AGP Gabon : La LINAFP s’offre trois nouveaux partenaires stratégiques MAP Nigeria : 130 morts dans une attaque au nord-ouest (nouveau bilan) ANGOP Un écrivain angolais lance « Experimentais Poépicos » au Portugal ANGOP Angola/Uruguay : Signature de nouveaux accords APS LES INFRASTRUCTURES, PRINCIPALE ATTENTE DES SPORTIFS À KAOLACK APS THIÈS : LA PLACE DE FRANCE RESTE TOUJOURS CE HAUT-LIEU DE RENCONTRES POLITIQUES AIP Côte d’Ivoire/ Les leaders politiques ivoiriens exhortés à prêcher la paix AIP Vers la valorisation des résidus du cacao en biocarburant en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ La 6ème édition du Forum de l’emploi et de l’entrepreneuriat féminin se tient début mars à Abidjan Inforpress Futebol/Santiago Norte: “Primeira mão” das meias-finais da Taça Santiago Norte disputa-se esta quarta-feira

Réunion de travail ce matin à Niamey l’INS et des Chefs Traditionnels


  11 Octobre      23        Economie (22392),

   

Niamey, 11 Octobre (ANP)-L’Institut National de la Statistique (INS) a organisé ce jeudi 10 octobre une réunion de travail avec l’Association des Chefs Traditionnels du Niger (ACTN) au siège de ladite Association à Niamey.
‘’L’objectif de cette réunion est, selon la Secrétaire Générale de l’INS Mme Omar Haoua, de mieux préparer l’intervention de l’INS sur le terrain et vous savez qu’une de ses missions c’est de mener des enquêtes, des recensements pour produire des données de qualité et des données à jour qui sont utiles pour l’élaboration des politiques et des programmes de développement’’.
‘’Nous avons en perspective le prochain recensement de la population et si nous tirons les leçons des opérations de terrain qui sont passées, on peut dire qu’on a été confronté à quelques petites difficultés notamment par rapport à la cartographie et l’approche de cette population, puisqu’il faut connaitre cette population, donc on peut pas aller sur le terrain sans l’implication de la chefferie traditionnelle parce que ce sont eux qui connaissent mieux le terrain et qui sont bien écoutés par la population, car ce sont des personnalités respectées et tout ce qu’ils donneront comme directives et orientations seront suivies’’, a-t-elle ajouté.
La Secrétaire Générale de l’INS a par ailleurs rappelé ‘’les attentes de l’INS envers la chefferie traditionnelle, c’est qu’étant donné le partenariat, dit-elle, c’est qu’à l’arrivée des agents sur le terrain, qu’ils reçoivent ces équipes et qu’ils soient leur guide puisque c’est à eux de prendre le devant pour aller auprès de la population, les sensibiliser par rapport à l’attente de l’INS, car il faut que les informations que nous allons recueillir auprès de ces populations soient des informations sures, riches pour pouvoir bien alimenter nos statistiques, puisqu’on ne peut rien entreprendre comme développement, comme politique, stratégie tant qu’on n’a pas de données de qualité et fiables,’’.
‘’Donc si nos équipes sont encadrées par ces chefs traditionnels, nous sommes certains qu’il n’y aura pas trop de problèmes surtout que ce sont eux qui maitrisent le découpage autour de leurs villes, leurs cantons, communes, malgré que nos agents sont formés avant d’aller sur le terrain, qu’ils aient des cartes des zones de démembrement il faut quant même mieux confirmer des coupages avec les chefs traditionnels, c’est un accompagnement constant qu’on veut de leur part par rapport aux opérations que nous menons sur le terrain’’ a-t-elle ajouté.
Il faut rappeler qu’entre l’INS et l’Association des Chefs Traditionnels du Niger (ACTN), il y a un protocole de partenariat qui date de quelques années et qu’ils sont à leur 3ème édition de ce protocole’’.

Dans la même catégorie