ACP Une application pour certifier les produits congolais ACP Le Conseil d’administration de la FEC renouvelle son engagement aux principes d’un Etat de droit ACP RDC-RCA: un don de 3,5 millions de dollars de la BAD pour un projet d’interconnexion électrique ACP L’accompagnement des ETD dans la gestion des fonds de la redevance minière, principale recommandation de AMI 4 ACP Le président national du FLNC en tournée dans les différents districts de Kinshasa ACP Le BCNUDH note une diminution de près 16% de violations des droits de l’homme en RDC au mois d’octobre MAP Le Maroc, un partenaire « très fiable » avec lequel l’UE souhaite poursuivre le partenariat (Commissaire UE) ABP La Journée mondiale de lutte contre le sida célébrée à Natitingou sous le signe des progrès enregistrés dans l’Atacora ABP La population d’Adjakomey appelle le gouvernement à les sauver des affres des bœufs sédentarisés ABP Kétou ne regrette pas le choix porté sur Talon et salue les réalisations du PAG

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  19 Novembre      6        revue de presse (439),

   

Dakar, 19/11/2020 (MAP)- Les perspectives de croissance en Côte d’Ivoire, la scène politique au Kenya, le conflit de Tigray en Ethiopie, la situation épidémiologique au Rwanda, le scandale de fasse dette intérieure au Gabon et le fléau de la corruption au sein de la police en Afrique du Sud sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue jeudi.

En Côte d’Ivoire, +Fraternité Matin+ rapporte que le gouvernement ivoirien et le Fonds monétaire international (FMI) ont convenu d’une croissance économique de 1,8% à fin 2020 en Côte d’Ivoire contre 6,5% en 2021 et un déficit budgétaire de 5,9% du Produit intérieur brut (PIB) en 2020, dans un contexte marqué par la Covid-19, selon le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré.

« La croissance économique devrait atteindre 1,8% en 2020 et 6,5% en 2021 malgré l’environnement international toujours marqué par la Covid-19, (tandis que) l’inflation devrait être maîtrisée en dessous du seuil de 3% de la norme communautaire de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) », a dit M. Sidi Touré.

Sur un autre registre, +Abidjan Net+ fait savoir que le gouvernement ivoirien, soumis à des contraintes budgétaires dues à la Covid-19, a réduit au titre de l’année 2020 les dotations au profit de quatre fonds de soutien.

Il s’agit du Fonds de soutien aux grandes entreprises (FSGE), le Fonds de soutien aux PME (FSPME), le Fonds de solidarité et de soutien d’urgences humanitaires (FSS) et le Fonds d’appui des acteurs du secteur informel (FASI).

Au Kenya, le journal +The Star+ rapporte que le président Uhuru Kenyatta a accueilli mercredi son adjoint William Ruto pour une réunion de trois heures au State House, à Nairobi.

Les deux hommes ont discuté du débat en cours sur l’Initiative « Construire les Ponts » (Building Bridges Initiative, BBI) qui sera soumise à référendum et de la manière dont les préoccupations de Ruto peuvent être prises en compte avant que le processus n’aille plus loin, selon le journal.

Alors qu’Uhuru a appelé au consensus, son partenaire de poignée de main, le chef du Mouvement Démocratique Orange (ODM), principal parti d’opposition, Raila Odinga, a déclaré que la fenêtre des négociations est fermée, souligne la publication.

Des sources proches des deux hommes ont déclaré au journal que la réunion avait été déclenchée par une rencontre que le président avait eue avec des chefs religieux mardi.

« Les chefs religieux ont demandé au président de travailler en étroite collaboration avec son adjoint pour s’assurer que le pays ne soit pas plongé dans une crise politique à cause du BBI et de l’éventuel référendum imminent », selon le journal qui cite une source proche du président.

Les chefs religieux craignent que l’isolement perçu de Ruto par rapport aux pourparlers sur BBI ne divise davantage le pays.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ rapporte que la police fédérale a émis un mandat d’arrêt contre 76 officiers de l’armée, dont 4 généraux, accusés de trahison pour le compte du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) en conflit armé avec le gouvernement fédéral dans le nord de l’Ethiopie.

