GNA Professor Alabi calls for more investment in higher education GNA Bedzrah: We want a solid Volta Region NDC for 2020 GNA Pension scheme must be improved – Agyemang MAP L’African Energy Forum en juin à Copenhague GNA GTUC signs academic co-operation with Liberian second largest university MAP Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI – Afrique) GNA Ghana Medical Association launches five -year Strategic Plan MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines GNA Gambian President thanks President Akufo-Addo for defending country’s democracy GNA Trade liberalisation critical for West Africa’s development- President

Retrait du FCFA:  »cela nous permettra de réaffirmer notre indépendance » (Roch Kaboré)


  20 Mars      12        Economie (12023),

   

Ouagadougou, 20 mars 2017 (AIB)-Une monnaie commune, autre que le FCFA, permettra aux Etats membres de la CEDEAO de  »réaffirmer » leur  »indépendance », a déclaré vendredi le président du Faso Roch Kaboré qui plaide pour cela soit fait  »à moyen terme ».

 »C’est un gros défi lancé aux présidents de réfléchir pour qu’ensemble nous puissions avoir une monnaie. Cela nous permettra de réaffirmer notre indépendance, d’avoir une politique monétaire propre à nous et non pas attelée à une autre monnaie telle que l’Euro », a déclaré Roch Marc Christian Kaboré.

Le président du Faso s’exprimait vendredi, en marge de la clôture du 5eme Forum international Afrique développement, à Casablanca au Maroc.

Plus de cinquante ans après les indépendances, seize pays d’Afrique centrale et de l’ouest ont toujours l’obligation de déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français, en échange d’une «garantie de stabilité» entre le FCFA et l’Euro.

De plus en plus de leaders africains et des organisations de la société civile, appellent à la création d’une monnaie propre à l’Afrique à la place du FCFA, monnaie coloniale créée en 1945 par la France.

 »Je ne peux pas affirmer que cela sera fait d’ici 2020 (prévision de la CEDEAO, ndlr). Mais c’est un débat sur lequel il faut garder l’œil ouvert pour le faire à moyen terme », a ajouté le président Kaboré, toujours cité par le quotidien public Sidwaya.

Agence d’Information du Burkina

ata

Dans la même catégorie


[sam id="2" name="pub pight 1" codes="true"]