NAN Minimum wage: Nigerians react to disparity between federal, state workers NAN 29 governorship candidates sign peace accord in Kano AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019

RDC : Femme actrice et non victime sur les sites miniers artisanaux, selon une chercheuse


Kinshasa, 16 Fév. 2017 (ACP).- La chercheuse Marie-Rose Bashwira a préconisé de ne pas envisager les femmes présentes sur les mines comme des victimes mais comme actrices, dans une étude présentée mercredi à Kinshasa sur : « Dynamique de gouvernance et changement social dans l’exploitation minière artisanale et à petite échelle en RDC ».

Mme Bashwira a fait savoir que son étude cherche à connaître l’implication directe et indirecte des femmes dans les activités minières, étant donné que l’exploitation artisanale des mines constitue un contexte principal de ses recherches.

Partant d’un principe qui stipule que : « chaque femme a le pouvoir de manœuvre pour faire face aux épreuves qu’elle doit surmonter dans le contexte minier », Mme Bashwira a fait remarquer que la marge de manœuvre disponible reste néanmoins très inégale d’une femme à l’autre. Certaines n’ont que très peu de choix tandis que d’autres sont en mesure de diversifier leurs opportunités.

S’intéressant aux aspects genre, aux conditions de subsistance et  à  la gouvernance, l’étude examine, en outre, la relation entre les réformes décidées à l’échelle internationale et  aux organisations locales pour comprendre comment la position des femmes a été influencée, négociée et maintenue au sein de l’économie politique du secteur minier, dans le contexte de la reconstruction post conflit.

Cette approche montre que les femmes présentes sur les sites miniers prennent leurs décisions en fonction d’opportunités stratégiques ou des critères de survie. Toutes font face à une discrimination dans la sphère sociale et politique et chacune y réagit différemment. Les femmes sur les sites miniers ne représentent pas un groupe homogène aux besoins et  motivations uniformes. Cependant, leur marge de manœuvre varie.

A ce sujet, soutient la chercheuse, les programmes destinés aux femmes du secteur minier doivent tenir compte des moyens de subsistance ainsi que des motivations, relevant que celles-ci poussent les femmes à migrer ou à s’installer sur les sites miniers afin de répondre à leurs besoins.

Elle en appelle aux politiques à encourager une meilleure compréhension de la législation et des initiatives de réformes par les hommes et les femmes et à tenir compte de l’existence de sous catégories d’agents.

ACP/Kayu/May

Dans la même catégorie