NAN Minimum wage: Nigerians react to disparity between federal, state workers NAN 29 governorship candidates sign peace accord in Kano AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019

RDC : Création d’une plate-forme des femmes pour la bonne gouvernance des ressources nationales


Kinshasa, 11 juillet 2016 (ACP)- Des femmes de la société civile, des entreprises et des médias ont mis en place une plate-forme pour la bonne gouvernance des ressources naturelles visant à renforcer la capacité de la femme et à promouvoir son apport dans le secteur extractif en RDC, a annoncé lundi à Kinshasa, la coordonatrice de cette organisation, Dominique Munongo, au cours d’un entretien avec l’ACP.

Elle a indiqué que cette structure permettra à la femme d’être une actrice capable de défendre ses droits et ceux des plus marginalisées dans les industries extractives.

Selon Mme Munongo, « la femme doit briser le silence en construisant sa propre résilience dans l’exploitation des ressources naturelles et en créant des espaces sécurisés pour sa participation dans les négociations ». Son implication dans ce domaine s’avère importante par le fait que les activités extractives influent sur son environnement naturel et sur la vie de sa société, a-t-elle souligné.
Pour arriver à des résultats contraignants, a ajouté Dominique Munongo, il faut instruire la femme et la mettre à la page de l’évolution de la technologie qui lui permettra d’intervenir dans la gouvernance des ressources naturelles, étant donné que cette dernière n’est pas informée ou moins intéressé et manque de confiance en soi et à l’égard de ses paires.

Les défis à relever est qu’il y est plus des femmes sensibilisées afin de mener à bien des plaidoyers qui feront qu’elles aient plus de considération dans ce secteur, a-t-elle conclu.

Créée avec l’appui de « Open society initiative southern Africa » (OSISA), dans son programme « Southern Africa Ressources Watch » (SARW), cette plate-forme offre plus d’opportunités aux femmes en les faisant participer à des formations sur la gestion des ressources naturelles.
ACP/FNG/Kayu/May

 

Dans la même catégorie