AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

SM le Roi du Maroc lance la mise en service d’un système d’irrigation «goutte-à-goutte» sur 500 ha dans la Région Marrakech-Safi


  2 Janvier      65        Leadership Africain (802), Société (50181),

   

Marrakech – Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé, lundi à la commune Saâda (préfecture de Marrakech), à la mise en service d’un système d’irrigation «goutte-à-goutte» sur 500 ha au niveau du secteur N1-2 du périmètre N’Fis, un projet qui contribuera au développement d’une agriculture moderne au niveau de la région et à la promotion d’une gestion rationnelle et durable des ressources en eau.

Le Souverain a également procédé, à la Commune Tamesloht (Province d’El Haouz), à la mise en service d’un bassin de décantation de l’eau d’irrigation d’un volume de 100.000 m3, un des maillons essentiels de la chaine d’irrigation dans la mesure où il permet l’élimination de particules et la récupération d’une eau clarifiée qui sera évacuée vers une station de filtration avant son injection dans le réseau d’irrigation.

A forte valeur ajoutée, ces projets traduisent la volonté constante du Souverain de faire du secteur agricole un catalyseur de croissance économique, équilibrée et durable, de l’ensemble des régions du Royaume et un vecteur de promotion des zones rurales à travers le développement des systèmes de production agricole et la préservation des ressources hydriques de la région.

Ils font partie intégrante du programme de reconversion en irrigation localisée «goutte-à-goutte» du secteur N1-2 du périmètre N’Fis (rive droite) portant sur une superficie de 4.000 hectares et bénéficiant à près de 2.300 agriculteurs des communes Saâda et Souihla, dont 81 pc possèdent des petites exploitations de moins de cinq hectares.

Ce programme, mis en oeuvre dans le cadre du Plan «Maroc Vert», a porté sur la réalisation d’un bassin de décantation de l’eau d’irrigation d’un volume de 100.000 m3, la mise en place d’une station de filtration de l’eau d’irrigation d’un débit de 3m3/s, l’extension sur 136 km du réseau de distribution sous pression de diamètre de 90 mm à 400 mm, et l’installation et l’équipement hydromécanique de 1.200 prises propriétés.

Sa concrétisation permettra une économie d’eau de près de 30 pc, une augmentation de la valeur ajoutée par hectare de 16.000 à 40.000 dirhams, une valorisation des eaux d’irrigation de 3 à 6 Dh/m3, une amélioration des revenus des agriculteurs, outre la création de 480 emplois permanents.

A ce jour, les travaux de modernisation des réseaux externes, prévus par ledit programme, sont déjà achevés. Concernant l’équipement interne des parcelles en goutte-à-goutte, 500 hectares disposent désormais d’un système d’irrigation localisée, dont le Souverain a lancé la mise en service, alors que 780 ha sont en cours d’équipement.

Le coût global de ce programme s’élève à 287 millions de dirhams, dont 127 MDH pour la modernisation des réseaux externes, financés à hauteur de 60 pc par la Banque Mondiale et 40 pc par le budget général de l’Etat, et 160 MDH pour l’équipement interne des parcelles, assurés par le Fonds de développement agricole.

Le programme de reconversion en irrigation localisée du secteur N1-2 du périmètre N’Fis (rive droite) s’inscrit dans le cadre du Plan d’économie d’eau dans les périmètres irrigués de la région de Marrakech-Safi, doté d’une enveloppe budgétaire de 6,6 milliards de dirhams. Ce Plan, qui bénéficiera à terme à environ 90.000 agriculteurs, ambitionne de reconvertir, à l’horizon 2020, une superficie globale de 100.900 ha, répartis entre 57.100 ha en reconversion collective et 43.800 ha en reconversion individuelle.

Depuis le lancement du Plan «Maroc Vert» en 2008, un programme ambitieux d’économie d’eau en irrigation et de modernisation de l’agriculture irriguée est mis en œuvre pour reconvertir à l’échelle nationale une superficie de 550.000 hectares de terres irriguées en irrigation localisée. Ainsi, la superficie totale équipée à l’échelle nationale en irrigation localisées a plus que triplé passant de 160.000 hectares à 500.000 hectares actuellement, soit près de 33 pc des terres irriguées au niveau national. Pour ce qui est de la région de Marrakech-Safi, la superficie totale équipée en irrigation localisée est passée de 18.300 ha en 2008 à 71.500 ha actuellement, soit 121 pc de l’objectif arrêté pour la reconversion individuelle à l’horizon 2020 (62.100 ha).

Ces différents programmes, qui visent la modernisation des systèmes d’irrigation, viennent conforter un modèle de solidarité globale équilibrant entre agriculture à grande échelle et agriculture vivrière. Prôné par le Souverain depuis Son accession au Trône de Ses Glorieux Ancêtres, ce modèle capitalise sur la convergence des initiatives (INDH, Plan Maroc Vert, ..), érigeant le Royaume en un véritable exemple pour l’Afrique dans le domaine agricole et dans la préservation de la Planète.

La meilleure preuve en est le lancement en amont de la 22ème Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) de l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA) qui vise à réduire la vulnérabilité de l’Afrique et de son agriculture aux changements climatiques.

OS.

Dans la même catégorie