AIP Pierre Laporte et Babacar Cissé font leurs adieux à la Côte d’Ivoire AIP Can 2019 : La Côte d’Ivoire bat l’Afrique du sud (1-0) AIP Le volume des interventions de la BM en Côte d’Ivoire est passé de 600 millions US à plus de deux milliards US en 2019 (Premier ministre) AIP Côte d’Ivoire/ Un protocole d’accord portant sur la construction de 3000 logements sociaux signé à Marrakech ABP L’Ong Direct Aids donne de l’eau potable aux populations de Boukoumbé ABP Le maire Eric Pontikamou offre à sa population tous les matchs de la CAN sur écran géant ATOP L’ONG AIMES-AFRIQUE PRESENTE LE BILAN DE SA CAMPAGNE DANS LES CINQ REGIONS AUX DIPLOMATES ET MEDIAS A ANEHO ATOP PROMOTION DE LA JEUNE FILLE : PLAN INTERNATIONAL TOGO A LANCE SA CAMPAGNE « AUX FILLES, l’EGALITE » A TRAVERS UNE CARAVANE ATOP CULTURE/CINEMA : SORTIE DE L’AVANT-PREMIERE DE LA SERIE TELEVISEE « CERCLE D’ESPOIR » ATOP FIN DES TRAVAUX DE LA REUNION DES PAYS MEMBRES DE L’AGPAOC 

RENFORCEMENT DE L’ACCÈS À L’ÉNERGIE DURABLE :  DES ACTEURS PRIVES ET PUBLICS EN ATELIER « OFF-GRID B2B » AU TOGO


  12 Juin      43        Société (50098),

   

Lomé, 12 juin (ATOP) – L’Alliance pour l’Electrification Rurale (ARE) en collaboration avec le ministère des Mines et des Energies, la Délégation de l’Union européenne au Togo (DUE) et la Coopération allemande au Togo (GIZ) a initié, le mercredi 12 juin à Lomé, un évènement d’une journée dénommé « Atelier Off-Grid B2B Togo » pour renforcer l’accès à l’énergie durable au Togo en prélude au Forum économique UE-Togo.
Cet atelier se justifie par le fait que malgré que le taux d’accès à l’énergie au Togo soit amélioré récemment, les disparités entre zones urbaines et rurales demeurent aiguës, avec un taux de 87% dans les grandes villes contre 7% dans les zones rurales.
Ces assises font partie du Forum Togo-UE qu’organise le gouvernement togolais à Lomé les 13 et 14 juin 2019 et qui réunira des acteurs clés des secteurs hors réseau et mini réseau du marché togolais. Elles ont connu la participation d’une centaine de délégués notamment des représentants du secteur privé national et international tels que des développeurs de projets, des investisseurs et des fournisseurs de technologie ainsi que des responsables du secteur public du gouvernement du Togo et des autorités locales et des partenaires de développement internationaux.
Avec une capacité de production pouvant couvrir 65% de sa consommation d’énergie, le Togo sollicite ses voisins pour combler le déficit énergétique. Afin de réduire cette dépendance et de permettre davantage aux populations surtout en zone rurale d’accéder à l’électricité, le gouvernement s’est engagé activement dans la fixation d’objectifs nationaux ambitieux visant à augmenter le taux d’électrification à 50% d’ici 2020 et à 100% d’ici 2030. La priorité politique donnée à l’énergie, crée ainsi une dynamique forte et hausse l’attractivité des entreprises togolaises et étrangères.
Afin d’accroître la visibilité des opportunités commerciales dans le domaine des énergies renouvelables au Togo et de faciliter les investissements dans des mini réseaux et des projets hors réseau, l’événement aborde les meilleures options de financement et reliera les principaux acteurs du marché.
Plusieurs panels sont inscrits à l’ordre du jour de cet atelier, notamment « l’état actuel et les opportunités du marché hors réseau et mini réseau au Togo » ; «  le financement des solutions hors réseau et mini réseau au Togo » ; «  B2B et réseautage ».
Le représentant du ministre des Mines et des Energies, Abbas Aboulaye, directeur général des Energies a indiqué que la stratégie nationale d’électrification adoptée par son département sous l’impulsion personnel du chef de l’Etat et lancé en juin 2018 s’inscrit dans cette dynamique. « Elle s’adosse fortement sur l’utilisation des énergies renouvelables pour la production de l’électricité et dont la mise en œuvre est prévue pour être menée en grande partie de concert avec vous, acteurs du secteur privé. Dans cette stratégie, l’électrification hors réseau occupe une place prépondérante et plus de 50% des ménages togolais seront électrifiés par cette technologie essentiellement basée sur les mini-réseaux et les kits scolaires individuels », a-t-il poursuivi. Il a précisé qu’il sera construit plus de 300 mini-réseaux et déployé près de 600.000 kits individuels afin de révolutionner sensiblement le secteur des énergies au Togo.
M. Aboulaye a relevé que l’un des objectifs de cet atelier B2B est de présenter aux investisseurs dans le secteur des énergies renouvelables, le projet des mini-réseaux et d’échanger avec eux sur le modèle de structuration prévu et le type de localité rurale électrifiée qu’ils envisagent avoir afin de susciter dès à présent leur intérêt à participer à l’appel qu’ils vont lancer dans les jours à venir pour la réalisation de ce projet. Il a affirmé que le gouvernement togolais est confiant des retombées de cette rencontre et s’en réjouit d’ores et déjà et remercié les partenaires techniques et financiers notamment la DUE au Togo ainsi que la GIZ qui ont contribué à ses côtés à l’organisation de cet atelier. « Nos remerciements vont à l’équipe d’organisation notamment l’Alliance pour l’Electrification Rurale (ARE) et l’équipe du Ministère des Mines et des Energies pour la parfaite préparation de cette rencontre. La synergie de ces différentes Institutions et leur implication dans l’organisation de cet atelier ont été d’une valeur inestimable. J’ose espérer que cet atelier contribuera à réussir notre projet des 317 mini-réseaux pour le bien-être et la prospérité socio-économiques des milieux ruraux concernés », a-t-il conclu.
Le chef de la section politique, presse et information et chargé d’affaire par intérim de la DUE auprès du Togo, Bruno Hanses, le directeur résident de GIZ, Dr Markus Wagner et le responsable senior des politiques et développement commercial de l’Alliance for rural electrification, David Lecoque ont félicité le gouvernement togolais à travers la direction générale de l’Energie et son agence AT2ER pour ses engagements envers une amélioration de l’électrification rurale. Ils ont estimé que la volonté affichée de coopérer étroitement avec le secteur privé dans le but d’élargir la portée de leurs actions communes est judicieuse et justifiée.

Dans la même catégorie