MAP CHAN Maroc-2018 (Groupe A/3ème journée): Victoire de la Guinée face à la Mauritanie (1-0) MAP CHAN Maroc-2018 (3ème journée): Le Maroc termine en tête du groupe A GNA Akim Oda gets new slaughter house GNA Tang Palace Hotel wins hotel of the year GNA Two outstanding soldiers return from sponsored trip to Nairobi and Dubai MAP Les ministres des AE du Dialogue « 5+5 » saluent la proposition du Maroc d’organiser une réunion ministérielle dédiée à la jeunesse (Déclaration finale) MAP La Tropicale Amissa Bongo : le Rwandais Joseph Areruya remporte la 13è édition GNA Assemblies must assist local industries – EDG GNA Rotary Club of Winneba inaugurated GNA NGO assists East Gonja Municipal Assembly with borehole

Retrait du FCFA:  »cela nous permettra de réaffirmer notre indépendance » (Roch Kaboré)


  20 Mars      14        Economie (16258),

   

Ouagadougou, 20 mars 2017 (AIB)-Une monnaie commune, autre que le FCFA, permettra aux Etats membres de la CEDEAO de  »réaffirmer » leur  »indépendance », a déclaré vendredi le président du Faso Roch Kaboré qui plaide pour cela soit fait  »à moyen terme ».

 »C’est un gros défi lancé aux présidents de réfléchir pour qu’ensemble nous puissions avoir une monnaie. Cela nous permettra de réaffirmer notre indépendance, d’avoir une politique monétaire propre à nous et non pas attelée à une autre monnaie telle que l’Euro », a déclaré Roch Marc Christian Kaboré.

Le président du Faso s’exprimait vendredi, en marge de la clôture du 5eme Forum international Afrique développement, à Casablanca au Maroc.

Plus de cinquante ans après les indépendances, seize pays d’Afrique centrale et de l’ouest ont toujours l’obligation de déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français, en échange d’une «garantie de stabilité» entre le FCFA et l’Euro.

De plus en plus de leaders africains et des organisations de la société civile, appellent à la création d’une monnaie propre à l’Afrique à la place du FCFA, monnaie coloniale créée en 1945 par la France.

 »Je ne peux pas affirmer que cela sera fait d’ici 2020 (prévision de la CEDEAO, ndlr). Mais c’est un débat sur lequel il faut garder l’œil ouvert pour le faire à moyen terme », a ajouté le président Kaboré, toujours cité par le quotidien public Sidwaya.

Agence d’Information du Burkina

ata

Dans la même catégorie