MAP La BAD et Inwi scellent un partenariat pour soutenir les start-up innovantes MAP Remise du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle dans sa 2ème édition MAP M. El Malki se félicite du cheminement de la coopération avec le FOPREL MAP Une association marocaine lauréate du Prix Prince Mohamed Ben Fahd pour la meilleure action caritative MAP Le Maroc, pionnier dans la lutte contre la pandémie du coronavirus (Nabil Benabdallah) MAP Groupe de soutien à l’intégrité territoriale du Maroc à Genève: plein appui à la souveraineté du Royaume sur son Sahara MAP Marrakech : Immersion dans l’univers artistique d’Isabel Alonso Vega et Bence Magyarlaki MAP Covid-19: le HCR et la JICA mettent en place un projet de 275.000 dollars en faveur des réfugiés résidant au Maroc MAP L’artiste-plasticien Abderrahim El Hassani expose ses œuvres à Fès AGP Boké/société: Le siège de la préfecture, nouvelle cible des voleurs de motos

Rencontre littéraire « Je viens de loin, j’écris en français » : Des auteurs francophones s’expriment


  11 Février      14        Livres (146), Photos (4286),

   

Rabat, 11/02/2021 (MAP) – La rencontre littéraire « Je viens de loin, j’écris en français – Silences et tabous » s’est tenue, jeudi en ligne, donnant la parole à des auteurs venus d’ailleurs qui ont choisi de s’exprimer en langue française.

Organisé par l’Alliance française Paris Île-de-France, en partenariat avec l’Institut français au Maroc et le Comité d’Entreprise de la RATP et avec le soutien de l’Institut français de Paris et de la Fondation des alliances françaises, ce rendez-vous littéraire, suivi par quelque 1.600 spectateurs inscrits, issus de 75 pays, a été modéré par le spécialiste en littérature francophone, Bernard Magnier, avec la participation de Leïla Slimani, Rachid Benzine et Zainab Fasiki.

Sur la place de la littérature, l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani a indiqué dans son intervention que cet art écrit permet d’instituer un dialogue entre le lecteur et l’écrivain. La littérature est une « fiction qui permet de recréer l’humanité et la vie dans un lieu défait de jugement », a-t-elle expliqué.

Elle a en outre relevé que ses écrits et les sujets de ses romans se sont imposés à elle, sans pour autant vouloir retranscrire sa personne et son monde réel sur le papier. « Je n’ai jamais eu envie de parler de moi mais plutôt raconter la vie des voisins », a-t-elle dit.

Cependant pour son livre « Le pays des autres », elle a confié qu’à travers cette saga familiale, c’est un Maroc inventé dans son imaginaire qui est représenté, ajoutant que la fascination portée pour ses grands parents a eu son lot d’influence dans son œuvre.

En réponse à une question sur le rôle de l’arabe dans l’écriture littéraire, Leïla Slimani a fait savoir que sa perception vis-à-vis de cette langue, qu’elle « ne domine pas », repose sur la musicalité de ses sons.

Cette lauréate du prix Goncourt 2016 pour son roman « Chanson douce », considère que les réseaux sociaux sont une « incarnation de la culture de la pulsion ».

L’écrivaine, qui a déserté le monde des réseaux sociaux, a ajouté que sur ce genre de plateformes, « toutes les paroles ne se valent pas ».

De son côté, l’écrivain et sociologue marocain Rachid Benzine a estimé que les réseaux sociaux permettaient certes une « liberté de parole, mais pas une conversation qui, elle, nécessite le vis-a-vis ainsi que l’institution de règles de respect ».

Il également relevé que ses essais sont une continuité de ses recherches, alors que ses romans sont une fiction littéraire, « un dialogue qui invite à comprendre l’autre à travers son système et son langage ».

“La littérature doit être un lieu d’expérience (…), un processus d’humanisation », a-t-il ajouté.

Pour ce natif de Kénitra, l’étude historique est une part importante dans la compréhension de la « complexité du monde », avec ses dimensions plurielles.

Quant au rôle de la langue arabe dans ses écrits francophones, « il est incarné par un modèle de l’esthétique, une musicalité dans sa parole de fiction ».

La jeune auteure de bandes dessinées Zainab Fasiki a indiqué, quant-à-elle, que ses dessins étaient « une expression artistique qui relève de la thérapie ».

Cette ingénieur de formation fassie s’est intéressée au dessin et à l’illustration comme forme d’écriture utilisant une juxtaposition de dessins, articulés en séquences narratives pour véhiculer des pensées.

Créées en 2017, ces rencontres littéraires donnent la parole à des auteurs (écrivains, réalisateurs, scénaristes de bande-dessinées…) venus d’ailleurs qui ont choisi de s’exprimer en langue française. Depuis mai 2020, c’est en ligne que ces rencontres se poursuivent pour continuer à faire découvrir, au plus grand nombre, des auteurs incontournables du paysage littéraire francophone.

Dans la même catégorie