AGP Gabon/Agriculture: Les ministres de la CEEAC en conclave à Libreville AGP Gabon/Education: La CONASYSED réclame les travaux du dialogue social AGP Gabon: Les centrales syndicales des agents publics lancent un mouvement d’humeur MAP Côte d’Ivoire/présidentielle : un mort et des blessés dans des affrontements MAP Hausse de 51% des engagements de la BAD en faveur des Etats fragiles sur 2014-2019 MAP Gabon : découverte des plus hautes mangroves du monde atteignant 60 mètres ANP Lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao : Concrétisation d’un projet longtemps attendu ! APS LES CHANTIERS DE L’OMVG RÉALISÉS À 95 % À KAOLACK (SG) APS MATAR BÂ PARTICIPE À UN SOMMET INTERNATIONAL SUR LA LUTTE CONTRE LE DOPAGE GNA UN 75th Anniversary: Time for sober reflection

Réclamer une nouvelle échelle salariale pour les agents de sécurité privés est juste – Syndicat


  23 Septembre      4        Entreprises (304),

   

Praia, 23 sept (Inforpress) – Le président du SINTSEL, Manuel Barros, a défendu lundi que la demande d’une nouvelle échelle salariale pour les agents de sécurité privés était juste, soulignant que l’accord conclu avec le gouvernement en 2017 devait être respecté.
Manuel Barros a fait cette déclaration à Inforpress, en dehors d’une manifestation promue par le Syndicat national des agents de la sécurité publique et privée, des services, de l’agriculture, du commerce et de la pêche (SINTSEL), qui a eu lieu à Praia.
Comme je l’ai dit, la revendication est juste, car ils veulent un consensus sur le prix de référence indicatif (PIR) et la mise en œuvre de l’échelle salariale, dans un accord signé en 2017 pour entrer en vigueur en 2018, ce qui «n’était pas possible».
« Même ainsi, ils ont promis que cette grille entrerait en vigueur en janvier de cette année et encore une fois, elle n’a pas été respecté », a-t-il expliqué.
Interrogé sur la possibilité de suspendre la grève, annoncée du 21 au 23 septembre, il a avancé que tout « est ouvert à la négociation », a-t-il toutefois poursuivi, tant qu’il n’y aura pas de « réponse positive » du gouvernement et de l’Association nationale des sociétés de sécurité privées (ANESP), la grève se poursuit.

Dans la même catégorie