Etat et les primes de recherches revalorisées de 200 à 250%.

Le ministre Diawara a salué la propension de l’INPHB à trouver des financements alternatifs pour les travaux de  recherche car « l’Etat seul ne peut pas tout faire ».

Il a encouragé les efforts de cet institut pour la valorisation de ses recherches parce que « le Président de la République attend des chercheurs des réponses clairs aux problèmes de développement ».

Adama Diawara s’est enfin dit heureux du transfert de technologies des laboratoires de recherches vers le monde productif, les entreprises privées.

Selon le président du comité d’organisation de la semaine de la recherche et de l’innovation, Prof Yao Kouassi Benjamin, cette semaine a été un succès car tous les résultats de recherche ont été mis en lumière.

« Il s’agit de résultats transférables, des résultats matures pour un transfert vers les milieux utilisateurs et nous avons pu également développer des stratégies avec le secteur privé pour une bonne communication, une bonne synergie d’échanges ».

Plusieurs travaux d’étudiants primés à l’occasion de cette semaine vont intégrer un incubateur dont la fonction est d’accompagner les projets qui présentent un potentiel de création d’entreprises.

Dans ce sens « les jeunes primés vont intégrer notre centre d’incubateur pour développer leur idée et aboutir si possible à la création de start-up ».

Dans la même catégorie