AGP Sports-Scandale : Des sanctions exigées contre Amadou Diaby GNA National service personnel urged to venture into livestock rearing GNA Former MCE, five others file nominations for Hohoe NDC parliamentary primaries GNA Government committed to improve living conditions in rural areas – DCE GNA NPP leadership urged to work to protect existing parliamentary seats GNA Volta NDC to vet 63 aspirants for parliamentary primaries GNA Vegetable sellers lament over lack storage facilities for preservation AGP Gabon : Lee White visite les usines de transformation du bois de Port-Gentil AGP Gabon : Le Secrétariat exécutif du PDG en tournée nationale sous le sceau de la cohésion et de l’unité AGP Championnat national D3 : Panthères Christ Roi et Moanda FC débutent bien

RDC : l’amélioration du climat des affaires une priorité du gouvernement Badibanga


  20 Janvier      37        Entreprises (1271),

   

Kinshasa, 20 Janv. 2017 (ACP).- L’amélioration du climat des affaires en République démocratique du Congo est une priorité qui ne peut se réaliser que si le gouvernement et les entreprises travaillent main dans la main, a déclaré le Premier ministre Samy Badibanga, jeudi au cours d’une cérémonie d’échange de vœux avec la Fédération des entreprises du Congo (FEC).

Le Premier ministre Badibanga s’est exprimé ainsi en réponse à la crise économique et l’urgence sociale dévolue au gouvernement d’union nationale. Dans un contexte propre à la RDC, a-t-il dit. Les crises  auxquelles la RDC est confrontée, est une chance pour réformer le climat des affaires notamment, la fiscalité et la parafiscalité et le cadre de l’activité minière, affirmant à cet effet que le défi ici est de relancer les activités, juguler la crise et créer des emplois.

Pour des nombreux observateurs, des incertitudes politiques récentes ont aggravé la situation économique et sociale et ont amplifié les effets néfastes de la chute de cours des matières premières. M.Badibanga a estimé qu’il est opportun de diversifier l’économie congolaise, notamment grâce à l’agriculture et à l’industrie. C’est aussi pour lui, une opportunité unique de réformer le climat des affaires en particulier sa fiscalité complexe qui étouffe les entreprises et les projets de création des entreprises sans apporter à l’Etat des moyens de financer le service public de base et  les infrastructures essentielles du développement.

Pour ce faire, l’action du gouvernement va s’articuler autour de la diversification de l’économie, de la mobilisation des ressources nationales et de la redistribution des richesses. A ce point, le Premier ministre a insisté sur la nécessité de redistribuer des richesses car, a-t-il relevé, la forte croissance des dernières années n’a pas assez bénéficié aux populations congolaises et aux moyennes entreprises parce qu’elle n’a pas été partagée.

Il soutient que cette croissance n’a pas permis à la population d’augmenter sa consommation ni n’a permis aux jeunes et aux petites entreprises d’investir dans des nouveaux projets. « Sans redistribution de la richesse, il n’y aura pas croissance durable », a-t-il fait savoir, avant d’inviter la FEC, en collaboration avec le gouvernement de développer des conditions d’une croissance inclusive et pour tous.

A ce sujet, l’Etat doit être un facilitateur pour l’expansion d’une économie de marché et non d’une économie administrée. L’Etat doit être un accompagnateur protecteur des investissements, a-t-il soutenu, en faisant remarquer que la relance de l’activité économique par des mesures fortes doit permettre de créer une croissance durable inclusive répondant à l’urgence sociale de la population.  La relance de la croissance économique permettra également de financer les élections qui contribueront à consolider les institutions et la jeune démocratie.

La fiscalité  freine les bonnes affaires

Le Premier ministre a, par ailleurs, insisté sur la fiscalité dont la complexité est un véritable handicap national, sans oublier la parafiscalité ainsi que les diverses tracasseries rencontrées dans le monde des affaires. Les tracasseries et les arrangements particuliers, le non-paiement de la dette intérieure en sont les symboles. Il a estimé que la simplification de cette fiscalité à travers un taux de taxation connu et accepté par tous, est la mission principale pour la mobilisation des ressources nationales.  Pour  le chef du gouvernement, il est capital pour réussir l’économie et redresser les finances publiques pour financer  les services de base et les infrastructures que la fiscalité soit comprise comme utile et source d’investissement pour le développement de la RDC.

ACP/Kayu/Wet

Dans la même catégorie