AIP Un accord-cadre de 350 milliards de FCFA pour l’atteinte des ODD en Côte d’Ivoire AIP Les premiers bénéficiaires du fonds COVID de la mine d’Agbaou reçoivent leurs carnets bancaires AIP Le CICG et le RSGCOM renforcent leur collaboration pour une meilleure visibilité des actions gouvernementales AIP Daloa abrite la célébration de la journée mondiale de la lèpre AIP Sidi Touré annonce des réformes dans le secteur des médias AIP Remise symbolique de clés aux acquéreurs des logements de la cité ADO de Yopougon AIP Un député de Daloa sensibilise les élèves au civisme AIP Le Gouvernement rassure sur le renforcement du partenariat gagnant-gagnant AIP Le comité de normalisation de la FIF officiellement installé APS KRÉPIN DIATTA S’ENGAGE POUR CINQ ANS AVEC L’AS MONACO

Projet de révision constitutionnelle au Gabon : volonté de combler les insuffisances du texte existant (porte-parole présidence)


  22 Décembre      11        Politique (14320),

   

Libreville, 22/12/2020 (MAP)- Le projet de loi portant révision de la Constitution gabonaise, adopté vendredi dernier en Conseil des ministres, est une volonté du président de la République visant à combler les insuffisances du texte existant, en tirant toutes les leçons de ses ennuis de santé qu’il a rencontrés fin 2018, a indiqué, mardi à Libreville, le porte-parole de la présidence, Jessye Ella Ekogha.

« Le projet de loi portant modification de la Constitution qui a été adopté vendredi en conseil des ministres (…). Je constate que celui-ci a fait couler beaucoup d’encre et donné lieu à beaucoup de commentaires », a déclaré le porte-parole lors d’une conférence de presse dédiée à l’actualité dans le pays, précisant que « cette modification a été voulue par le chef de l’Etat ».

Le but n’est pas « de modifier substantiellement la Constitution (….). Mais tout simplement de préciser la Constitution là où elle l’était insuffisamment », a-t-il dit, relevant que « le chef de l’Etat a souhaité que soient tirées toutes les leçons de ses ennuis de santé qu’il a rencontrés fin 2018 » notamment en ce qui concerne la disposition relative à la vacance du pouvoir.

Dans le projet de modification de la Constitution, l’article 13 révisé détermine l’exercice des fonctions du Président de la République, en cas de vacance de la Présidence ou d’empêchement définitif de son titulaire, par un collège composé du Président du Sénat, du Président de l’Assemblée Nationale et du Ministre de la Défense Nationale, rappelle-t-on.

A cet égard, le porte-parole a tenu à préciser que la vacance du pouvoir n’est pas à l’ordre du jour, notant que le contexte de la révision constitutionnelle suit la logique selon laquelle « c’est au moment où tout va bien qu’il faut le faire. Et non au moment où le problème se pose ».

S’agissant de la composition du collège chargé en cas de vacance de préparer les bonnes conditions pour la tenue des élections, il a souligné qu’elle est dictée par le souci d’assurer la stabilité institutionnelle et la sécurité des citoyens et du pays de toute menace intérieure ou extérieure.

A cette occasion, il a souligné que le projet de révision de la Constitution sera soumis au parlement pour adoption sans donner plus de détails sur la date.

Evoquant la situation épidémiologique, M. Ella Ekogha a souligné que depuis bientôt deux mois, le pays est parvenu à stabiliser le nombre de cas actifs de Covid-19, qui « était à la date d’hier de 73 », selon le comité de riposte contre le coronavirus.

Cependant, il a appelé la population, tout particulièrement en cette période de fêtes, à redoubler de vigilance.

Dans la même catégorie