AIP Des anciennes gloires du sport ivoirien reçoivent plus de trois millions FCFA AIP Une pénurie d’eau constatée à Bangolo, depuis un mois AIP Des bacheliers récompensés à Sakassou AIP La CPI sensibilise sur la lutte contre l’impunité à Duékoué AIP Bilan à mi parcours des groupements d’épargne d’Oumé sur le projet « African Women Fight Poverty AIP Des Jeunes formés au management AIP Des bœufs en transhumance causent des accidents sur l’axe Sakassou-Bouaké AIP Des enseignants renforcent leurs compétences en mathématiques AIP Les 3èmes meilleurs acteurs ouest-africains de l’émergence distingués GNA HSWU registers displeasure over government’s neglect

Remaniement ministériel au Gabon : Brice Laccruche Alihanga et ses proches débarqués du nouveau gouvernement


  2 Décembre      1        Politique (6846),

   

Libreville, 2 Décembre (AGP) – La nouvelle équipe gouvernementale dévoilée officiellement ce lundi soir à Libreville par le Premier ministre gabonais, Julien Nkoghé Békalé, est composée de 30 membres. On note les sorties de Brice Laccruche Alihanga, Noël Mboumba et Tony Ondo Mba.  Aussi, enregistre-t-on le retour de l’ancien ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha.  

Ce nouveau gouvernement compte respectivement quatre ministres d’Etat, dix-neuf ministres et sept ministres délégués.

On note d’abord  la sortie  de l’ancien directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, qui occupait, depuis le dernier remaniement intervenu au mois de novembre dernier, le poste de ministre en charge Suivi des investissements humains et des Objectifs du développement durables. Les ministres en charge du Pétrole, Noël Mboumba, de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Tony Ondo Mba, Roger Owono Mba de l’Economie et des Finances chargé des Solidarités nationales, qui  sont ses proches, ont été également débarqués.

Outre ces  personnalités, le gouvernement a également vu le départ du ministre de la Communication, de l’Economique numérique et de la Poste, Rigobert Ikambouayat Ndéka,  du ministre en charge des Investissements privés chargé des partenariats publics/privés, Jean Fidèle Otandault, du  ministre délégué auprès  du ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, Chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des Terres, Nina Abouna, du ministre délégué au Budget, chargé des institutions financières internationales, Justine Lékogho.

S’agissant de ceux qui font leur retour, il y a respectivement le ministre d’État, en charge  l’Intérieur, Lambert Noël Matha,  le ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques,  Pascal Houangni Ambouroue,  le ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats publics-privés, chargé de l’amélioration de l’environnement des affaires, Mme Carmen Ndaot.

En ce qui concerne les nouveaux, on compte notamment le ministre du Pétrole, du Gaz, des hydrocarbures, et des Mines,  Vincent de Paul Massassa, du ministre de la Justice, Mme Erlyne Antonella Nembet épse. Damas, le ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Formation civique, Patrick Daouda Mouguiama, et du ministre délégué auprès du ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, charge du Plan Climat, des objectifs de Développement durables et du Plan d’Affectation des Terres,  Séverin Mayounou.

Au titre de promotion, en plus du ministre d’Etat à l’Intérieur,  figurent notamment le ministre des Affaires étrangères, Alain Claude Bilié-By-Nzé, élevé au rang de ministre d’Etat et  le ministre de la Défense, Rose Christiane Ossouka Raponda.

A contrario, l’ancien ministre en charge de l’Education nationale, Michel Menga M’Essone se voit déchargé de ce pan pour devenir uniquement, ministre  de la Culture et des Arts.

Quant aux changements de départements ministériels, l’ancien ministre de l’Intérieur, de  la Justice, Garde de sceaux, Edgard Mboumbou Miyakou qui confirme son rang de ministre d’Etat, devient le nouveau patron du ministère de la Communication. Son collègue, qui était en charge du Commerce, Jean Marie Ogandaga devient le ministre de l’Economie et des Finances.

Rappelons que ce nouveau gouvernement vient confirmer les rumeurs qui circulaient récemment dans l’opinion faisant état d’un énième remaniement. Une situation consécutive à l’opération dit «Scorpion» qui a déjà enregistré l’interpellation et les arrestations de plusieurs hauts cadres de l’administration publique soupçonnés, d’après les enquêtes,  de détournement de deniers publics, de  corruption et de blanchiment de capitaux. Ce, en complicité avec certains membres du gouvernement essentiellement proches de l’ancien directeur de cabinet du président gabonais, Brice Laccruche Alihanga.

Dans la même catégorie