AGP Sénégal : la BAD soutient un projet de « valorisation des eaux » pour le développement des chaînes de valeur agricoles avec plus de 60 millions d’euros AGP Guinée/Economie : 5.000 tonnes de poissons disponibles pour la période de repos biologique à Sonit-Pêche ANGOP L’Angola prêt à empêcher une éventuelle propagation du virus Ebola ANGOP L’Angola appelle à un débat permanent sur le flux illicite d’armes en Afrique GNA Forum of Heads of Girl’s SHS holds 2019 Summer Camp GNA Addressing campus unrest: administrators key to ensuring stability GNA Honour your tax obligations—Oxfam Ghana AGP Boké-Environnement : Le Réseau-Environnement-Bauxite reboise les alentours du Gouvernorat AGP Boké-Société : Le président des transporteurs miniers pour la préservation de la paix AGP Labé-Jeunesse : Des jeunes en conflit à Djonfo, Le préfet de Labé appelé en renfort

RDC : Les femmes de l’ONG « DYFEAC » formées à la dimension sociale de l’égalité du genre


Kinshasa, O2 janv. 2017 (ACP).- Les femmes de l’ONG « Dynamique des Femmes Entrepreneurs et Agricultrices pour la protection et l’augmentation des produits agricoles et artisanales des femmes congolaises » (DYFEAC) avaient suivi du 27 au 29 décembre 2O16, une formation aux dimensions sociales de l’égalité du genre en vue de réduire les inégalités du genre dans les services et dans la communauté, a confié lundi à l’ACP, la coordonnatrice de cette structure, Bernadette Bakafoela.

Selon Mme Bakafoela, cette formation revêt d’une importance capitale pour ses membres car les femmes subissent des graves privations en matière de santé en raison des facteurs tels que le mariage précoce, la violence physique et sexuelle ainsi que le taux élevé de mortalité maternelle  qui touche plus les femmes en âge de procréer.

Les dimensions sociales de l’égalité du genre concernent les tendances dans les domaines de l’éducation et de la santé qui sont des facteurs déterminants de l’égalité et de l’autonomisation des femmes, a fait savoir Mme Bakafoela, ajoutant que les capacités des femmes se sont développées dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

Ces avancées a dit Mme Bakafoela, ont profité aux femmes et aux jeunes filles qui disposent à ce jour un accès élargi à l’éducation à tous les niveaux d’être en bonne santé et d’avoir une expérience  de vie plus élevé, soulignant que les violences dont sont victimes les femmes incluent également la violence domestique, la violence au sein des couples, le viol, les mutilations génitales, l’intimidation ainsi que les menaces supplémentaires à leur sécurité en temps de guerre et de conflit.

Par ailleurs, Mme Bakafoela a reconnu que la parité a été presque atteinte en matière de scolarisation dans l’enseignement primaire mais la discrimination fondée sur le sexe reste importante dans l’enseignement secondaire et supérieur car, les filles issues des familles pauvres et celles vivant en milieu rural sont souvent victimes  de cette exclusion à l’éducation de qualité pour tous.

Kayu/May

Dans la même catégorie