Ce mandat d’arrêt intervient quelques jours après celui émis contre des hauts responsables des forces du TPLF pour des accusations liées au terrorisme, la grande corruption, des violations des droits de l’Homme et la trahison.

De son côté, +THE ETHIOPIAN HERALD+ revient sur la décision du gouvernement fédérale de geler les fonds de 34 entreprises qui faisant partie du portefeuille d’un fonds d’investissement géré par le TPLF au Tigray.

Citant le procureur général, le journal relève que les 34 entreprises « sont impliquées dans le soutien de violences ethniques et des actes terroristes menés par la junte du TPLF ».

 

 


 

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ écrit que les prisons de Muhanga, de Rwamagana et de Nyarugenge, situées dans le sud et le centre-est du Rwanda, ont connu une flambée des cas de Covid-19 au cours des derniers jours, précisant que les trois centres de détention ont signalé plus de 180 cas de contamination au coronavirus.

Citant le ministre d’État rwandais chargé des Soins de santé primaires, Tharcisse Mpunga, le journal indique que le gouvernement a mis en place une série de mesures préventives supplémentaires pour contrôler la situation et enrayer la propagation du virus dans les centres de détention.

Le ministère de la Santé a installé un centre de traitement dans chacune des trois prisons qui ont enregistré des contaminations au coronavirus tout en lançant une campagne de dépistage massive dans les régions situées à proximité des prisons, détaille la publication.

En économie, +RNA+ écrit que l’économie rwandaise a fait preuve d’une résilience remarquable malgré les effets négatifs engendrés par la pandémie du nouveau coronavirus, citant une déclaration du premier ministre rwandais, Edouard Ngirent.

Le média attribue cette résilience au plan de relance économique mis en place par le gouvernement, la hausse du volume des exportations et le renforcement des investissements dans le secteur manufacturier.

Au Gabon, +l’Union+ s’intéresse aux éliminatoires de la CAN-Cameroun. Titrant « Traquenard de Banjul : c’est quoi la suite?, il écrit que nuit blanche dans le hall de l’aéroport de Banjul, tracasseries en tout genre, les Panthères du Gabon ont connu dimanche soir et lundi en Gambie un accueil qui leur est resté en travers la gorge et qui nuit à leur tableau de match.

Et de poursuivre que la Fédération gabonaise de football a dit avoir envoyé à la CAF un courrier détaillant le traitement subi par les Gabonais en Gambie.

Sur un autre registre, +La.libreville+ s’arrête sur le scandale de la fausse dette intérieure. Il indique que le porte-parole de la Présidence de la République a déclaré, hier, que « les entreprises qui ont tenté de se faire payer des créances fictives pourraient être exclues des appels d’offres publics ».

En Afrique du Sud, +The South African+ indique que la Commission d’enquête sur la corruption qui a eu lieu sous le mandat de l’ex-président Jacob Zuma a rejeté la demande de récusation du président de la Commission, Raymond Zondo, soumise la semaine dernière en raison de sa relation présumée avec M. Zuma.

La demande de récusation a été fermement rejetée par la Commission, ce qui a également permis de rappeler à M. Zuma qu’il n’avait pas répondu à plusieurs demandes formulées par le panel de magistrats relevant de la commission depuis 2019, poursuit le journal.

Pour sa part, +City Press+ revient sur le fléau de la corruption au sein de la police. Citant le ministre de la Police Bheki Cele, le journal indique que près de 118.000 dossiers de corruption intentés contre des éléments du Service de police sud-africain (SAPS) sont toujours en suspens.

Le ministre a admis lors d’une session au sein de l’Assemblée nationale que « beaucoup de corruption » affecte les services de police dans le pays, soulignant que les principales provinces qui ont accumulé des dossiers de corruption non traités sont Gauteng avec 72.467 cas, le Cap occidental (39.400), le Kwazulu-Natal (3 204) et le Cap oriental (2.667).

Dans la même catégorie