MAP Les Etats-Unis réaffirment que l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara est « sérieuse, crédible et réaliste » GNA Retail campaign serving us well-Asokwa NPP Secretary GNA MoFA reviews extension service curriculum to promote agribusiness GNA Let’s adhere to COVID-19 prescribed protocols to prevent new infections ANG Pecuária/Director Geral de veterinária considera de positiva a campanha de vacinação contra raiva ATOP UN ATELIER DE REFLEXION SUR LE SYSTEME CARCERAL AU TOGO TENU A KARA ATOP PRESENTATION DES INDICATEURS ISSUS DE L’ENQUETE EHCVM AU TOGO : LE PAYS ENREGISTRE UNE BAISSE CONSTANTE DE LA PAUVRETE DEPUIS 2006 SELON L’INSEED-TOGO ATOP LE PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMNISTRATION DU FAG ET UNE DELEGATION DE L’ASSOCIATION DES LAUREATS 228 RECUS A LA PRIMATURE ANG Europa/Coronavírus ficou mais perigoso com mutação e causa temor ANG Justiça/PGR qualifica de “folcrore jurídico”, a suposta queixa do colectivo de advogados de Aristides Gomes contra um magistrado

REPLI DE 2, 5 % DU PIB AU 2E TRIMESTRE (ANSD)


  28 Septembre      19        Economie (10115),

   

Dakar, 28 sept (APS) – Le Produit intérieur brut (PIB) du Sénégal en volume, corrigé des variations saisonnières (CVS), a reculé au deuxième trimestre 2020 de 2,5% par rapport au trimestre précédent, indique l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

« Ce résultat est imputable à une baisse de l’activité dans l’ensemble des sous-secteurs : primaire (-0,5%), secondaire (-4,2%) et tertiaire (-2,6%) », explique l’ANSD.

Les taxes nettes de subventions sur les produits ont enregistré une baisse de 0,9% sur la période sous-revue, relève l’Agence, qui vient de publier la Note sur le PIB trimestriel qui fait la synthèse de l’évolution récente de l’activité économique du Sénégal

Concernant la demande, l’ANSD relève qu’il y a eu en rythme trimestriel, une baisse de 1,7% de la consommation finale et une hausse de 1,8% de la formation brute de capitale fixe.

« L’activité économique, au deuxième trimestre de 2020, a connu une contraction de 1,3% par rapport au deuxième trimestre de l’année 2019. Cette contreperformance est expliquée par celles du secondaire (-2,2%) et du secteur tertiaire (-2,8%). La bonne tenue du primaire (+5,2%) a atténué cette baisse », poursuit-elle.

Elle indique qu’en glissement annuel, une hausse de 1,7% de la formation brute de capital fixe et une baisse de 3,5% de la consommation finale ont été enregistrées.

Le Produit intérieur brut en valeur est estimé à 3 076,7 milliards de FCFA au deuxième trimestre de 2020.

Dans la même catégorie