NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Rencontre entre le ministre gabonais des Transports et celui des Infrastructures et des mines auditionnés au Sénat


  20 Septembre      44        Travaux publics (446),

   

Libreville, 20 Septembre (AGP) – Les sénateurs membres de la Commission des Affaires économiques, de la Production et des Echanges ont auditionné, lundi dernier à Libreville, le ministre gabonais des Transports et de la Logistique, Justin Ndoundangoye et son collègue Christian Magnagna, en charge de l’Equipement, des Infrastructures et des Mines, sur les projets de loi portant respectivement sur la création de l’Office nationale de la sureté et de facilitation des aéroports (ONSFAG) et la révision de la loi portant réglementation du secteur minier en République gabonaise, a-t-on appris.

Face aux sénateurs, le ministre des Transports et de la Logistique a défendu le projet de loi portant création, attribution et organisation de l’Office Nationale de la Sureté et de Facilitation des Aéroports en République Gabonaise. Dans ses explications, il a rappelé aux représentants des collectivités locales au parlement que cette reforme est initiée depuis 2010.

«La matérialisation de cette reforme a conduit à la suppression, par l’ordonnance N° 002/2018 du 27 Février 2018, de cette Haute Autorité et à une adéquation de la dénomination de l’institution, du redéploiement de ses missions et de l’élargissement du champ d’action d’une nouvelle entité convenue de dénommer : l’Office nationale de la sureté et de facilitation des aéroports (ONSFAG)», a-t-il dit avant de poursuivre que «la restructuration de notre approche de gestion de la sûreté et de la facilitation aux aéroports du Gabon ainsi engagé avec cohérence et parcimonie».

Pour le ministre Justin Ndoundangoye, il est apparu assez important qu’une entité sous la tutelle d’une autorité aéronautique (ministère des Transports) et évoluant sous la juridiction d’une Autorité compétente soit appelée Haute Autorité.

Pour sa part, le ministre de l’Equipement, des Infrastructures et des Mines, Christian Magnagna a donné, dans son exposé de motifs, les fondements de la révision de la loi portant réglementation du secteur minier en République gabonaise.

«Le fondement de la révision de la loi actuelle porte sur l’intérêt stratégique pour notre pays de répondre à trois grandes préoccupations qui portent sur : la prise en compte des attentes des opérations minières confrontées depuis quelques années à la crise du marché des ressources minières, le besoin d’augmentation des investissements directs dans la recherche et l’exploitation minière dans notre pays, dont la tendance est à la baisse depuis quatre (4) ans, la nécessité d’accroitre les revenus budgétaires de l’Etat en vue d’atteindre les objectifs de développement économique et social fixés par le Gouvernement», a-t-il affirmé. Précisant également que cette révision vise, entre autres, la simplification administrative et l’allègement du texte actuel.

Les deux exposés des motifs ont suscité plusieurs questions de la part des sénateurs. Des réponses à ces interrogations qui seront utiles lors des examens au fond des deux textes avant adoption.

Dans la même catégorie